Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Patricia Caillé, Université de Strasbourg, CREM

De l’apport des recherches fondées sur les films produits pour penser les genres minorés

Les cinémas d’Afrique, du Maghreb, du Moyen Orient, regroupent, sous des dénominations régionales aux contours fluctuants et souvent déterminés par des préoccupations extérieures au cinéma, un ensemble de cinémas nationaux avec des histoires, des modèles économiques, des productions, des cultures de cinéma très différents.

Même s’il n’apparaît pas dans les enquêtes statistiques de l’Unesco, le Nigéria produit aujourd’hui plus de 1800 films par an, et son modèle de production à bas coût essaime à travers la région, suscitant de fortes réactions allant de l’engouement au rejet de ces « nigérianeries ». L’Égypte produit 35 films par an alors que l’État s’est largement désengagé ; le Maroc produit 20 films grâce à un fonds d’aide étatique et une avance sur recettes, et la Tunisie 10. La circulation de ces films dans les pays et régions concernés est très variable.

Mais c’est souvent sous une dénomination régionale — Félicité (2016) d’Alain Gomis est-il français, sénégalais ou congolais ou tout simplement africain pour un public de cinéma art et essai en France ? — qu’un corpus restreint de films d’auteur a pu bénéficier d’une reconnaissance symbolique par le biais de festivals internationaux, voire même d’une distribution commerciale en Europe.

Combinant une réflexion sur le contenu socio-politique, l’esthétique et la forme des films, les recherches pensées à partir de la production ont visé la valorisation de cinémas minorés qui retracent le développement artistique de certaines œuvres – les réflexions sur le fonctionnement des filières cinématographiques n’offrant jusqu’alors qu’un contexte à l’analyse des films et à la trajectoire des cinéastes.

Aux études portant sur la rencontre entre des films et des publics

Plus récemment un ensemble de travaux, mené par des historien.ne.s, notamment Morgan Corriou ou Odile Goerg, a contribué à déplacer la focale pour s’intéresser à la pratique du cinéma comme loisir dans la Tunisie à la fin du Protectorat, pour l’une, ou au spectacle cinématographique dans les dimensions politiques, économiques, culturelles et sociales dans l’Afrique de l’Ouest sous le joug colonial, pour l’autre.

De la même façon, l’initiative « Mena Cinémas en présence : Cartographie, enjeux, acteurs, publics (2013-2016)» que nous avions coorganisée, a contribué par ses séminaires et colloques à explorer la question de la circulation des films en Afrique du Nord et au Moyen Orient, une préoccupation qui amène la question non seulement de la distribution et de l’exploitation mais de la diffusion par le biais de plateformes et de supports mobiles. De « comment regarde-t-on des films dans ces espaces ? », on en arrive à la question des usages des films et de ce qu’est le cinéma aujourd’hui.

Tandis que dans ces régions des salles ferment sans qu’aucune politique de soutien ne puisse enrayer ce phénomène, quelques multiplexes, qui ciblent une clientèle plus aisée au Maroc ou dans des pays du Golfe sans tradition de cinéma, redéfinissent ce que veut dire « aller au cinéma ». Les mutations technologique, économique et culturelle ont fait que des espaces longtemps caractérisés par la rareté des images jouissent aujourd’hui d’un accès démultiplié aux films, à tout le moins pour les populations urbaines, des images d’ailleurs mais aussi des images de soi. La reconfiguration rapide de ce paysage contrasté nous enjoint de retourner le regard afin d’interroger les pratiques spectatorielles et leurs enjeux (place des films, rapport à ces derniers, cultures de cinéma). D’où la nécessité d’enquêtes de terrain, pour comprendre les activités multiples et de plus en plus individualisées du spectatorat, les modalités d’accès et de sélection, l’expérience des films, etc.

Les festivals, un espace stratégique d’observation des pratiques spectatorielles

Les festivals constituent un lieu privilégié de circulation des films de ces régions et un espace de redéfinition, voire même de ré-enchantement du spectacle cinématographique. Un fait que nous avons pu observer dans une première enquête menée en 2011 auprès des publics du Panorama des cinémas du Maghreb à Saint-Denis en banlieue parisienne (Caillé, 2012). Tout en courtisant un public local dans sa diversité, ce festival revendique réflexion sur les identités et exigence esthétique, son ambition étant dans l’esprit des organisateurs, comme dans celui des participants, l’édification et la connaissance de l’autre.

Notre enquête a montré que ce festival est un carrefour de différents publics (scolaires, adeptes de documentaires, publics plus « nationaux », etc.) qui, dans une circulation fluide entre différents lieux et activités, se croisent et interagissent sporadiquement. Attirés par la convivialité, la proximité des organisateurs et des personnalités invitées, tour à tour acteurs et spectateurs, ces publics regardent les « cinémas du Maghreb » comme une catégorie construite en creux par la programmation, l’enjeu de l’activité autour des projections étant de lui donner du sens par la présence et l’échange entre les participants. Les films deviennent ainsi le moyen de la réappropriation par la mise à distance collective, de préoccupations politiques, culturelles et sociales nationales véhiculées par les films qui se trouvent par le contexte élargies au Maghreb. Celles-ci construisent un Maghreb issu de l’investissement par les participants de ces espaces et des nouvelles interactions qu’ils facilitent.

Le Panorama qui devient ainsi un pont, ouvre un espace de discussion hors-sol qui est constitutif d’un Maghreb (somme de sociétés nationales) là-bas, et ce pour tous les spectateurs, qu’ils se déclarent d’origine d’un des pays du Maghreb ou d’ailleurs, plutôt qu’un espace de réflexion sur une condition maghrébine vécue « ici » à Saint-Denis.

Remettre en contact les pratiques spectatorielles et les modèles économiques

Nous avons ensuite souhaité déplacer la focale vers le Festival International du Film Amateur de Kélibia en Tunisie (FIFAK), créé en 1964 par la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs, le plus ancien festival de Tunisie. Ce festival met en scène les valeurs d’une culture cinématographique associative qui œuvre pour un cinéma politique et non-commercial ancré dans une cinéphilie exigeante allant du cinéma soviétique des années 1920 au cinéma de Stanley Kubrick. Destiné à un public national tunisien, jeune et éduqué, il est également ouvert à la jeunesse locale qui se presse aux projections en plein air de courts métrages du monde entier.

Portant une attention plus soutenue aux variables sexuées, genrées et générationnelles, nous avons tenté de comprendre dans quelles pratiques des films et cultures du cinéma s’ancrait la participation au FIFAK (Caillé, 2015). Si la manifestation révèle une adhésion à une posture militante, les jeunes hommes qui affichent un positionnement politique du « vivre en cinéma » racontent une culture enracinée dans le cinéma de divertissement américain des quinze dernières années, aux héros très masculins ; les jeunes femmes, en revanche, revendiquent la pratique des films comme un moyen d’éducation politique leur permettant d’accéder à l’altérité et piochent dans des références beaucoup plus éclectiques. Pour les unes comme pour les autres, le rapport aux films se construit dans une filmographie récente, reléguant la cinéphilie plus classique à des exercices pratiques de formation à l’image au sein des clubs amateurs.

Ces micro-enquêtes fondées sur des observations participantes, questionnaires et entretiens ont constitué le premier socle d’une réflexion sur la possibilité de développer des recherches plus vastes sur les pratiques spectatorielles. Dans le cadre d’un projet IdEx porté par Claude Forest, nous avons ainsi mené des enquêtes dans cinq pays, le Maroc, la Tunisie, le Togo, le Tchad et le Burkina Faso afin de mettre en perspective ce que les répondants disent de leurs pratiques des films aujourd’hui avec le développement des réseaux de télécommunications et la circulation des contenus audiovisuels, eux-mêmes pris dans des rapports de force politiques et économiques plus vastes, une diversité des contextes qui doit être examinée à l’échelle nationale, régionale et transnationale. Les premiers résultats de ces travaux paraîtront en septembre 2017 dans Regarder des films en Afriques (Presses du Septentrion).

Références citées

Benchenna A., Caillé P., Mingant N., dir., 2016, La Circulation Des Films: Maghreb et Moyen Orient, Paris, L’Harmattan.

Caillé P., 2012, « Des spectateurs et des spectatrices au Panorama des cinémas du Maghreb à Saint-Denis », Africultures, n° 89-90 (3), pp. 156-181.

Caillé P., 2015, « FIFAK 2013. Expressions sexuées, genrées et générationnelles d’une passion du cinéma en Tunisie », Diogène, 245 (1), pp.104-24.

Caillé P. et Forest C., 2017, Regarder des films en Afriques, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion.

Corriou M., 2011, « Un nouveau loisir en situation coloniale : Le cinéma dans la Tunisie du Protectorat (1896-1956) », thèse sous la dir. d’Omar Carlier, Paris 7. http://www.theses.fr/2011PA070069.

Goerg O., 2015, Fantomas sous les Tropiques: Aller au cinéma en Afrique Coloniale, Paris, Vendemiaire.

Iordanova D., van de Peer S., 2014, Film Festival Yearbook 6: Film Festivals and the Middle East, St Andrews, St Andrews Film Studies.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *