Dans une société traversée de mobilités, quel est le public des politiques publiques territoriales?

Cédric Duchêne-Lacroix, Université de Bâle

On ne peut pas ou plus concevoir une politique publique en se basant seulement sur la population résidente en un lieu.

Les publics des politiques publiques à l’heure de la mobilité et de la multilocalité de ceux-ci sont encore souvent un impensé des politiques publiques.

En d’autres termes, une politique publique qui est traditionnellement appliquée en un territoire particulier, par exemple une commune, doit aussi prendre en considération les populations présentes et la présence ou non des populations légalement résidentes.

Ce constat fut notamment celui des travaux de Christophe Terrier pour la France métropolitaine. Mais cette question de la présence ou l’absence des populations locales « habituelles » et de populations non locales concerne tous les pays du monde. L’illustration ci-dessous est tirée d’un article récent sur la multilocalité au Pakistan (Benz, 2014).

ImgChercheursInvites1

Dans la plupart des pays occidentaux, il peut paraître normal d’habiter seulement un seul logement et ne dépendre que d’un seul territoire politique. Cette représentation a des fondements historiques et factuels. L’État a œuvré à fixer les populations flottantes (voir les livres de Gérard Noiriel sur le sujet). La fixation des populations dans une habitation habituelle et un territoire politique stable s’est aussi accompagnée d’une bureaucratisation des rapports collectifs et étatiques (au sens de Weber). Nous avons appelé cette logique administrative et territoriale de fixation des populations par l’habitat, le double container (Duchene-Lacroix et al., 2013).

Mais cette approche de la population par le lieu d’habitation est encore plus trompeuse aujourd’hui. La multilocalité journalière et la multilocalité résidentielle des personnes sont largement répandues dans la plupart des populations du monde. Environ un quart de la population suisse pratique une forme ou une autre de multilocalité résidentielle dont la moitié passe plus de 2 mois en dehors de la résidence principale (Schad et al., 2014). Au moins 11% de la population française habite aussi ailleurs que dans la résidence principale durant l’année (Imbert et al., 2014). Chaque jour les métropoles européennes voient leur population grossir. En milieu de journée, il y a par exemple à Paris 120 % de présence par rapport à la population résidente (Bertrand et al., 2008).

Quand il ne s’agit pas d’un impensé ou une habitude, cette perspective de double container peut avoir des raisons méthodologiques ou encore démocrato-électoralistes. La plupart des données territoriales disponibles sont basées sur le lieu d’habitation principale des personnes. Sauf à utiliser les données des enquêtes transports, il est donc difficile de sortir de la pensée résidentielle pour passer à la perspective présentielle. Par ailleurs, l’approche résidentielle a aussi une légitimité démocratique. La politique publique est territorialisée comme le collège des électeurs est fixé sur une circonscription électorale en fonction principalement du lieu de résidence. L’institution politique peut agir selon une logique électoraliste donc en s’adressant à la population résidente (légale) du territoire considéré et non à la population présente.

Les politiques publiques peuvent rester territoriales à condition d’intégrer l’impact de la population présente, de prendre en compte ses besoins mais aussi les avantages qu’elle procure pour le territoire local. Par ailleurs un questionnement multilocal des problématiques locales devrait toujours être mené. Enfin, je plaide pour la prise en compte et l’analyse de la multilocalité résidentielle des populations et l’analyse des temps sociaux des territoires à la fois dans les études scientifiques et dans les études appliquées de problèmes de politiques publiques locales.

Références

Benz A., 2014, « Mobility, multilocality and translocal development: changing livelihoods in the Karakoram », Geogr. Helv., 69, pp. 259-270, doi : 10.5194/gh-69-259-2014.

Bertrand F., Couderc C., Ladegaillerie É., 2008, La dynamique des activités en Île-de-France, Les cahiers de l’enquête globale de transport, DREIF.

Duchêne-Lacroix C., Hilti N., Schad H., 2013, « L’habiter multilocal : discussion d’un concept émergent et aperçu de sa traduction empirique en Suisse », Revue Quetelet/Quetelet Journal, 1(1), pp. 95-121, doi : 10.14428/rqj2013.01.01.05.

Imbert C., Deschamps G., Lelièvre É., 2014, « Vivre dans deux logements : surtout avant et après la vie active », Populations et sociétés-Bulletin mensuel d’information de l’Institut national d’études démographiques, 507, n° ISSN 01847783.

Schad H., Hilti N., Hugentobler M., Duchêne-Lacroix C., 2014, « Multilokales Wohnen in der Schweiz – erste Einschätzungen zum Aufkommen und zu den Ausprägungen », pp. 176-201, in : Mobil und doppelt sesshaft Studien zur residenziellen Multilokalität, Abhandlungen zur Geographie und Regionalforschung 17, Wien, Institut für Geographie und Regionalforschung.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *