Statistique et performativité : deux éclairages portés à la question des publics

Samuel Mateus, Université de Madère

La notion de « public » est très fluctuante. La modélisation de la « publicité » en tant qu’espace public critique-rationnel (Habermas, 1962) est, parfois, la plus féconde approche pour définir des publics agissants, les publics comme véritables acteurs sociaux. Cependant, la dimension performative de la publicité n’a pas toujours été facilement acceptée. Pour aborder la question des narrations du public, nous proposons une discussion sur la mise en public autour de deux questions, celles de la statistique puis celle de la performativité.

La narration statistique des publics

La notion de public renvoie aujourd’hui au domaine médiatique et à une institutionnalisation de son rôle social. Ainsi, les publics sont synonymes d’audiences, c’est-à-dire, les publics considérés du point de vue de la logique de masse, de l’individualisation anonyme, de l’opinion comme statistique. L’omniprésence des sondages atteste le succès de cette perspective massifiante du public : les publics des medias instituent une configuration quantitative à ce qui, à l’origine, relevait d’une approche qualitative. La conclusion d’un sondage d’opinion telle que « 60% des personnes sont contre » traduit cette approche. Les publics sont fréquemment assimilés à des normes quantifiables et qui peuvent ainsi être réduits à la statistique et aux études de marché.

Cette approche empirique donne au public une dimension généralisante et universelle. Elle masque les idiosyncrasies, les arguments, les justifications. Le public des audiences n’a ainsi pas de visage. Il n’est que des chiffres.

Dans le même temps, ces enquêtes ont essayé de donner un sens à ce que signifie l’industrie culturelle en considérant les publics comme des objets scientifiques dont on pourrait identifier quelques déterminations causales. Selon cette hypothèse, les publics sont fréquemment réduits aux objets culturels auxquels ils sont associés (Esquenazi, 2003 : 9-17). Être un public désigne, dans ce cas, la capacité de relier un produit culturel à son auteur. Le processus de réception qui va définir le public est déterminé par le partage d’un sens rendu possible par un hommage commun. L’auteur est le facteur de cohésion qui constitue certains publics, comme en témoignent les communautés de fans. Mais dans d’autres situations le public est le produit à l’origine d’une identité publique, comme par exemple, les associations fondées sur la vénération d’une série télévisée. Dans ce public-audience, la réception culturelle des publics est structurée par un complexe d’interprétations sociales dynamiques et polémiques partagées par la consommation des médias (Wolton, 1990).

Pourtant, quel est l’avenir du lien entre le public et l’audience ? D’un point de vue éthique, il est impossible de réaliser une telle réduction (public-audience). Le public est cette instance critique, rationnelle et délibérative de la sphère publique dans laquelle des citoyens questionnent des sujets et interrogent des acteurs afin d’obtenir un consensus sur les questions collectives sociales et politiques (Habermas, 1991: 27). L’audience n’est rien de plus qu’un nom collectif faisant référence à la réception individualisée de contenus multimédias. Selon la théorie habermasienne de la sphère publique, rien de plus divergent qu’audience et public : le public est actif, rationnel, critique et politique, l’audience est passive, irrationnelle, isolée et apolitique.

La narration des publics comme sujets d’action collective

Dans la perspective d’une approche qualitative, « le public est un substrat de l’action collective » (Mateus, 2011). Le public est envisagé comme agent performatif, un acteur collectif apparaissant dans des paysages sociaux en mouvement : voilà pourquoi il n’a jamais cessé de se reconfigurer à travers l’histoire, depuis le salon bourgeois, au théâtre, à travers les sociétés et clubs littéraires jusqu’aux expressions les plus récentes d’un sentiment commun face à un événement historique ou d’une communion rituelle face à une cérémonie médiatisée publiquement partagée (Dayan et Katz, 1996). On peut également en identifier les mutations à travers d’autres expériences telles que les forums virtuels inspirés de certains jeux d’acteurs, de performances d’artistes, de séries de télévision ou de jeux vidéo qui permettent de poursuivre un débat public.

Aujourd’hui le public peut être appréhendé comme modalités de composition (formes médiatisées, culturelles, politiques) impliquant de nombreuses compétences, des engagements pluriels et de multiples configurations. Le public apparaît comme une forme fluide d’association collective. Cette évanescence suggère le propos suivant : le public assume une modalité d’expérience (Quéré, 2003) où un collectif de personnes partage collectivement les mêmes présupposés et perceptions concernant une question sociale.

Les médias jouent un rôle crucial à ce niveau. Les récents mouvements sociaux mais aussi la mobilisation collective dans l’espace public (soit en protestation, soit en soutien, ou les deux comme lors des manifestations« Je suis Charlie ») font surgir à nouveau la question du rapports entre publics et foules.

Ces trajectoires sont multiples et difficiles à discerner. Néanmoins, elles sont là et nous montrent comment la notion de « public » a toujours été définie en articulation et étroite interaction avec elles.

Références

Dayan, D., Katz, E., 1996, La Télévision cérémonielle: anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France.

Esquenazi, J.-P, 2003, Sociologie des publics, Paris, La Découverte.

Habermas, J., 1962, The Structural Transformation of the Public Sphere: An Inquiry into a category of Bourgeois Society, traduit de l’Allemand, Massachusetts, MIT Press, 1991.

Mateus, S., 2011, “The Public as Social Experience”, Revista Comunicação e Sociedade, nº19 “Publicidade, discursos e práticas na contemporaneidade”, Braga, pp. 275-286.

Wolton, D., 1990, Éloge du Grand Public. Une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion.

MATEUS Samuel est docteur en Sciences de la communication (Nouvelle Université de Lisbonne), professeur de Théorie de la communication à l’Université de Madère et chercheur au CIC-digital. Sa thèse de doctorat proposait de considérer la publicité au-delà de l’espace public en soulignant le processus publicitaire comme matrice socio-anthropologique. Dans son post-doctorat, il a étudié l’idée d’expérience publique en articulation avec la Philosophie, la Communication et la Sociologie. Ses thématiques de recherche concernent les publics, la notion de publicité, la médiatisation ou l’imaginaire public. Il est auteur de « Publicidade e Consumação nas Sociedades Contemporâneas », « Tele-realidade: o princípio de publicidade mediatizado » et bientôt « Fenomenologia da Publicidade » (ebooks). Il a récemment co-dirigé avec Eduardo Cintra Torres, l’ouvrage collectif « From Multitude to Crowds : Collective Action and the Media » (Peter Lang, 2015).

Source du visuel : frommultitudetocrowds.blogspot.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *