La fin du mythe du public subversif?

« En s’intéressant au développement de l’internet en Chine, Séverine Arsène examine la manière dont les internautes chinois utilisent la toile pour se mobiliser. […] L’originalité de la démarche réside dans la capacité que possède l’auteure à déconstruire subtilement un certain nombre d’études menées par des chercheurs travaillant sur le caractère subversif du réseau numérique. […] D’abord, elle évite d’idéaliser le pouvoir de mobilisation de l’internet qui, par ailleurs, est souvent perçu comme le lieu par excellence où les principes habermassiens du consensus et de l’intersubjectivité seraient les mieux à même de se réaliser et d’être institutionnalisés. »

Tiphaine Zetlaoui, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *