Tous les articles par Angeliki Koukoutsaki-Monnier

Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Patricia Caillé, Université de Strasbourg, CREM

De l’apport des recherches fondées sur les films produits pour penser les genres minorés

Les cinémas d’Afrique, du Maghreb, du Moyen Orient, regroupent, sous des dénominations régionales aux contours fluctuants et souvent déterminés par des préoccupations extérieures au cinéma, un ensemble de cinémas nationaux avec des histoires, des modèles économiques, des productions, des cultures de cinéma très différents.

Continuer la lecture de Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Publics médiatiques du sport : quand la recherche interpelle les étudiants

Anaïs Kuntz, étudiante Master 2 « Stratégie et conseil en communication », Université de Lorraine

Dans le cadre du programme scientifique 2012-2017 intitulé «  Faire public  », les chercheurs du CREM s’attachent tout particulièrement à la construction des publics et leurs représentations. Au sein du CREM, l’équipe Praxis aborde ce thème autour du triptyque individu-communauté-masse et cherche à décrypter les mécanismes de construction des représentations communes des publics dans les institutions, les médias et les entreprises.

Le regard de deux jeunes chercheuses sur la pratique sportive et ses représentations médiatiques 

Le 29 novembre 2016, l’équipe Praxis a organisé un séminaire de recherche sur la pratique sportive et ses représentations médiatiques. À travers l’intervention de deux doctorantes en communication, Natacha Lapeyroux (Cim, Paris 3, ATER à l’Université de Lorraine) et Géraldine Letz (CREM, Université de Lorraine), la séance a interrogé la médiatisation de deux pratiques sportives mais aussi le poids des représentations médiatiques et sociales qui les redéfinissent.

Natacha Lapeyroux prépare une thèse intitulée «  Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à 2015  », sous la direction d’Éric Maigret.

Natacha Lapeyroux étudie l’identité féminine à l’épreuve du sport et les représentations des sportives de haut niveau à travers leur médiatisation à la télévision. Les stéréotypes de genre, immuables, résistent même face aux sportives de haut niveau. Les médias de masse ont un rôle dans cette perpétuation puisqu’en sous-médiatisant le sport féminin ou les sports de «  tradition masculine  », ils reproduisent, transmettent et banalisent ces stéréotypes. Ce sont eux qui façonnent l’imaginaire du sport en véhiculant normes et valeurs.

Le réel fondement des discriminations et des stéréotypes restent les inégalités biologiques entre hommes et femmes. La femme, cette mère nourricière avec des qualités d’écoute, de soutien, de bienveillance, ne peut être une femme «  robuste  », tenace et performante, toute expression de «  violence  » ou de virilité est réservée aux hommes.

Néanmoins, la médiatisation du sport féminin a en soi quelque chose d’éminemment paradoxal. En effet, alors que le sport féminin à la télévision est sous-médiatisé (impératifs d’audience, course aux chiffres, domination des mesures quantitatives) et freine le développement de la pratique, les médias ont fait émerger de nouveaux modèles féminins : boxeuse, footballeuse, etc.

De même, si certaines démarches, comme par exemple la création du Lady Boxing Tour par la Fédération française de boxe en 2013, visent à casser l’image de la boxe comme étant exclusivement masculine, la place de la femme à la télévision reste moindre et ponctuelle.  Ainsi, de façon rétrospective, seuls certains médias ont contribué à « écrire l’Histoire » en rendant célèbres une extrême minorité de sportives, tandis que les boxeuses restent stigmatisées. Les tensions entre les valeurs symboliques du féminin et du masculin subsistent : tenues roses et « esthétisées » ou « hyper-sexualisées », discours au masculin, commentateurs sportifs parfois désobligeants ou sexistes, mise en scène sur-jouée laissant parfois croire à la caricature, etc.

L’intervention de Natacha Lapeyroux a été très éclairante. Elle a permis de soulever un certain nombre de questions, de problématiques relatives à l’identité féminine et à ses représentations à travers la société, qui se sont incorporées durablement en grande partie via le discours médiatique.

Géraldine Letz prépare une thèse intitulée « Corps, appareillage et sport olympique : du moi morcelé au super-héros », sous la codirection de V. Lowy et S. Arborio.

Géraldine Letz interroge le rôle et les représentations des sportifs appareillés face aux valeurs symboliques et historiques liées au sport.

La seule pratique sportive est porteuse d’un grand nombre de valeurs : courage, force (physique et mentale), persévérance, performance, dépassement de soi, morale, esprit d’équipe, soutien, bienveillance, etc. L’image même du corps d’un sportif est souvent idéalisée : homme ou femme au corps « athlétique », musclé, fin, presque parfait. Pour autant, la technologisation des corps est venue brouiller ce système de croyances, de valeurs et de représentations, ainsi que les codes du sport «  traditionnel  ». Elle a permis d’améliorer les conditions de vie des handicapés, notamment grâce à l’appareillage. Son incorporation dans le domaine du sport a donné naissance à une nouvelle communauté de sportifs et à des compétitions qui leur sont consacrées, notamment les Jeux paralympiques. L’important n’est plus de «  réussir  » mais de simplement «  faire  », de « pouvoir faire  ».

La présence de cette nouvelle communauté d’athlètes « hybrides » aurait redéfini le champ de la performance mais aussi repoussé les frontières de l’humain. Il n’est plus question de corps « naturels » mais d’une alliance entre humain et machine qui galvaniserait les performances et multiplierait les possibilités. L’appareillage des sportifs, en plus de bousculer les valeurs traditionnelles qui caractérisent la performance physique de haut niveau, comporte des effets sociaux et identitaires pour l’homme.

Selon Géraldine Letz, questionner le processus de reconstruction sociale d’un individu amputé à travers le sport de haut niveau exige d’intégrer l’aspect social et les représentations de la perte d’un membre (être empêché, diminué, morcelé, stigmatisé). Après ces épreuves, la pratique du sport apparaît comme un «  retour à la normalité  » pour les personnes handicapées. Le sport, même exercé de façon individuelle, reste éminemment social, socialisant, et surtout socialement valorisé (sentiment de fierté, admiration de la performance). Le corps devient, pour l’amputé, un instrument de « résurrection » qui servira à se reconstruire socialement et psychologiquement. Il passe de preuve de normalité à un moyen de reconnaissance sociale. Très fortement médiatisé, l’intérêt public et médiatique pour le handisport s’accroît et un imaginaire se développe autour (caractéristiques physiques qui rapprochent le héros antique et le robot). Le champion devient un héros, la performance devient un exploit. Hypermédiatisés et spectacularisés comme des sur-hommes, ces athlètes paralympiques posent la question des frontières de l’humain qui peuvent et doivent être dépassées.

Si les médias ont aidé à l’émergence du vedettariat handisportif, ils l’instrumentalisent souvent. Les athlètes deviennent les symboles érigés de tout un système de valeurs nobles (performance, persévérance, dépassement de soi, force physique et mentale, reconstruction et rage de vivre). Parfois même, leur image est récupérée par les marques qui s’attribuent à travers leur communication ces valeurs nobles et pures. Toutefois, un effet de formatage du handisport et une uniformisation des athlètes paralympiques résistent. Les médias orientent ce vedettariat : les Jeux Paralympiques sont souvent retransmis à des heures creuses où l’audience est moindre. De plus, malgré leur volonté de valoriser et d’intégrer les personnes handicapées, ces mêmes médias sont parfois stigmatisants ou choquants (jeux de mots, moqueries, stigmatisation de la performance).

Des terrains différents, un questionnement partagé : la dimension paradoxale des médias

Alors qu’ils doivent lutter contre les stéréotypes et la stigmatisation de ces athlètes, les médias viennent les renforcer et ancrer toujours plus ces représentations sociales déjà incorporées.

Certains médias sont soumis à des impératifs de chiffre et sont contraints d’imaginer des contenus qui les différencient de leur concurrence et intéressent l’audimat. Dans un contexte de crise économique où l’univers concurrentiel est rude, les médias se doivent d’interpeller la cible, le grand public, et de susciter son intérêt. L’actualité est aujourd’hui si dense et volatile que le sensationnalisme et la starification de l’individu lambda ou « différent » est permanent. La forte médiatisation d’athlètes paralympiques a provoqué un grand engouement chez le grand public, particulièrement friand de storytelling et de belles histoires. Si seulement certains ont été érigés en véritables emblèmes, une majorité reste dans l’ombre et n’est pas médiatisée. Par ailleurs, si les retombées presse sont nombreuses, l’audience des Jeux Paralympiques reste moindre. Pourrait-il alors s’agir d’un intérêt  partiel du grand public, une sorte de bluff  pour sa bonne conscience ? Au lieu de déconstruire les stéréotypes et les représentations sociales, un tel vedettariat ne contribuerait-il pas à creuser le fossé et insister sur la différence au lieu de les atténuer ?

Enfin, si les athlètes handisportifs sont valorisés dans les représentations collectives, associées au dépassement de soi et à la force (physique et mentale), qu’en est-il de l’image des individus amputés, appareillés mais non-sportifs ? Les représentations sociales ont-elles changé et la personne sera-t-elle plus valorisée ? Son processus de reconstruction sociale sera-t-il facilité par une meilleure reconnaissance ? Ou sera-t-il toujours considéré comme marginal, monstrueux, « déviant », anormal puisqu’il n’a pas la «  force physique et mentale  » nécessaire ?

Les paradoxes soulevés par Natacha Lapeyroux sont sensiblement similaires. Les femmes pratiqueraient des sports esthétiques aux vertus esthétisantes qui seraient bien moins virils et violents que ceux pratiqués par les hommes. Elles sont souvent associées à l’équitation, au fitness, au yoga, à la gymnastique ou encore au patinage artistique. Pour autant, les hommes sont le plus souvent au cœur de l’actualité sportive. Lorsqu’elle est présente dans un programme ou une compétition sportive, le rôle de la femme varie : de la simple remise de médaille au « premier rôle », elle peut se voir stigmatisée, moquée, sexualisée, victime de propos sexistes (commentateurs, journalistes) voire rabaissée (rôle restreint, tenues indécentes, caméra qui zoome sur certaines parties du corps…). Leurs performances sportives importent souvent moins que la mise en scène.

Les stéréotypes que tous ces sportifs (femmes, boxeuses, handisportifs, etc.) tentent de combattre et d’endiguer sont en réalité construits par le sport et les médias eux-mêmes, mais aussi par l’image que nous nous en faisons. Les stéréotypes persistent et restent présents quelle que soit l’intention : certains médias les manipulent avec maladresse et produisent l’effet inverse de celui escompté. Alors que les Jeux paralympiques disposent d’une meilleure visibilité (directs, commentaires…), certains journalistes stigmatisent même involontairement les athlètes («  les bras m’en tombent », « je suis scié »…).

Mais à travers les médias qui s’adressent à nous en adaptant leur «  offre  » à la « demande c’est l’ensemble de la société qui a construit ces stéréotypes, de façon historique. Un grand pourcentage de personnes disent que si le sport féminin était davantage médiatisé, elles le regarderaient. Pourtant, les compétitions féminines déjà télévisées n’ont que très peu de part d’audience et n’encouragent guère les chaînes à multiplier les programmes de ce type (exceptée la coupe du monde de football féminin). Finalement, même lorsque l’on souhaite découdre des représentations sociales incorporées, ce travail de déconstruction implique finalement l’entretien de ces représentations, ou seulement un déplacement. On évoque la «  démocratisation du sport  » et son ouverture à différentes identités, mais cela ne règle en aucun cas les questions de stéréotypes, surtout chez des groupes en quête d’identité.

Une rencontre effective entre public chercheur et public étudiant

Personnellement, ce séminaire de recherche m’a apporté bien plus qu’un éclairage nouveau sur les questions traitées dans la mesure où je ne m’étais jamais interrogée sur ces thématiques. En effet, si j’étais consciente de la facilité avec laquelle les médias peuvent influer une tendance, incorporer des valeurs symboliques ou des représentations dans une société donnée, leur rôle déterminant dans l’entretien ou la déconstruction des stéréotypes autour de ces sportifs « non-traditionnels » ne m’avait jamais interpellée.

Les publics in situ et en ligne

Culture et Recherche n° 134, hiver 2016-2017 – 96 pages

Dossier coordonné par Olivier Donnat (SCPCI/Département des études, de la prospective et des statistiques)

Avec la collaboration de :
Thierry Claerr (Service du livre et de la lecture),
Eli Commins (Direction générale de la création artistique),
Brigitte Guigueno (Service interministériel des archives de France),
Anne Jonchery (Direction générale des patrimoines)
Jean-Christophe Théobalt (SCPCI/Département de l’éducation et du développement artistiques et culturels)

Que savons-nous aujourd’hui des publics in situ et des publics en ligne, des usages que les uns et les autres font de l’offre proposée par les équipements culturels, et surtout des relations qu’ils entretiennent ? Ce numéro de Culture et Recherche est l’occasion d’un retour réflexif sur différentes initiatives de mise en ligne de contenus, de médiation numérique et d’étude sur leur réception menées au sein de musées, services d’archives, bibliothèques ou structures de spectacle vivant. Il met en lumière les objectifs de politique culturelle poursuivis à travers le numérique et les moyens mis en œuvre par les établissements culturels, notamment en termes de compétences et d’organisation.

L’ensemble des contributions réunies dessinent ainsi un premier état des lieux riche d’éléments de réflexion sur les mutations que connaissent à l’heure actuelle les modes d’accès à la culture et les politiques de développement des publics. La question du renouvellement des outils et des dispositifs d’enquête à l’ère numérique est aussi abordée, sans cacher le caractère encore imparfait de la connaissance des publics en ligne et de leurs usages.

Pour télécharger le dossier (96 pages) : Culture-et-Recherche-134-web

Les cultures juvéniles à l’ère de la globalisation

Une approche par le cosmopolitisme esthético-culturel

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre

Les œuvres et contenus culturels circulent de manière croissante dans le monde et contribuent à façonner des répertoires et des goûts juvéniles désormais internationalisés. Ainsi la série Game of Thrones, qui a battu tous les records d’audience, Waka waqua, l’hymne de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 interprété par Shakira, chanteuse colombienne qui fait carrière aux États-Unis ou encore Naruto, personnage de manga japonais, sont-ils devenus des références partagées par les jeunes Français aujourd’hui, aux côtés d’icônes nationales comme Astérix ou David Guetta.

Mangas, comics, films asiatiques, blockbusters hollywoodiens, cinéma bollywoodien, séries sud-coréennes ou scandinaves et musiques de tous les continents fonctionnent comme autant de fenêtres sur le monde et contribuent à rendre l’étranger familier. Que ce soit dans le domaine de la pop musique, des jeux vidéo, des séries télévisées, de la littérature ou du cinéma, la globalisation des industries culturelles et la circulation croissante des œuvres et des contenus, facilitée par la technologie numérique, sont ainsi des facteurs majeurs de l’internationalisation des répertoires de consommations et des imaginaires culturels des jeunes.

Comment les jeunes construisent-ils leur rapport au monde par l’intermédiaire de biens culturels globalisés ?

Cinq configurations de cosmopolitisme esthétique et culturel sont identifiées à partir du degré d’internationalisation des consommations et préférences, du mode linguistique de consommation (français ou langue originale), ainsi que des imaginaires globaux et des valeurs qui leur sont associés. Du cosmopolitisme involontaire lié à la consommation de la production culturelle mainstream, à des formes plus engagées d’ouverture (cosmopolitisme sectoriel et principiel), mais aussi de la préférence culturelle nationale à l’impossible cosmopolitisme, les consommations culturelles des jeunes leur confèrent des ressources et des compétences et dessinent des rapports au monde contemporain variés où le cosmopolitisme ordinaire devient une norme inclusive de bon goût générationnel.

Télécharger le pdf (22 pages) :  CE-2017-1_Cultures juvéniles à lère de la globalisation

Journalistes et réseaux sociaux : le cache-cache éternel

Juliette Redivo, étudiante Master 2 « Journalisme et médias numériques », Université de Lorraine

Ce n’est plus à prouver : dans notre société digitale, être présent sur les réseaux sociaux apparaît comme étant inévitable. Notre profil virtuel serait une extension de nous-mêmes, un « moi » sous une version numérique. Mais nos différents profils nous représentent-ils vraiment ? En enquêtant dans une promotion d’ étudiants en fin de Master de Journalisme, le résultat est sans appel : 100% d’eux ont une maîtrise parfaite de leur profil. Les réseaux sociaux sont pour eux un outil participant à la construction d’une autre image de soi. Se créer un profil Facebook, Twitter ou Instagram, est alors semblable à une partie de cache-cache sans fin : tout le monde se cache, sans jamais être réellement trouvé.

« C’est un CV numérique », voilà comment les dix-sept étudiants en Master de Journalisme résument leurs profils sur les réseaux sociaux. Tous ont décidé d’utiliser ces plateformes au-delà de leur simple caractère divertissant. Pour eux, ce sont des outils. Ils s’y inscrivent, puisque « être en ligne, c’est exister », précise l’un d’entre eux. À l’unanimité, tous sont donc inscrits sur les deux plus grands réseaux sociaux : Facebook et Twitter. Ils avancent une raison principale : c’est une stratégie pour s’intégrer dans la communauté journalistique. Ils doivent être présents sur les réseaux. C’est une nécessité, un crédit auprès des internautes, des autres journalistes et des futurs employeurs.

Mieux se cacher pour ne pas être trouvé

Mais alors, que doivent-ils montrer ? Si chacun a sa propre technique, tous s’accordent sur cette même idée : en faisant ce type d’étude, il faut contrôler sa propre image. Être sur les réseaux, oui, mais pas pour être n’importe qui. La totalité des étudiants se confectionnent leur propre image de façon positive : photos assez neutres, où ils sont à leur avantage, et des publications jamais trop personnelles. Par exemple, on y trouve rarement des photos de soirées décadentes ou des vieux posts puérils publiés bien des années plus tôt. Les étudiants l’avouent, ils ont tous réalisé un important travail de suppression et de sélection sur leur profil. Ils lissent tous leur image puisqu’ils distinguent parfaitement la sphère publique et la sphère privée. Sur Facebook et Twitter, « il faut renvoyer une image nette », indique un étudiant. À tel point que leurs profils ne reflètent pas foncièrement leur personnalité. Pour Catherine Lejealle (2013), sociologue et spécialiste de l’appropriation des TIC dans la sphère privée et professionnelle, chaque internaute devient ainsi son propre « responsable des relations publiques ». On se crée une nouvelle identité que le sociologue et spécialiste du numérique et de l’Internet Dominique Cardon (2008) appelle « un double numérique ». Pour la plupart des étudiants enquêtés, leur « double numérique » est ainsi basé sur leur statut : c’est le journaliste.

Leur but n’est pas d’assouvir un quelconque sentiment de supériorité. Bien au contraire, et c’est en ce sens que l’échantillon des jeunes étudiés est intéressant à analyser : pour ces étudiants en journalisme, les réseaux sociaux sont un prolongement de leur activité. Ils sont ou deviendront des personnalités publiques à suivre. Il en va de leur propre crédibilité de journaliste et de la profession dans sa globalité. Les réseaux sont ainsi un outil pour promouvoir leurs travaux, leurs publications ou leurs articles. C’est une vitrine de leur activité. Ils participent ainsi à une partie de cache-cache, dans laquelle ils ne se montrent jamais réellement. Ils cachent tout ce qui pourrait leur nuire. Certains indiquent être passés maîtres dans l’art des réseaux, en s’obligeant à commenter certains posts sachant qu’il s’agit d’une personnalité influente. « Tout le monde est un peu hypocrite sur les réseaux, personne ne montre jamais son vrai visage. C’est encore plus amplifié quand il s’agit d’un journaliste ou d’un étudiant comme nous », admet ainsi une étudiante. La parole, les gestes sont maîtrisés. Même ne rien dire, ne rien poster, est aussi le signe d’une revendication : celui de la personne qui veut être à contre-courant. Ces étudiants reflètent donc bien la « société biographique », théorisée par Isabelle Astier et Nicolas Duvoux (2006) : c’est l’empowerment des individus (Bacqué, Biewener, 2013), qui passent d’une condition passive à une condition active.

Le jeu du chat et de la souris

Comme dans toute partie de cache-cache, il y a un chat et des souris. Le chat, c’est évidemment l’étudiant en journalisme. Les souris, ce sont ces milliers de profils différents auxquels il a accès. Sur les réseaux sociaux, les étudiants cherchent, enquêtent, regardent et analysent d’autres comptes. « Ça me sert à fouiller l’identité numérique des gens, dans le but de trouver des contacts pour des interviews », indique Marc-Antoine. Les réseaux sociaux sont un annuaire 2.0, une souricière immense où les potentiels intervenants sont servis sur un plateau d’argent. « C’est très utile pour notre profession », poursuit-il. Pour d’autres étudiants, les « souris » ne sont pas des potentielles personnes à interviewer, mais bien les informations elles-mêmes. « Twitter est mon réservoir d’articles, je fais de la curation en permanence », ajoute Moran, en écho à la grande majorité de sa classe.

C’est un aide-mémoire et l’agenda-setting qu’il crée inévitablement est pris avec du recul. Tel un chat qui retombe toujours sur ses pattes, ces étudiants sont loin d’être dupes : ils rappellent tous qu’ils ont conscience des algorithmes et qu’il y a un caractère un peu biaisé des profils en ligne. « On sait que tout n’est pas vrai, que tout est mesuré sur les autres comptes. Les algorithmes nous montrent ce qui semblerait nous plaire, en oubliant une partie des informations », précise un jeune. Alors tous ne se contentent pas de s’informer uniquement par ce biais, ils vont sur les sites des médias et surtout favorisent le contact en face-à-face lors des interviews. Ils ne prennent pas pour acquis ce qu’ils lisent. C’est l’une des règles à accepter en s’inscrivant sur ces plateformes.

Les règles du jeu

Comme toute partie de cache-cache, il y a aussi des règles : pour ne pas être trouvé, il faut bien se cacher ; mais pas trop non plus. Et les étudiants semblent bien l’avoir compris : ils savent (et n’en ont pas l’envie) qu’ils ne peuvent pas avoir un compte trop lisse, trop superficiel. Ils doivent se démarquer des autres profils, alors certains sèment quelques indices concernant leur personnalité et leurs centres d’intérêts. L’idée reste bien de paraître le plus fidèle possible à ce qu’ils sont dans la réalité. Beaucoup publient alors des photos ou des commentaires un peu plus personnels. Les entretiens avec les étudiants ont montré que les filles utilisaient davantage le réseau social Instagram dans ce but. « J’ai l’impression d’être plus moi-même et de pouvoir partager un peu plus ce que j’aime, sans trop en livrer quand même », indique ainsi Romane. Instagram leur sert d’une bonne cachette, où ils se sentent moins exposés. De là à être totalement authentiques ? Sur ce réseau aussi, les étudiants indiquent qu’il y a toujours une certaine glorification de leurs activités et une sélection des contenus qu’ils publient. « Instagram reste une vitrine du cool », indique Moran, dans le sens où une nouvelle fois cet autre réseau leur sert à renvoyer une image plus originale. Là encore, les étudiants contrôlent et ce n’est pas un hasard : Instagram appartient à Facebook et il est très facile de retrouver son propre compte, même caché sous un autre nom.

a11mxtzuhle-freestocks-org

C’est la raison pour laquelle trois étudiants en particulier ont choisi une autre méthode : se créer un compte privé, uniquement pour l’entourage, la famille et les amis. Vous savez, il y a toujours cette souris impossible à retrouver… Sous un faux nom, l’une d’elles partage sur Facebook des éléments de sa vie, ses coups de gueule et ses impressions. « Je prends position, j’ose même publier des photos naturelles de moi », explique-t-elle. Un second compte plus difficile à retrouver si on ne détient pas son nom exact.

Promouvoir ses articles, apparaître comme un « bon journaliste », se créer une autre image de soi ou se faire son propre CV numérique… Sur les réseaux sociaux, les étudiants en journalisme ont un usage particulier. C’est avant tout un outil : un outil de travail, mais également un outil pour intégrer la communauté journalistique. Ils cachent leurs défauts et ce qui pourrait leur nuire. Ils ne montrent qu’une partie de leur vrai visage. C’est le résultat d’une technique bien rodée qui consiste à avoir conscience de la nécessité à distinguer les sphères publiques et privées. C’est l’une des particularités à accepter quand ils décident de devenir des journalistes. Qui trouvons-nous sur les réseaux sociaux ? Seulement des projections de nous-mêmes. Et dans ce jeu de cache-cache infini, personne ne semble pouvoir gagner la partie.

Références

Astier I., Duvoux N., 2006, La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Bacqué M.-H., Biewener C., 2013, L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, Éd. La Découverte.

Cardon D., 2008, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 6, 152, pp. 93-137.

Lejealle C., 2013, « Facebook et la mise en scène de soi : contrôler son image est euphorisant », L’Obs, en ligne (dernière consultation le 17/12/2016).