Tous les articles par Angeliki Koukoutsaki-Monnier

Les publics in situ et en ligne

Culture et Recherche n° 134, hiver 2016-2017 – 96 pages

Dossier coordonné par Olivier Donnat (SCPCI/Département des études, de la prospective et des statistiques)

Avec la collaboration de :
Thierry Claerr (Service du livre et de la lecture),
Eli Commins (Direction générale de la création artistique),
Brigitte Guigueno (Service interministériel des archives de France),
Anne Jonchery (Direction générale des patrimoines)
Jean-Christophe Théobalt (SCPCI/Département de l’éducation et du développement artistiques et culturels)

Que savons-nous aujourd’hui des publics in situ et des publics en ligne, des usages que les uns et les autres font de l’offre proposée par les équipements culturels, et surtout des relations qu’ils entretiennent ? Ce numéro de Culture et Recherche est l’occasion d’un retour réflexif sur différentes initiatives de mise en ligne de contenus, de médiation numérique et d’étude sur leur réception menées au sein de musées, services d’archives, bibliothèques ou structures de spectacle vivant. Il met en lumière les objectifs de politique culturelle poursuivis à travers le numérique et les moyens mis en œuvre par les établissements culturels, notamment en termes de compétences et d’organisation.

L’ensemble des contributions réunies dessinent ainsi un premier état des lieux riche d’éléments de réflexion sur les mutations que connaissent à l’heure actuelle les modes d’accès à la culture et les politiques de développement des publics. La question du renouvellement des outils et des dispositifs d’enquête à l’ère numérique est aussi abordée, sans cacher le caractère encore imparfait de la connaissance des publics en ligne et de leurs usages.

Pour télécharger le dossier (96 pages) : Culture-et-Recherche-134-web

Les cultures juvéniles à l’ère de la globalisation

Une approche par le cosmopolitisme esthético-culturel

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre

Les œuvres et contenus culturels circulent de manière croissante dans le monde et contribuent à façonner des répertoires et des goûts juvéniles désormais internationalisés. Ainsi la série Game of Thrones, qui a battu tous les records d’audience, Waka waqua, l’hymne de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 interprété par Shakira, chanteuse colombienne qui fait carrière aux États-Unis ou encore Naruto, personnage de manga japonais, sont-ils devenus des références partagées par les jeunes Français aujourd’hui, aux côtés d’icônes nationales comme Astérix ou David Guetta.

Mangas, comics, films asiatiques, blockbusters hollywoodiens, cinéma bollywoodien, séries sud-coréennes ou scandinaves et musiques de tous les continents fonctionnent comme autant de fenêtres sur le monde et contribuent à rendre l’étranger familier. Que ce soit dans le domaine de la pop musique, des jeux vidéo, des séries télévisées, de la littérature ou du cinéma, la globalisation des industries culturelles et la circulation croissante des œuvres et des contenus, facilitée par la technologie numérique, sont ainsi des facteurs majeurs de l’internationalisation des répertoires de consommations et des imaginaires culturels des jeunes.

Comment les jeunes construisent-ils leur rapport au monde par l’intermédiaire de biens culturels globalisés ?

Cinq configurations de cosmopolitisme esthétique et culturel sont identifiées à partir du degré d’internationalisation des consommations et préférences, du mode linguistique de consommation (français ou langue originale), ainsi que des imaginaires globaux et des valeurs qui leur sont associés. Du cosmopolitisme involontaire lié à la consommation de la production culturelle mainstream, à des formes plus engagées d’ouverture (cosmopolitisme sectoriel et principiel), mais aussi de la préférence culturelle nationale à l’impossible cosmopolitisme, les consommations culturelles des jeunes leur confèrent des ressources et des compétences et dessinent des rapports au monde contemporain variés où le cosmopolitisme ordinaire devient une norme inclusive de bon goût générationnel.

Télécharger le pdf (22 pages) :  CE-2017-1_Cultures juvéniles à lère de la globalisation

Journalistes et réseaux sociaux : le cache-cache éternel

Juliette Redivo, étudiante Master 2 « Journalisme et médias numériques », Université de Lorraine

Ce n’est plus à prouver : dans notre société digitale, être présent sur les réseaux sociaux apparaît comme étant inévitable. Notre profil virtuel serait une extension de nous-mêmes, un « moi » sous une version numérique. Mais nos différents profils nous représentent-ils vraiment ? En enquêtant dans une promotion d’ étudiants en fin de Master de Journalisme, le résultat est sans appel : 100% d’eux ont une maîtrise parfaite de leur profil. Les réseaux sociaux sont pour eux un outil participant à la construction d’une autre image de soi. Se créer un profil Facebook, Twitter ou Instagram, est alors semblable à une partie de cache-cache sans fin : tout le monde se cache, sans jamais être réellement trouvé.

« C’est un CV numérique », voilà comment les dix-sept étudiants en Master de Journalisme résument leurs profils sur les réseaux sociaux. Tous ont décidé d’utiliser ces plateformes au-delà de leur simple caractère divertissant. Pour eux, ce sont des outils. Ils s’y inscrivent, puisque « être en ligne, c’est exister », précise l’un d’entre eux. À l’unanimité, tous sont donc inscrits sur les deux plus grands réseaux sociaux : Facebook et Twitter. Ils avancent une raison principale : c’est une stratégie pour s’intégrer dans la communauté journalistique. Ils doivent être présents sur les réseaux. C’est une nécessité, un crédit auprès des internautes, des autres journalistes et des futurs employeurs.

Mieux se cacher pour ne pas être trouvé

Mais alors, que doivent-ils montrer ? Si chacun a sa propre technique, tous s’accordent sur cette même idée : en faisant ce type d’étude, il faut contrôler sa propre image. Être sur les réseaux, oui, mais pas pour être n’importe qui. La totalité des étudiants se confectionnent leur propre image de façon positive : photos assez neutres, où ils sont à leur avantage, et des publications jamais trop personnelles. Par exemple, on y trouve rarement des photos de soirées décadentes ou des vieux posts puérils publiés bien des années plus tôt. Les étudiants l’avouent, ils ont tous réalisé un important travail de suppression et de sélection sur leur profil. Ils lissent tous leur image puisqu’ils distinguent parfaitement la sphère publique et la sphère privée. Sur Facebook et Twitter, « il faut renvoyer une image nette », indique un étudiant. À tel point que leurs profils ne reflètent pas foncièrement leur personnalité. Pour Catherine Lejealle (2013), sociologue et spécialiste de l’appropriation des TIC dans la sphère privée et professionnelle, chaque internaute devient ainsi son propre « responsable des relations publiques ». On se crée une nouvelle identité que le sociologue et spécialiste du numérique et de l’Internet Dominique Cardon (2008) appelle « un double numérique ». Pour la plupart des étudiants enquêtés, leur « double numérique » est ainsi basé sur leur statut : c’est le journaliste.

Leur but n’est pas d’assouvir un quelconque sentiment de supériorité. Bien au contraire, et c’est en ce sens que l’échantillon des jeunes étudiés est intéressant à analyser : pour ces étudiants en journalisme, les réseaux sociaux sont un prolongement de leur activité. Ils sont ou deviendront des personnalités publiques à suivre. Il en va de leur propre crédibilité de journaliste et de la profession dans sa globalité. Les réseaux sont ainsi un outil pour promouvoir leurs travaux, leurs publications ou leurs articles. C’est une vitrine de leur activité. Ils participent ainsi à une partie de cache-cache, dans laquelle ils ne se montrent jamais réellement. Ils cachent tout ce qui pourrait leur nuire. Certains indiquent être passés maîtres dans l’art des réseaux, en s’obligeant à commenter certains posts sachant qu’il s’agit d’une personnalité influente. « Tout le monde est un peu hypocrite sur les réseaux, personne ne montre jamais son vrai visage. C’est encore plus amplifié quand il s’agit d’un journaliste ou d’un étudiant comme nous », admet ainsi une étudiante. La parole, les gestes sont maîtrisés. Même ne rien dire, ne rien poster, est aussi le signe d’une revendication : celui de la personne qui veut être à contre-courant. Ces étudiants reflètent donc bien la « société biographique », théorisée par Isabelle Astier et Nicolas Duvoux (2006) : c’est l’empowerment des individus (Bacqué, Biewener, 2013), qui passent d’une condition passive à une condition active.

Le jeu du chat et de la souris

Comme dans toute partie de cache-cache, il y a un chat et des souris. Le chat, c’est évidemment l’étudiant en journalisme. Les souris, ce sont ces milliers de profils différents auxquels il a accès. Sur les réseaux sociaux, les étudiants cherchent, enquêtent, regardent et analysent d’autres comptes. « Ça me sert à fouiller l’identité numérique des gens, dans le but de trouver des contacts pour des interviews », indique Marc-Antoine. Les réseaux sociaux sont un annuaire 2.0, une souricière immense où les potentiels intervenants sont servis sur un plateau d’argent. « C’est très utile pour notre profession », poursuit-il. Pour d’autres étudiants, les « souris » ne sont pas des potentielles personnes à interviewer, mais bien les informations elles-mêmes. « Twitter est mon réservoir d’articles, je fais de la curation en permanence », ajoute Moran, en écho à la grande majorité de sa classe.

C’est un aide-mémoire et l’agenda-setting qu’il crée inévitablement est pris avec du recul. Tel un chat qui retombe toujours sur ses pattes, ces étudiants sont loin d’être dupes : ils rappellent tous qu’ils ont conscience des algorithmes et qu’il y a un caractère un peu biaisé des profils en ligne. « On sait que tout n’est pas vrai, que tout est mesuré sur les autres comptes. Les algorithmes nous montrent ce qui semblerait nous plaire, en oubliant une partie des informations », précise un jeune. Alors tous ne se contentent pas de s’informer uniquement par ce biais, ils vont sur les sites des médias et surtout favorisent le contact en face-à-face lors des interviews. Ils ne prennent pas pour acquis ce qu’ils lisent. C’est l’une des règles à accepter en s’inscrivant sur ces plateformes.

Les règles du jeu

Comme toute partie de cache-cache, il y a aussi des règles : pour ne pas être trouvé, il faut bien se cacher ; mais pas trop non plus. Et les étudiants semblent bien l’avoir compris : ils savent (et n’en ont pas l’envie) qu’ils ne peuvent pas avoir un compte trop lisse, trop superficiel. Ils doivent se démarquer des autres profils, alors certains sèment quelques indices concernant leur personnalité et leurs centres d’intérêts. L’idée reste bien de paraître le plus fidèle possible à ce qu’ils sont dans la réalité. Beaucoup publient alors des photos ou des commentaires un peu plus personnels. Les entretiens avec les étudiants ont montré que les filles utilisaient davantage le réseau social Instagram dans ce but. « J’ai l’impression d’être plus moi-même et de pouvoir partager un peu plus ce que j’aime, sans trop en livrer quand même », indique ainsi Romane. Instagram leur sert d’une bonne cachette, où ils se sentent moins exposés. De là à être totalement authentiques ? Sur ce réseau aussi, les étudiants indiquent qu’il y a toujours une certaine glorification de leurs activités et une sélection des contenus qu’ils publient. « Instagram reste une vitrine du cool », indique Moran, dans le sens où une nouvelle fois cet autre réseau leur sert à renvoyer une image plus originale. Là encore, les étudiants contrôlent et ce n’est pas un hasard : Instagram appartient à Facebook et il est très facile de retrouver son propre compte, même caché sous un autre nom.

a11mxtzuhle-freestocks-org

C’est la raison pour laquelle trois étudiants en particulier ont choisi une autre méthode : se créer un compte privé, uniquement pour l’entourage, la famille et les amis. Vous savez, il y a toujours cette souris impossible à retrouver… Sous un faux nom, l’une d’elles partage sur Facebook des éléments de sa vie, ses coups de gueule et ses impressions. « Je prends position, j’ose même publier des photos naturelles de moi », explique-t-elle. Un second compte plus difficile à retrouver si on ne détient pas son nom exact.

Promouvoir ses articles, apparaître comme un « bon journaliste », se créer une autre image de soi ou se faire son propre CV numérique… Sur les réseaux sociaux, les étudiants en journalisme ont un usage particulier. C’est avant tout un outil : un outil de travail, mais également un outil pour intégrer la communauté journalistique. Ils cachent leurs défauts et ce qui pourrait leur nuire. Ils ne montrent qu’une partie de leur vrai visage. C’est le résultat d’une technique bien rodée qui consiste à avoir conscience de la nécessité à distinguer les sphères publiques et privées. C’est l’une des particularités à accepter quand ils décident de devenir des journalistes. Qui trouvons-nous sur les réseaux sociaux ? Seulement des projections de nous-mêmes. Et dans ce jeu de cache-cache infini, personne ne semble pouvoir gagner la partie.

Références

Astier I., Duvoux N., 2006, La société biographique : une injonction à vivre dignement, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Bacqué M.-H., Biewener C., 2013, L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, Éd. La Découverte.

Cardon D., 2008, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 6, 152, pp. 93-137.

Lejealle C., 2013, « Facebook et la mise en scène de soi : contrôler son image est euphorisant », L’Obs, en ligne (dernière consultation le 17/12/2016).

Au code, citoyens ! Mise en technologies des problèmes publics

Avis de soutenance de thèse

thèse en sociologie
de Ksenia Ermoshina
(Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines Paris Tech)

28 novembre 2016 à 14h30
École des Mines de Paris, salle L109
60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris

Comment rend-t-on publiques des choses ? Et comment les publics sont-ils constitués par les instruments ? C’est à ces deux grandes questions que cette thèse essaie de répondre, à travers une analyse ethnographique des hackathons civiques (ces compétitions où on prototype des solutions numériques aux défis sociaux divers); et une étude de cas de plusieurs applications dites citoyennes. Ces applications pour web et mobile, basées sur le principe du crowdsourcing, visent à répondre à des problèmes variés, comme la corruption, la fraude électorale, la violence policière ou encore, les problèmes de voirie. La thèse s’intéresse à la fois à la conception de ces dispositifs, à leurs usages et aux façons dont ces outils transforment la communication des citoyens entre eux, et avec les administrations publiques. Elle explore les nouveaux formats d’innovation collaborative et interroge l’usage du code informatique en tant qu’instrument d’action collective.
 
La thèse mobilise une méthodologie qui puise dans les répertoires des STS, de la sociologie des problèmes publics, de la science politique, des sciences de l’information et communication. Appuyée sur l’étude d’applications citoyennes en France et en Russie, elle pose différentes questions : comment traduit-on les problèmes publics en code informatique ; qu’est-ce que ces applications font et font faire ? comment transforment-elles la participation citoyenne ?

 

La recherche articule les rapports entre le code et la loi et montre que les interfaces des applications façonnent et standardisent la participation en se basant sur les documents de référence : les lois, les réglementations normatives et techniques. Cependant, la standardisation a ses limites : se focalisant sur les moments de faille et des épreuves, telles que les tests, les mises à jour, le débogage des applications, l’enquête rend visibles les détournements et les bricolages mis en place par les usagers qui dépassent le cadrage par les interfaces et participent à la fois à la réécriture des applications et à la redéfinition des problèmes publics. La comparaison entre applications développées par les administrations publiques et projets portés par la société civile permet de distinguer deux modèles d’intermédiation citoyens-administrations : les chaînes courtes et les chaînes longues. Sans les opposer, la thèse se place dans « l’entre-deux » et analyse les articulations, les agencements de ces réseaux socio-techniques.

 

La composition du jury de thèse :

 

Loïc Blondiaux, Professeur à l’Université Paris I Sorbonne – rapporteur 
Françoise Daucé, Directrice d’études à l’EHESS, CERCEC – présidente
Jérôme Denis, Chercheur au CSI, Mines ParisTech
Cécile Méadel, Professeure à l’Université Paris II Panthéon-Assas – directrice de thèse
Arnaud Mercier, Professeur à l’Université Paris II – Panthéon Assas – rapporteur
Stéphanie Wojcik, Maître de conférences à l’Université Paris-Est-Créteil

Relire Habermas : retour sur un concept-piège

Dans un texte à paraître dans l’ouvrage Devenir public. Modalités et enjeux*, notre collègue Loïc Ballarini** revient sur le concept d’espace public d’Habermas. Une analyse claire et éclairante, utile à tout chercheur, débutant ou confirmé…
PEQ/ Vous soutenez que l’espace public est un concept-piège dont l’acception commune relève d’une réception très simplifiée du travail nettement plus complexe d’Habermas. Qu’entendez-vous par là ?

On retient en général de l’espace public qu’il désigne un lieu, physique ou symbolique, dans lequel les idées s’échangent et sont débattues jusqu’à ce qu’elles finissent par cristalliser en une opinion publique. Cette idée est très séduisante et donne une clé apparemment évidente sur la manière dont se forme l’opinion publique et dont fonctionnent les démocraties modernes. Mais les (nombreuses) mentions du concept d’espace public dans des travaux de chercheurs ne vont souvent pas plus loin que cette réduction – la plupart du temps, la mention de l’espace public n’est même pas accompagnée d’une définition, comme s’il s’agissait d’un acquis de la pensée !

Or, le livre L’Espace public d’Habermas est bien plus complexe que cela. Habermas y propose non pas une, mais deux définitions successives de l’espace public. La première correspond à la « sphère publique bourgeoise », cet espace de débat politique conquis contre les pouvoirs en place et qu’Habermas décrit comme l’outil qui a permis à la bourgeoisie anglaise, française et allemande du 18e siècle d’étendre au domaine politique la domination qu’elle exerçait déjà en matière économique. Dans la deuxième moitié de son ouvrage, Habermas fait de ce modèle, qui correspondait à une époque précise, une norme indispensable à toute société démocratique. Ce faisant, il transforme l’espace public historiquement situé en idéal dune discussion dintérêt général fondée sur l’usage public de la raison. Cet échange rationnel d’arguments se voit alors doté d’une fonction : la production de l’opinion publique. Le problème, c’est que contrairement à sa démarche première, qui est bien scientifique (en décrivant la sphère publique bourgeoise, Habermas tente de donner une explication originale – et convaincante – des bouleversements politiques qui marquèrent le 18e siècle), sa deuxième définition relève d’une posture morale : il s’agit cette fois de dire ce qui devrait être. Je n’ai rien contre la morale quand elle s’affiche en tant que telle, mais Habermas prétend élucider les mécanismes fondamentaux du fonctionnement de la société en privilégiant, au final, une « théorie » sans assise scientifique. C’est là qu’est le piège pour les chercheurs qui font aujourd’hui référence au concept : se contenter de mentionner l’espace public sans préciser la définition qu’on en retient, enfermés dans un idéal certes séduisant mais non scientifique, et qui ne peut donc pas servir à conduire une recherche.

2/ Le glissement d’Habermas d’un modèle scientifique, propre à une époque, vers un idéal normatif rend alors le concept d’espace public peu opératoire. Mais, selon vous, celui-ci n’est pas le seul problème. Vous dites que l’importance accordée à la rationalité et à ses manifestations langagières en constitue un autre. Pour quelles raisons ?

Avec L’Espace public, Habermas avait l’ambition de fonder une théorie sociale basée sur cette idée « que l’une des catégories centrales de notre propre société nous en livre la compréhension systématique » (p. 17-18). Il y échoue parce qu’il fait le choix d’édicter une norme plutôt que d’approfondir un modèle. Mais il n’y renonce pas pour autant : la Théorie de l’agir communicationnel remet l’ouvrage sur le métier en allant encore plus loin. Une place centrale y est accordée à « l’intercompréhension langagière en tant que mécanisme d’orientation de l’action » (tome 1, p. 284). Habermas postule en effet que c’est le langage qui fait société, c’est pourquoi sa théorie sociale est une philosophie du langage. Le langage, selon lui, est composé d’échanges et d’actes de communication qu’Habermas regroupe sous le terme d’agir communicationnel. Ce dernier est compris comme l’ensemble des échanges visant l’intercompréhension : la recherche de l’intercompréhension, qui structure le langage, permet donc d’expliquer la société. D’une certaine manière, Habermas explicite ce qui était encore implicite dans L’Espace public. L’échange rationnel d’arguments, destiné à produire un consensus entre les interlocuteurs, est bien plus qu’une éthique de la discussion : c’est une loi naturelle. La recherche active de l’intercompréhension n’est pas le résultat d’un choix moral, ou pratique. Elle constitue la structure même du langage. Ce présupposé s’appuie sur une série de conditions qui font que les actes de langage pouvant être qualifiés d’agir communicationnel ne représentent au mieux qu’une infime partie des échanges. L’agir communicationnel, qui ne tient déjà pas compte de toutes les formes de manipulation (regroupées dans l’agir stratégique), passe aussi à côté des jeux de mots, des expressions grammaticalement inexactes ou des situations où la réception d’un message n’est pas absolument identique à son émission… Il est difficile d’imaginer qu’une théorie sociale reposant sur le langage puisse négliger ces questions.

3/ Il s’agit alors de revenir sur les rapports de pouvoir que l’agir communicationnel peut voiler ?

Ce n’est pas pour rien que l’on considère qu’Habermas a fait subir un « tournant langagier » à la Théorie critique de l’École de Francfort. Chez Habermas, ce n’est plus le travail, et, conséquemment, les rapports de domination et d’exploitation, qui sont l’élément constitutif des sociétés humaines, mais le langage, étant entendu que le langage est nécessairement orienté vers l’intercompréhension. La principale conséquence de la théorie de l’agir communicationnel est donc de faire comme si le langage échappait à tout rapport de force. Comme si le langage était un instrument de communication neutre et transparent.

Or la société n’est pas langage. Elle est rapports de force habillés de langage. L’oublier condamne à confiner son champ de réflexion dans des limites bien trop étroites. Mais c’est peut-être, paradoxalement, ce qui a fait le succès d’Habermas dans une période où la pensée néolibérale s’est imposée partout en occident – une période que le philosophe Jean-Jacques Lecercle (2004) qualifie de « conjoncture Habermas », en ce sens qu’Habermas fournit la théorie sociale dont a besoin le dernier quart du 20e siècle. Là où le néolibéralisme économique tente de faire oublier les rapports de domination sociale en laissant entendre qu’employeur et employé seraient sur un pied d’égalité, la philosophie du langage d’Habermas prétend démontrer que, dans l’échange langagier, destinateur et destinataire seraient interchangeables. Ce que, au passage, toutes les théories et études de réception ne cessent d’infirmer depuis les années 1950.

4/ Vous proposez quatre pistes pour sortir des impasses auxquelles le concept habermassien d’espace public conduit. Pourriez-vous nous en présenter ici une synthèse ?

Je pense que l’intuition première d’Habermas est puissante, mais qu’il l’étouffe lui-même par un ensemble de présupposés qui nuisent à la recherche. D’où ma proposition de procéder à quatre renversements de perspective. Tout d’abord, il s’agit de renoncer à toute idée d’un âge d’or de l’espace public, pour le considérer au contraire comme un ensemble de processus dynamiques qui évoluent avec le temps. C’est ce que dit Habermas lui-même au début de L’Espace public, et que d’autres avant moi ont souligné (notamment Bernard Miège, Peter Dahlgren, Bastien François et Érik Neveu). Ensuite, je propose de considérer l’espace public comme le creuset des opinions personnelles, et non comme celui de l’opinion publique. Troisièmement, contre l’espace public unique, universel et médiatique d’Habermas, penser des espaces publics pluriels, locaux et conversationnels. En somme, et c’est le quatrième renversement de perspective, il s’agit de sortir l’espace public de l’agir communicationnel. En se défaisant du mythe du langage orienté vers l’intercompréhension et en s’ouvrant à des approches plus sociologiques, permettant de prendre en compte les rapports de force qui traversent tous les niveaux de la société, on redonne à l’espace public entendu comme lieu(x) de confrontation des idées une puissance heuristique qu’il perd quand Habermas veut en faire un idéal normatif. Pour le dire de manière volontairement provocatrice, on peut tout à fait se contenter des trois premiers chapitres de L’Espace public et oublier les quatre suivants. L’analyse que fait Habermas des conditions de formation de la sphère publique bourgeoise au 18e est très fine et toujours d’actualité. Parce qu’il est attentif aux tensions et à la lutte que mène alors la bourgeoisie contre l’aristocratie en Angleterre, en France et en Allemagne, il montre bien les ambiguïtés d’une sphère publique qui se proclame universelle mais ne sert dans les faits que les intérêts d’une classe minoritaire aspirant à la domination sociale. Ce n’est qu’ensuite qu’Habermas procède lui-même à la simplification et à la réification de son propre concept : à partir de ce moment-là, il est permis de ne plus le suivre.

5/ Certes, il est communément admis aujourd’hui que le concept d’opinion publique pose de nombreux problèmes définitionnels. Mais peut-on évacuer l’« opinion personnelle » de son substrat public, sans tomber dans d’autres erreurs conceptuelles ?

Parler de « renversements de perspective » ne signifie pas que je souhaiterais faire table rase d’un passé honteux. Simplement, quand on s’est engagé dans une impasse, il est important de savoir faire demi-tour… sans oublier les (bonnes) raisons pour lesquelles on s’y est engagé. En ce qui concerne l’espace public, poser l’élaboration d’une opinion publique comme fin attendue des débats est à mon avis une impasse. Mais s’interroger sur la construction et la diffusion des opinions est aussi stimulant que souhaitable. J’en appelle à la modestie : étant donné les problèmes que pose l’opinion publique pour parvenir à la définir (et éventuellement pour la mesurer si l’on considère que cela est possible, ce qui n’a rien d’évident), ne nous y engageons pas sans un très sérieux travail théorique préparatoire. Il faut arrêter d’écrire « opinion publique » à tout bout de champ sans même prendre la peine d’une définition ! On court les mêmes risques d’enfermement de ses proches recherches qu’en mentionnant l’« espace public » négligemment au détour d’une phrase. S’il est un ou des lieux, symboliques ou physiques, dans lesquels les idées circulent et que conceptualiser ces lieux en tant qu’espace(s) public(s) nous aide à comprendre comment se forment les opinions personnelles, nous aurons alors fait un pas important, tout en évitant de nous bercer de l’illusion que nous allons révéler les mystères de l’opinion publique. Au passage, nous n’aurons d’ailleurs pas renoncé au substrat public de l’opinion personnelle, puisque c’est bien dans la relation à l’autre que l’individu se construit – ce que, du jeune enfant à l’adulte en passant par l’adolescent, les travaux de Jean Piaget, Pierre Bourdieu et Annick Percheron ont d’ailleurs bien montré.

Propos recueillis par Angeliki Monnier et Anne Piponnier

* Devenir public. Modalités et enjeux, ouvrage collectif, s/d de C. Segur et L. Ballarini, à paraître en 2017)

** Loïc Ballarini est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM).
Site : ballarini.fr/loic (http://ballarini.fr/loic/)

Références citées :

Bourdieu P., 2000 Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Seuil. [1972]

Dahlgren P., 1995, Television and the Public Sphere, Londres, Sage.

François B. et Neveu É., 1999, Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Habermas J., 1987, Théorie de lagir communicationnel, tome 1 : Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, traduit de l’allemand par Jean-Marc Ferry ; tome 2 : Critique de la raison fonctionnaliste, traduit de l’allemand par Jean-Louis Schlegel, Paris, Fayard. [1981]

Habermas J., 1993, LEspace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, traduit de l’allemand par M. B. de Launay, Paris, Payot. [1962]

Lecercle J.-J., 2004, Une philosophie marxiste du langage. Paris, Presses universitaires de France.

Miège B., 1995, « L’espace public : perpétué, élargi et fragmenté », pp.  163-175, in : Pailliart I. (dir.), Lespace public et lemprise de la communication, Grenoble, Ellug.

Percheron A., 1993, La socialisation politique, Paris, Armand Colin.

Piaget J., 1967, La Construction du réel chez l’enfant, Paris/Neuchâtel, Delachaux et Niestlé. [1937]