Archives de catégorie : Bancs Publics

Au code, citoyens ! Mise en technologies des problèmes publics

Avis de soutenance de thèse

thèse en sociologie
de Ksenia Ermoshina
(Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines Paris Tech)

28 novembre 2016 à 14h30
École des Mines de Paris, salle L109
60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris

Comment rend-t-on publiques des choses ? Et comment les publics sont-ils constitués par les instruments ? C’est à ces deux grandes questions que cette thèse essaie de répondre, à travers une analyse ethnographique des hackathons civiques (ces compétitions où on prototype des solutions numériques aux défis sociaux divers); et une étude de cas de plusieurs applications dites citoyennes. Ces applications pour web et mobile, basées sur le principe du crowdsourcing, visent à répondre à des problèmes variés, comme la corruption, la fraude électorale, la violence policière ou encore, les problèmes de voirie. La thèse s’intéresse à la fois à la conception de ces dispositifs, à leurs usages et aux façons dont ces outils transforment la communication des citoyens entre eux, et avec les administrations publiques. Elle explore les nouveaux formats d’innovation collaborative et interroge l’usage du code informatique en tant qu’instrument d’action collective.
 
La thèse mobilise une méthodologie qui puise dans les répertoires des STS, de la sociologie des problèmes publics, de la science politique, des sciences de l’information et communication. Appuyée sur l’étude d’applications citoyennes en France et en Russie, elle pose différentes questions : comment traduit-on les problèmes publics en code informatique ; qu’est-ce que ces applications font et font faire ? comment transforment-elles la participation citoyenne ?

 

La recherche articule les rapports entre le code et la loi et montre que les interfaces des applications façonnent et standardisent la participation en se basant sur les documents de référence : les lois, les réglementations normatives et techniques. Cependant, la standardisation a ses limites : se focalisant sur les moments de faille et des épreuves, telles que les tests, les mises à jour, le débogage des applications, l’enquête rend visibles les détournements et les bricolages mis en place par les usagers qui dépassent le cadrage par les interfaces et participent à la fois à la réécriture des applications et à la redéfinition des problèmes publics. La comparaison entre applications développées par les administrations publiques et projets portés par la société civile permet de distinguer deux modèles d’intermédiation citoyens-administrations : les chaînes courtes et les chaînes longues. Sans les opposer, la thèse se place dans « l’entre-deux » et analyse les articulations, les agencements de ces réseaux socio-techniques.

 

La composition du jury de thèse :

 

Loïc Blondiaux, Professeur à l’Université Paris I Sorbonne – rapporteur 
Françoise Daucé, Directrice d’études à l’EHESS, CERCEC – présidente
Jérôme Denis, Chercheur au CSI, Mines ParisTech
Cécile Méadel, Professeure à l’Université Paris II Panthéon-Assas – directrice de thèse
Arnaud Mercier, Professeur à l’Université Paris II – Panthéon Assas – rapporteur
Stéphanie Wojcik, Maître de conférences à l’Université Paris-Est-Créteil

AAC Rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours

Université d’Orléans, 7-9 juin 2017

Dans une perspective interdisciplinaire qui a vocation à réunir des spécialistes divers (historiens, historiens du droit, littéraires, civilisationnistes, anthropologues, sociologues, ethnologues, etc.), ce colloque se propose d’explorer les rituels de la vie privée et publique du Moyen-Age à nos jours.

S’il convient d’interroger les rituels comme pratiques réglées et codifiées, c’est surtout l’articulation – phénomènes d’analogie, d’imitation, de contamination, d’inclusion, d’extension, ou inversement de distinction ou d’exclusion – entre des formes de ritualité de la vie personnelle ou familiale, domestique, voire quotidienne, et des pratiques rituelles de la sphère publique, c’est-à-dire sociale, politique, religieuse, juridique et plus largement institutionnelle et culturelle, qu’il s’agira d’examiner et d’analyser.

Saisi concrètement dans son articulation entre public et privé, le rituel pourra être interrogé selon les axes suivants, qui ne sont pas exclusifs :

1. La dimension herméneutique du rituel, dont le sens suppose une interprétation : quelle compréhension l’individu et le groupe ont-ils de leur pratique rituelle ? quelle est la connaissance qu’ils en ont ? qui détient le savoir et le sens d’un rituel, en quoi cette maîtrise contribue-t-elle à instaurer son identité ? comment un rituel peut-il donner lieu à des interprétations différentes, voire divergentes ?

2. La question du pouvoir : en quoi le rituel permet-il l’institution et l’affirmation d’une auctoritas ? en quoi relève-t-il plus globalement d’une forme et d’une expression d’un pouvoir ?

3. Le rituel et la norme : en quoi le rituel est-il un principe de régulation sociale et temporelle ? relève-t-il seulement de l’usage, de la coutume, ou y a-t-il une ritualité de l’extraordinaire ? quelle place laisse-t-il à l’exception ?

4. La mise en question du rituel : quelles en sont les contestations, les transgressions, les dévoiements, et quelle forme prennent-ils ? tout rituel ne suppose-t-il pas une part de liberté et de plasticité qui permet son évolution ?

5. La création de nouveaux rites : par quels processus, en quelles circonstances s’invente et se configure un rituel ? comment la codification du rituel peut-elle être réinventée par un individu ou un groupe qui se le réapproprie ainsi ?

6. La représentation du rituel : par quels processus de médiatisation et par quels supports (oraux, visuels, écrits, sonores) est-il représenté ? les pratiques rituelles peuvent-elles donner lieu à une fictionnalisation, et quels en sont les enjeux ?

La perspective diachronique du colloque permettra ainsi de faire apparaître, au fil de communications de portée synchronique, les évolutions de la ritualité à l’intersection du public et du privé sur une ère globalement homogène dans son histoire culturelle, sociale et politique (de l’Occident chrétien à l’Europe contemporaine). Ce faisant, le colloque « Rituels de la vie publique et privée du Moyen Âge à nos jours », interdisciplinaire dans ses approches, entend plus globalement s’inscrire dans une étude et une histoire des pratiques, des représentations et des mentalités.

Modalités pratiques d’envoi de prépositions :

Les propositions (environ 1500 signes) sont à envoyer à colloque.rituels@univ-orleans.fr avant le 15 novembre 2016.

AAC La réception en questions. Sorties culturelles et pratiques spectatorielles

L’appel à proposition d’articles pour la revue Terrains/Théories intitulé : « La réception en questions. Sorties culturelles et pratiques spectatorielles » que Aurélien Djakouane et Gabriel Segré coordonnent est prolongé jusqu’au 10 octobre 2016 et élargi aux travaux et recherches  sur le spectacle vivant, le cinéma, le musée…

Vous trouverez une présentation de la revue ici : https://teth.revues.org/

Ainsi que le détail de l’appel à articles en pj et ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19757

Les propositions, de 5 000 signes maximum (espaces compris), présentant l’objet de recherche et la problématisation, ainsi que les options méthodologiques et théoriques retenues, devront parvenir sous forme électronique aux adresses suivantes :

Publics et TIC. Confrontations conceptuelles et recherches empiriques

Publics et TIC.

Confrontations conceptuelles
et recherches empiriques

sous la direction de
Pierre Morelli, Nathalie Pignard-Cheynel et Didier Baltazart

 Éditions universitaires de Lorraine, 2016, 366 p.

Dans la grande majorité des travaux, les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont questionnées par le biais de l’analyse de l’usage et la détermination de figures de l’usager. Les chercheurs mobilisent très rarement la notion de public, centrale dans les études sur les médias et leur réception mais dont les acceptions substantive (le publics) et adjective (public) semblent, a priori, peu adaptées. Pourtant, avec le web 2.0, l’activité des destinataires et le rapport aux individus se sont développés, faisant émerger des formes collectives (communautés en ligne, réseaux socionumériques) qui peuvent être pensées via la notion de public. Se proposant de creuser le sillon ouvert par quelques chercheurs pionniers, cet ouvrage s’appuie sur un ensemble de contributions présentant des cadres théoriques et des méthodes d’analyse variés afin d’évaluer la pertinence du recours à la notion de public pour l’analyse des TIC. Faire et rendre public par les TIC, être public des TIC constituent alors les premières phases d’une réflexion qui peut nous amener à (re)penser le public par les TIC.

L’ouvrage est structuré en trois sections (« Les TIC pour rendre public », « Être public des TIC », « (Re)penser les publics par les TIC ») précédées par trois textes balisant le cadre théorique général dans lequel s’inscrivent les quinze contributions.

unknown

Les trois textes introductifs de l’ouvrage sont distribués individuellement sous licence internationale Creative Commons 4.0 (attribution – pas d’utilisation commerciale – pas de modification).

Pour plus d’informations voir communique-publics-et-TIC ou bien release-public-and-ict-en

Pierre Morelli, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine à Metz, membre de l’équipe Pixel sur les technologies de l’information et de la communication au sein du Centre de recherche sur les médiations, est notamment l’auteur de travaux sur l’usage et le non-usage des tic, les aspects artistiques, culturels et sociaux des tic, la communication et le développement territorial.

Nathalie Pignard-Cheynel, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine à Metz, membre de l’équipe Pixel sur les technologies de l’information et de la communication au sein du Centre de recherche sur les médiations, travaille sur les mutations des pratiques journalistiques à l’ère du numérique, notamment l’usage des réseaux socionumériques, l’émergence de formats comme le live-blogging et la participation des internautes au processus de construction de l’information en ligne.

Didier Baltazart, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims Champagne-Ardenne, membre de l’équipe Pixel sur les technologies de l’information et de la communication au sein du Centre de recherche sur les médiations, étudie l’évolution des métiers de l’enseignement supérieur à l’ère du numérique, notamment les conditions et la nature des changements liés à la médiatisation technologique du savoir universitaire.

AAC Les publics de la culture et des médias en pratiques. Actualités de la recherche sur la réception

APPEL À COMMUNICATIONS
Deuxième colloque du RT14 « Sociologie des Arts de la Culture »
en collaboration avec le RT37 « Sociologie des médias »

Les publics de la culture et des médias en pratiques.
Actualités de la recherche sur la réception

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2016

Dans ce colloque organisé par le Réseau Thématique 14 (Sociologie des arts et de la culture) et le Réseau Thématique 37 (Sociologie des médias) de l’Association Française de Sociologie (AFS), nous proposons de revenir sur une question classique en sociologie des médias et de la culture, celle des publics et de la réception des biens symboliques.

Voir l’appel à communications : AAC_Les publics de la culture et des médias en pratiques_RT14 et RT37 AFS_nov 16