Archives de catégorie : Chercheurs invités

Relire Habermas : retour sur un concept-piège

Dans un texte à paraître dans l’ouvrage Devenir public. Modalités et enjeux*, notre collègue Loïc Ballarini** revient sur le concept d’espace public d’Habermas. Une analyse claire et éclairante, utile à tout chercheur, débutant ou confirmé…
PEQ/ Vous soutenez que l’espace public est un concept-piège dont l’acception commune relève d’une réception très simplifiée du travail nettement plus complexe d’Habermas. Qu’entendez-vous par là ?

On retient en général de l’espace public qu’il désigne un lieu, physique ou symbolique, dans lequel les idées s’échangent et sont débattues jusqu’à ce qu’elles finissent par cristalliser en une opinion publique. Cette idée est très séduisante et donne une clé apparemment évidente sur la manière dont se forme l’opinion publique et dont fonctionnent les démocraties modernes. Mais les (nombreuses) mentions du concept d’espace public dans des travaux de chercheurs ne vont souvent pas plus loin que cette réduction – la plupart du temps, la mention de l’espace public n’est même pas accompagnée d’une définition, comme s’il s’agissait d’un acquis de la pensée !

Or, le livre L’Espace public d’Habermas est bien plus complexe que cela. Habermas y propose non pas une, mais deux définitions successives de l’espace public. La première correspond à la « sphère publique bourgeoise », cet espace de débat politique conquis contre les pouvoirs en place et qu’Habermas décrit comme l’outil qui a permis à la bourgeoisie anglaise, française et allemande du 18e siècle d’étendre au domaine politique la domination qu’elle exerçait déjà en matière économique. Dans la deuxième moitié de son ouvrage, Habermas fait de ce modèle, qui correspondait à une époque précise, une norme indispensable à toute société démocratique. Ce faisant, il transforme l’espace public historiquement situé en idéal dune discussion dintérêt général fondée sur l’usage public de la raison. Cet échange rationnel d’arguments se voit alors doté d’une fonction : la production de l’opinion publique. Le problème, c’est que contrairement à sa démarche première, qui est bien scientifique (en décrivant la sphère publique bourgeoise, Habermas tente de donner une explication originale – et convaincante – des bouleversements politiques qui marquèrent le 18e siècle), sa deuxième définition relève d’une posture morale : il s’agit cette fois de dire ce qui devrait être. Je n’ai rien contre la morale quand elle s’affiche en tant que telle, mais Habermas prétend élucider les mécanismes fondamentaux du fonctionnement de la société en privilégiant, au final, une « théorie » sans assise scientifique. C’est là qu’est le piège pour les chercheurs qui font aujourd’hui référence au concept : se contenter de mentionner l’espace public sans préciser la définition qu’on en retient, enfermés dans un idéal certes séduisant mais non scientifique, et qui ne peut donc pas servir à conduire une recherche.

2/ Le glissement d’Habermas d’un modèle scientifique, propre à une époque, vers un idéal normatif rend alors le concept d’espace public peu opératoire. Mais, selon vous, celui-ci n’est pas le seul problème. Vous dites que l’importance accordée à la rationalité et à ses manifestations langagières en constitue un autre. Pour quelles raisons ?

Avec L’Espace public, Habermas avait l’ambition de fonder une théorie sociale basée sur cette idée « que l’une des catégories centrales de notre propre société nous en livre la compréhension systématique » (p. 17-18). Il y échoue parce qu’il fait le choix d’édicter une norme plutôt que d’approfondir un modèle. Mais il n’y renonce pas pour autant : la Théorie de l’agir communicationnel remet l’ouvrage sur le métier en allant encore plus loin. Une place centrale y est accordée à « l’intercompréhension langagière en tant que mécanisme d’orientation de l’action » (tome 1, p. 284). Habermas postule en effet que c’est le langage qui fait société, c’est pourquoi sa théorie sociale est une philosophie du langage. Le langage, selon lui, est composé d’échanges et d’actes de communication qu’Habermas regroupe sous le terme d’agir communicationnel. Ce dernier est compris comme l’ensemble des échanges visant l’intercompréhension : la recherche de l’intercompréhension, qui structure le langage, permet donc d’expliquer la société. D’une certaine manière, Habermas explicite ce qui était encore implicite dans L’Espace public. L’échange rationnel d’arguments, destiné à produire un consensus entre les interlocuteurs, est bien plus qu’une éthique de la discussion : c’est une loi naturelle. La recherche active de l’intercompréhension n’est pas le résultat d’un choix moral, ou pratique. Elle constitue la structure même du langage. Ce présupposé s’appuie sur une série de conditions qui font que les actes de langage pouvant être qualifiés d’agir communicationnel ne représentent au mieux qu’une infime partie des échanges. L’agir communicationnel, qui ne tient déjà pas compte de toutes les formes de manipulation (regroupées dans l’agir stratégique), passe aussi à côté des jeux de mots, des expressions grammaticalement inexactes ou des situations où la réception d’un message n’est pas absolument identique à son émission… Il est difficile d’imaginer qu’une théorie sociale reposant sur le langage puisse négliger ces questions.

3/ Il s’agit alors de revenir sur les rapports de pouvoir que l’agir communicationnel peut voiler ?

Ce n’est pas pour rien que l’on considère qu’Habermas a fait subir un « tournant langagier » à la Théorie critique de l’École de Francfort. Chez Habermas, ce n’est plus le travail, et, conséquemment, les rapports de domination et d’exploitation, qui sont l’élément constitutif des sociétés humaines, mais le langage, étant entendu que le langage est nécessairement orienté vers l’intercompréhension. La principale conséquence de la théorie de l’agir communicationnel est donc de faire comme si le langage échappait à tout rapport de force. Comme si le langage était un instrument de communication neutre et transparent.

Or la société n’est pas langage. Elle est rapports de force habillés de langage. L’oublier condamne à confiner son champ de réflexion dans des limites bien trop étroites. Mais c’est peut-être, paradoxalement, ce qui a fait le succès d’Habermas dans une période où la pensée néolibérale s’est imposée partout en occident – une période que le philosophe Jean-Jacques Lecercle (2004) qualifie de « conjoncture Habermas », en ce sens qu’Habermas fournit la théorie sociale dont a besoin le dernier quart du 20e siècle. Là où le néolibéralisme économique tente de faire oublier les rapports de domination sociale en laissant entendre qu’employeur et employé seraient sur un pied d’égalité, la philosophie du langage d’Habermas prétend démontrer que, dans l’échange langagier, destinateur et destinataire seraient interchangeables. Ce que, au passage, toutes les théories et études de réception ne cessent d’infirmer depuis les années 1950.

4/ Vous proposez quatre pistes pour sortir des impasses auxquelles le concept habermassien d’espace public conduit. Pourriez-vous nous en présenter ici une synthèse ?

Je pense que l’intuition première d’Habermas est puissante, mais qu’il l’étouffe lui-même par un ensemble de présupposés qui nuisent à la recherche. D’où ma proposition de procéder à quatre renversements de perspective. Tout d’abord, il s’agit de renoncer à toute idée d’un âge d’or de l’espace public, pour le considérer au contraire comme un ensemble de processus dynamiques qui évoluent avec le temps. C’est ce que dit Habermas lui-même au début de L’Espace public, et que d’autres avant moi ont souligné (notamment Bernard Miège, Peter Dahlgren, Bastien François et Érik Neveu). Ensuite, je propose de considérer l’espace public comme le creuset des opinions personnelles, et non comme celui de l’opinion publique. Troisièmement, contre l’espace public unique, universel et médiatique d’Habermas, penser des espaces publics pluriels, locaux et conversationnels. En somme, et c’est le quatrième renversement de perspective, il s’agit de sortir l’espace public de l’agir communicationnel. En se défaisant du mythe du langage orienté vers l’intercompréhension et en s’ouvrant à des approches plus sociologiques, permettant de prendre en compte les rapports de force qui traversent tous les niveaux de la société, on redonne à l’espace public entendu comme lieu(x) de confrontation des idées une puissance heuristique qu’il perd quand Habermas veut en faire un idéal normatif. Pour le dire de manière volontairement provocatrice, on peut tout à fait se contenter des trois premiers chapitres de L’Espace public et oublier les quatre suivants. L’analyse que fait Habermas des conditions de formation de la sphère publique bourgeoise au 18e est très fine et toujours d’actualité. Parce qu’il est attentif aux tensions et à la lutte que mène alors la bourgeoisie contre l’aristocratie en Angleterre, en France et en Allemagne, il montre bien les ambiguïtés d’une sphère publique qui se proclame universelle mais ne sert dans les faits que les intérêts d’une classe minoritaire aspirant à la domination sociale. Ce n’est qu’ensuite qu’Habermas procède lui-même à la simplification et à la réification de son propre concept : à partir de ce moment-là, il est permis de ne plus le suivre.

5/ Certes, il est communément admis aujourd’hui que le concept d’opinion publique pose de nombreux problèmes définitionnels. Mais peut-on évacuer l’« opinion personnelle » de son substrat public, sans tomber dans d’autres erreurs conceptuelles ?

Parler de « renversements de perspective » ne signifie pas que je souhaiterais faire table rase d’un passé honteux. Simplement, quand on s’est engagé dans une impasse, il est important de savoir faire demi-tour… sans oublier les (bonnes) raisons pour lesquelles on s’y est engagé. En ce qui concerne l’espace public, poser l’élaboration d’une opinion publique comme fin attendue des débats est à mon avis une impasse. Mais s’interroger sur la construction et la diffusion des opinions est aussi stimulant que souhaitable. J’en appelle à la modestie : étant donné les problèmes que pose l’opinion publique pour parvenir à la définir (et éventuellement pour la mesurer si l’on considère que cela est possible, ce qui n’a rien d’évident), ne nous y engageons pas sans un très sérieux travail théorique préparatoire. Il faut arrêter d’écrire « opinion publique » à tout bout de champ sans même prendre la peine d’une définition ! On court les mêmes risques d’enfermement de ses proches recherches qu’en mentionnant l’« espace public » négligemment au détour d’une phrase. S’il est un ou des lieux, symboliques ou physiques, dans lesquels les idées circulent et que conceptualiser ces lieux en tant qu’espace(s) public(s) nous aide à comprendre comment se forment les opinions personnelles, nous aurons alors fait un pas important, tout en évitant de nous bercer de l’illusion que nous allons révéler les mystères de l’opinion publique. Au passage, nous n’aurons d’ailleurs pas renoncé au substrat public de l’opinion personnelle, puisque c’est bien dans la relation à l’autre que l’individu se construit – ce que, du jeune enfant à l’adulte en passant par l’adolescent, les travaux de Jean Piaget, Pierre Bourdieu et Annick Percheron ont d’ailleurs bien montré.

Propos recueillis par Angeliki Monnier et Anne Piponnier

* Devenir public. Modalités et enjeux, ouvrage collectif, s/d de C. Segur et L. Ballarini, à paraître en 2017)

** Loïc Ballarini est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM).
Site : ballarini.fr/loic (http://ballarini.fr/loic/)

Références citées :

Bourdieu P., 2000 Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Seuil. [1972]

Dahlgren P., 1995, Television and the Public Sphere, Londres, Sage.

François B. et Neveu É., 1999, Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Habermas J., 1987, Théorie de lagir communicationnel, tome 1 : Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, traduit de l’allemand par Jean-Marc Ferry ; tome 2 : Critique de la raison fonctionnaliste, traduit de l’allemand par Jean-Louis Schlegel, Paris, Fayard. [1981]

Habermas J., 1993, LEspace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, traduit de l’allemand par M. B. de Launay, Paris, Payot. [1962]

Lecercle J.-J., 2004, Une philosophie marxiste du langage. Paris, Presses universitaires de France.

Miège B., 1995, « L’espace public : perpétué, élargi et fragmenté », pp.  163-175, in : Pailliart I. (dir.), Lespace public et lemprise de la communication, Grenoble, Ellug.

Percheron A., 1993, La socialisation politique, Paris, Armand Colin.

Piaget J., 1967, La Construction du réel chez l’enfant, Paris/Neuchâtel, Delachaux et Niestlé. [1937]

News publics in the age of social media

Eugenia Siapera, Institute for Future Media and Journalism, School of Communications, Dublin City University

The rise of the internet and social media introduced massive and unprecedented changes in the ways we communicate and connect to one another. Theorists such as Manuel Castells (2011) have spoken about the age of the network, an alternative form of social organization revolving around shared activities and beliefs. Yochai Benkler (2006) has documented the potential possibilities for creativity and innovation based on sharedness and collaboration. The democratic potential of social media has been highlighted in a series of studies focusing on protests and activism (e.g. Shirky, 2011). Taken together, these studies suggest a qualitative shift prioritizing the role of individuals rather than states, organized in terms of loose networks. Equally, publics are no longer located in specific geographical locations, organized as networks.  But these networked publics still have to have access to information and the means by which to decipher, interpret and understand this information. But do they?

Large studies such as the Reuters Digital News Report have offered important insights in the ways in which networked publics consume the news. The main trends include firstly the rising role of social media for the discovery of news, the increased use of smartphones for news access and the continued importance of trust. The role of social media in news dissemination is becoming increasingly important as more and more people rely on their Facebook and Twitter feeds for news. Social media enable networked publics to be always informed about the news without necessarily having to visit news media websites. However, although more than 51% of the readers in the 26-country sample of the Reuters Report get their news from social media they are not always aware of the ways in which their timelines are structured. This is especially the case when it comes to Facebook, which is using an algorithm which selects and prioritizes specific posts to appear in a timeline. This algorithm relies on aspects such as what other members of a person’s network have shared, on the kind of previous posts read, commented and shared by the person, and on elements such as the time or recency of the news. In these terms, it is clear that Facebook imposes a kind of editorial decision on how to structure what people see their timelines, but without being very transparent about the rules it applies. Though Facebook has argued that it is users’ previous behavior and preferences that feed into the algorithm, the fact remains that this kind of algorithm ordering may prevent publics from coming across new and different kinds of information that could not have been predicted by Facebook’s algorithm. In other words, publics are not exposed to the full diversity of news and information that is out there, but to a selection based on their previous likes and dislikes, and on the kinds of networks they are part of. We further know that people tend to form networks with similar others (the so- called homophily effect, see McPherson, Smith-Lovin and Cooke, 2001), so this in essence means that they may be existing in a kind of filter bubble (Pariser, 2011) that excludes news and information coming from different and unexpected sources. This has clear implications for the power afforded to private corporations such as Facebook, for the right of publics to access a diverse diet of news and information, and ultimately for the kind of diverse but cohesive common world we need to be part of in order for society to function.

proposition2

Secondly, the rise of smartphones as one of the main devices for news consumption means that news can be accessed anywhere but it also means that accessing news can be a function of the speed of one’s internet connection, or of the kind of subscription model one has. Moreover, news that takes too long to download will not be clicked upon or shared. For news publishers that rely on clicks and engagement, this is tantamount to a death penalty. Proposed solutions such as Facebook’s Instant Articles, which require that publishers publish directly on Facebook’s platform, rather than posting links to their website, mean that readers stay on Facebook and potential revenue from advertising is lost. Additionally, because there is an increased reliance on sharing, commenting and liking articles in order to generate income, journalism finds itself employing more and more marketing and promotional techniques, which may compromise independent and critical journalism. Overall, for publishers these developments mean that news is becoming less and less a sustainable business, and for publics that ultimately they will be getting less and less diverse news even if they manage to deal with the filters imposed by algorithms.

Thirdly, the question of trust is emerging as key: people tend to trust more their friends, and hence are more likely to read and share news that comes through them. This kind of trust is now taking over from trusting a news brand, though this depends on the national contexts: for example, trust in news brands is the lowest in Greece at 20% and highest in Finland at 65%. But for the most part, publics don’t even notice the news brand when they read or share something, implying that they trust implicitly the person who shared the news, and undertake few if any other checks on the accuracy of the news. The quality of the news read and shared depends on the kind of friends one has in their network. This can help explain the notion of affective publics (Papacharissi, 2015), understood as publics linked by affective ties and by affective investment on stories.

proposition3

Taken together these trends reveal a very problematic picture for news publics, revolving around personalised news feeds, over reliance on social media platforms, which in turn undermine the ability of news publishers to produce news, and over reliance on friends in one’s network. In fact, such is the difference between these networked affective publics and the rational critical public at the heart of the Enlightenment and at the centre of classic journalism, that we need to ask in what sense do these relatively closed networks connected by affect can be understood as publics. Of course none of these networks is really cut off from other networks, and information still finds ways to enter and circulate, but the questions of quality, diversity and critical ability remain. It may well be that we, as part of these publics, need to rethink our relationship to the news and to social media platforms. On their part social media platforms may be required to treat journalism in a way that is different to that of other bands in social media platforms, given the centrality and importance of journalism for society and politics. Finally, journalism itself may need to restructure its relationship to its various publics, taking into account their needs, habits and preferences.

References

Benkler Y., 2006, The wealth of networks: How social production transforms markets and freedom, Yale University Press.

Castells M., 2011, The rise of the network society: The information age: Economy, society, and culture (Vol. 1), John Wiley & Sons.

McPherson M., Smith-Lovin L. and Cook J.M., 2001, “Birds of a feather: Homophily in social networks”, Annual review of sociology, pp. 415-444.

Papacharissi Z., 2015, Affective publics: Sentiment, technology, and politics, Oxford University Press.

Pariser E., 2011, The filter bubble: What the Internet is hiding from you, Penguin UK.

Shirky C., 2011, “The political power of social media: Technology, the public sphere, and political change”, Foreign affairs, pp. 28-41.

Dr Eugenia Siapera is Deputy Director of the Institute for Future Media and Journalism, Dublin City University. Eugenia is a School of Communications lecturer and researcher in the areas of social media, journalism, political theory, multiculturalism and cultural diversity and media. Her current research looks at the future of journalism from the perspective of journalists and their evolving professional practices, job descriptions, roles and their perception of their roles in a rapidly changing media landscape.

L’internationalisation de la presse magazine : une hypersegmentation des publics

Karine Taveaux-Grandpierre, LabSIC, Université Paris 13

ELLE India, Taiwanese Vogue, GEO Greece et plus récemment Vanity Fair France… : le déploiement d’un titre de magazine à l’international est en ce début de 21e siècle un dispositif très usité par les grands groupes pluri-médias. Cette démultiplication des déclinaisons internationales repose sur la renommée d’une marque. Elle permet de limiter les coûts de fabrication par la mutualisation d’éléments éditoriaux et surtout photographiques et se généralise depuis une dizaine d’années avec le développement de la licence. Si l‘internationalisation est d’usage aujourd’hui, elle remonte à la seconde moitié du 18e siècle et se déploie en premier lieu avec les magazines féminins. Il convient donc de s’interroger sur les raisons du développement transnational novateur de la presse magazine féminine, et de se demander comment cette internationalisation a pu si précocement se mettre en place et construire différents modèles transnationaux pérennes et adoptés par d’autres types de presse.

Il s’agit donc à la fois d’établir une généalogie de ce phénomène par l’étude de la presse magazine féminine et de cerner les éléments qui ont permis son évolution jusqu’aux journaux que nous pouvons nous procurer aujourd’hui. Nos recherches ont permis de retracer une chronologie de l’internationalisation des magazines féminins s’articulant sur quatre périodes.

En premier lieu, elle se fonde à partir de 1749 sur la diffusion de quelques titres français, tout d’abord Le Magasin français, littéraire et scientifique. Quelques éditeurs peu scrupuleux plagient textes et illustrations, notamment du Journal des Dames et du Cabinet des modes ou Modes nouvelles. Encouragé par l’absence de droit d’auteur sur les textes comme les images, le pillage de la presse féminine hexagonale est largement organisé sur son propre territoire et dans toute l’Europe. La francophilie des élites  ̶  les magazines ne sont pas traduits  ̶  et la renommée internationale de la mode française offrent un nouveau public à cette presse produite à moindres coûts et destinée à un lectorat élitiste encore très homogène.

Le deuxième temps de cette internationalisation est marqué par la volonté des éditeurs originaux de protéger leur rédactionnel comme leurs illustrations. Ils collaborent alors avec des entrepreneurs étrangers pour reproduire, le plus souvent à l’identique, leur magazine. Ainsi, à partir de 1829, Le Follet, Le Bon Ton et Le Moniteur de la Mode vont donner lieu à huit déclinaisons, de l’Europe aux États-Unis, en passant par la Russie. Certains éditeurs vont préfigurer l’industrialisation de la presse et s’organisent en Société de journaux à partir de 1845. Ces nouveaux industriels peuvent ainsi mieux défendre leurs droits d’auteurs, aussi bien en France qu’à l’étranger. Ils annoncent les entreprises de presse qui viendront les concurrencer avec les suppléments des journaux à grand tirage de la fin du 19e siècle :  La Mode du Petit Journal, La Mode du Journal ou bien encore Le Figaro Modes.

Dans un troisième temps, de grands groupes de presse inaugurent l’adaptation locale du contenu rédactionnel et illustré d’un titre mère. Cette globalisation s’effectue d’abord avec l’implantation en 1920 à Paris du magazine Vogue. The Harper’s Bazaar et plus récemment Cosmopolitan et ELLE le suivront, se déployant sur plus de soixante pays. Ces magazines affirment le caractère industriel de cette presse, insérant l’internationalisation des féminins dans des logiques culturelles et commerciales revendiquées. Ils s’appuient sur les importantes ressources financières des grands groupes pluri-médias, Hearst, Condé Nast et Lagardère, et sur la demande des annonceurs désireux à partir des années 1980 de toucher de nouveaux marchés. La déclinaison des magazines s’insère un peu plus dans la publicitarisation, créant et adaptant des supports pour mieux accueillir la publicité.

choix1b

Enfin, dans un quatrième temps, le caractère uniforme de l’offre n’est plus suffisant face au développement des échanges internationaux. Les titres doivent alors se décliner en prenant en compte la segmentation des lectorats, de plus en plus variés. L’hypersegmentation s’affirme progressivement en fonction des âges (ELLEgirl), des centres d’intérêts (ELLEaccessories ou ELLE à table), des genres (Vogueman) ou des supports, avec les chaînes youtube, les sites et les réseaux sociaux. Ils ciblent donc des lectorats très spécifiques, déclinant les titres à partir de marques fortes et clairement identifiées par les annonceurs du luxe, de la beauté et le public. Cette segmentation s’affine depuis avec la création d’éditions plus ethniques. Ainsi, la création des onze cahiers régionaux ELLE répond à une quête d’informations et d’annonces plus locales. La lectrice apprécie cette nouvelle proximité informationnelle et publicitaire. Et de leur côté, les annonceurs bénéficient de ce phénomène de dépublicitarisation des supports. L ’hypersegmentation renouvelle donc le public, qui s’essouffle en France comme à l’étranger, et tente de concurrencer l’adressage fin d’internet, en renouvelant et fidélisant l’audience comme le marché publicitaire.

La déclinaison internationale de la presse magazine démontre un dynamisme certain d’une industrie culturelle particulièrement touchée par la crise. L’attrait pour la mode et la culture française a créé un marché avec la création de modèles français jusqu’au 19e siècle. Puis, cette presse s’autonomise de son marché premier pour devenir une marque à l’international et se construire une identité plus locale. Elle est soutenue par les annonceurs qui peuvent prévoir des campagnes de plus en plus internationales pour des marques qui le sont tout autant. Ceci est renforcé par l’effondrement du marché publicitaire accompagné par la baisse du pouvoir d’achat des lecteurs et l’accroissement du nombre d’amateurs d’informations gratuites en ligne (webmagazines, portails, blogs, etc.). La presse magazine parvient à limiter la baisse croissante de ses ventes et s’assure de nouveaux marchés en local avec l’hypersegmentation autour de centres d’intérêt, des genres, des âges et de la localisation géographique, comme en témoignent ELLE Canada et ELLE QUEBEC ou bien encore Vogue Travel in France rédigé en mandarin et destiné au public chinois séjournant en France.

Pour aller plus loin

Espagne M., Werner M., dir., 1988, Transferts, les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand, XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Mattelart A., 2005, Diversité culturelle et mondialisation, Paris, Éd. La Découverte, collection Repères.

Mattelart T., 2013, « Théories de la mondialisation culturelle et internationalisation des médias », pp. 29-44, in Rasse P., dir. , La diversité culturelle, Paris, CNRS éditions, collection « Les Essentiels d’Hermès ».

Patrin-Leclère V., Marti de Montety C. et Berthelot-Griet K., 2014, La fin de la publicité ? Tours et contours de dépublicitarisation, Lormont, Éd. Le Bord de l’Eau.

Taveaux-Grandpierre K., 2013a, « ELLE, mobiliser un lectorat jeune par le numérique », Jeunes et médias, Les cahiers francophones de l’éducation aux médias, 6, Publibook, pp. 63-78.

Taveaux-Grandpierre K., 2013b, « Lorsque la presse féminine s’internationalise : le cas ELLE », Média 19, dossier thématique « La recherche sur la presse. Nouveaux bilans nationaux et internationaux », http://www.medias19.org/index.php?id=15560

Statistique et performativité : deux éclairages portés à la question des publics

Samuel Mateus, Université de Madère

La notion de « public » est très fluctuante. La modélisation de la « publicité » en tant qu’espace public critique-rationnel (Habermas, 1962) est, parfois, la plus féconde approche pour définir des publics agissants, les publics comme véritables acteurs sociaux. Cependant, la dimension performative de la publicité n’a pas toujours été facilement acceptée. Pour aborder la question des narrations du public, nous proposons une discussion sur la mise en public autour de deux questions, celles de la statistique puis celle de la performativité.

La narration statistique des publics

La notion de public renvoie aujourd’hui au domaine médiatique et à une institutionnalisation de son rôle social. Ainsi, les publics sont synonymes d’audiences, c’est-à-dire, les publics considérés du point de vue de la logique de masse, de l’individualisation anonyme, de l’opinion comme statistique. L’omniprésence des sondages atteste le succès de cette perspective massifiante du public : les publics des medias instituent une configuration quantitative à ce qui, à l’origine, relevait d’une approche qualitative. La conclusion d’un sondage d’opinion telle que « 60% des personnes sont contre » traduit cette approche. Les publics sont fréquemment assimilés à des normes quantifiables et qui peuvent ainsi être réduits à la statistique et aux études de marché.

Cette approche empirique donne au public une dimension généralisante et universelle. Elle masque les idiosyncrasies, les arguments, les justifications. Le public des audiences n’a ainsi pas de visage. Il n’est que des chiffres.

Dans le même temps, ces enquêtes ont essayé de donner un sens à ce que signifie l’industrie culturelle en considérant les publics comme des objets scientifiques dont on pourrait identifier quelques déterminations causales. Selon cette hypothèse, les publics sont fréquemment réduits aux objets culturels auxquels ils sont associés (Esquenazi, 2003 : 9-17). Être un public désigne, dans ce cas, la capacité de relier un produit culturel à son auteur. Le processus de réception qui va définir le public est déterminé par le partage d’un sens rendu possible par un hommage commun. L’auteur est le facteur de cohésion qui constitue certains publics, comme en témoignent les communautés de fans. Mais dans d’autres situations le public est le produit à l’origine d’une identité publique, comme par exemple, les associations fondées sur la vénération d’une série télévisée. Dans ce public-audience, la réception culturelle des publics est structurée par un complexe d’interprétations sociales dynamiques et polémiques partagées par la consommation des médias (Wolton, 1990).

Pourtant, quel est l’avenir du lien entre le public et l’audience ? D’un point de vue éthique, il est impossible de réaliser une telle réduction (public-audience). Le public est cette instance critique, rationnelle et délibérative de la sphère publique dans laquelle des citoyens questionnent des sujets et interrogent des acteurs afin d’obtenir un consensus sur les questions collectives sociales et politiques (Habermas, 1991: 27). L’audience n’est rien de plus qu’un nom collectif faisant référence à la réception individualisée de contenus multimédias. Selon la théorie habermasienne de la sphère publique, rien de plus divergent qu’audience et public : le public est actif, rationnel, critique et politique, l’audience est passive, irrationnelle, isolée et apolitique.

La narration des publics comme sujets d’action collective

Dans la perspective d’une approche qualitative, « le public est un substrat de l’action collective » (Mateus, 2011). Le public est envisagé comme agent performatif, un acteur collectif apparaissant dans des paysages sociaux en mouvement : voilà pourquoi il n’a jamais cessé de se reconfigurer à travers l’histoire, depuis le salon bourgeois, au théâtre, à travers les sociétés et clubs littéraires jusqu’aux expressions les plus récentes d’un sentiment commun face à un événement historique ou d’une communion rituelle face à une cérémonie médiatisée publiquement partagée (Dayan et Katz, 1996). On peut également en identifier les mutations à travers d’autres expériences telles que les forums virtuels inspirés de certains jeux d’acteurs, de performances d’artistes, de séries de télévision ou de jeux vidéo qui permettent de poursuivre un débat public.

Aujourd’hui le public peut être appréhendé comme modalités de composition (formes médiatisées, culturelles, politiques) impliquant de nombreuses compétences, des engagements pluriels et de multiples configurations. Le public apparaît comme une forme fluide d’association collective. Cette évanescence suggère le propos suivant : le public assume une modalité d’expérience (Quéré, 2003) où un collectif de personnes partage collectivement les mêmes présupposés et perceptions concernant une question sociale.

Les médias jouent un rôle crucial à ce niveau. Les récents mouvements sociaux mais aussi la mobilisation collective dans l’espace public (soit en protestation, soit en soutien, ou les deux comme lors des manifestations« Je suis Charlie ») font surgir à nouveau la question du rapports entre publics et foules.

Ces trajectoires sont multiples et difficiles à discerner. Néanmoins, elles sont là et nous montrent comment la notion de « public » a toujours été définie en articulation et étroite interaction avec elles.

Références

Dayan, D., Katz, E., 1996, La Télévision cérémonielle: anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France.

Esquenazi, J.-P, 2003, Sociologie des publics, Paris, La Découverte.

Habermas, J., 1962, The Structural Transformation of the Public Sphere: An Inquiry into a category of Bourgeois Society, traduit de l’Allemand, Massachusetts, MIT Press, 1991.

Mateus, S., 2011, “The Public as Social Experience”, Revista Comunicação e Sociedade, nº19 “Publicidade, discursos e práticas na contemporaneidade”, Braga, pp. 275-286.

Wolton, D., 1990, Éloge du Grand Public. Une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion.

MATEUS Samuel est docteur en Sciences de la communication (Nouvelle Université de Lisbonne), professeur de Théorie de la communication à l’Université de Madère et chercheur au CIC-digital. Sa thèse de doctorat proposait de considérer la publicité au-delà de l’espace public en soulignant le processus publicitaire comme matrice socio-anthropologique. Dans son post-doctorat, il a étudié l’idée d’expérience publique en articulation avec la Philosophie, la Communication et la Sociologie. Ses thématiques de recherche concernent les publics, la notion de publicité, la médiatisation ou l’imaginaire public. Il est auteur de « Publicidade e Consumação nas Sociedades Contemporâneas », « Tele-realidade: o princípio de publicidade mediatizado » et bientôt « Fenomenologia da Publicidade » (ebooks). Il a récemment co-dirigé avec Eduardo Cintra Torres, l’ouvrage collectif « From Multitude to Crowds : Collective Action and the Media » (Peter Lang, 2015).

Source du visuel : frommultitudetocrowds.blogspot.com

Dans une société traversée de mobilités, quel est le public des politiques publiques territoriales?

Cédric Duchêne-Lacroix, Université de Bâle

On ne peut pas ou plus concevoir une politique publique en se basant seulement sur la population résidente en un lieu.

Les publics des politiques publiques à l’heure de la mobilité et de la multilocalité de ceux-ci sont encore souvent un impensé des politiques publiques.

En d’autres termes, une politique publique qui est traditionnellement appliquée en un territoire particulier, par exemple une commune, doit aussi prendre en considération les populations présentes et la présence ou non des populations légalement résidentes.

Ce constat fut notamment celui des travaux de Christophe Terrier pour la France métropolitaine. Mais cette question de la présence ou l’absence des populations locales « habituelles » et de populations non locales concerne tous les pays du monde. L’illustration ci-dessous est tirée d’un article récent sur la multilocalité au Pakistan (Benz, 2014).

Continuer la lecture de Dans une société traversée de mobilités, quel est le public des politiques publiques territoriales?