Archives de catégorie : Intersections

La diversité des langues dans les pratiques culturelles contemporaines

Michael Spanu, Université de Lorraine

La fragmentation des publics de la culture au prisme des langues

Au temps de la démocratisation culturelle par les pouvoirs publics français, il y a plus de 50 ans, la notion de public renvoyait non seulement à l’idée de peuple unifié, mais aussi à une conception universaliste de l’art qui parvenait difficilement à cacher ses accents paternalistes. Au-delà même des enquêtes sociologiques qui se sont inscrites contre cette représentation idéaliste, penser aux limites qu’impose l’existence de différentes langues dans les arts pouvait alors sembler suffire. Or, loin de n’être que de simples codes linguistiques hermétiques les uns aux autres, les langues sont des pratiques particulières et mouvantes du langage, toujours ancrées dans des espaces interactionnels et donc liées à des formes d’identification, c’est-à-dire à des formes de construction de soi avec les autres.

Cela est devenu d’autant plus manifeste lorsque, dans les années 1980, la notion de « public » a cédé la place à celle de « publics spécifiques », parmi lesquels certains revendiquaient une appartenance régionale et donc une langue particulière. Si ces revendications rendaient le lien entre langue et identité plus visible, ce dernier existe, en fait, pour toutes les pratiques de la langue, même les plus hégémoniques. C’est ce que l’on observe avec la mondialisation des médias, grâce à laquelle l’anglais de la culture populaire étatsunienne s’est propagé à grande vitesse, donnant lieu à de nouvelles formes de consommation culturelle qui suscitent parfois la crainte d’une atteinte à ce que serait « l’identité française ».

Cette propagation va de pair avec la numérisation croissante de la culture, et donc une circulation transnationale et multilingue accrue, alors même que l’on consomme de plus en plus de contenus à domicile. Toutefois, cette dynamique n’efface pas d’autres manières – plus « traditionnelles » – de vivre la culture, notamment de manière collective et plus incarnée, comme en témoigne la prévalence des grands festivals de musique et autres rassemblements culturels au cours desquels nous faisons l’expérience de l’altérité, parfois par le biais d’un rapport renouvelé aux langues. C’est le cas, par exemple, lorsque nous écoutons de la musique produite par des artistes étrangers ou français qui pratiquent des langues de manière originale.

Les pratiques langagières comme indicateurs complexes de l’altérité socio-culturelle

En sociologie, la complexité du rapport entre les publics et l’altérité contenue dans les nombreuses formes culturelles contemporaines (genres et sous-genres musicaux, avant-garde et mainstream, etc.) a été envisagée sous plusieurs angles (éclectisme, cosmopolitisme, etc.) sans toutefois toujours accorder une attention spécifique à la question des langues. Le cosmopolitisme peut être rattaché à diverses traditions de pensées, allant des stoïciens grecs et des républicains romains, à la philosophie des Lumières avec les approches élaborées par Emmanuel Kant et le marquis de Condorcet. Ce dernier voyait dans le progrès technique le meilleur moyen de s’émanciper des identités « assignées ». Autrement dit, le progrès correspondait à une forme de liberté émancipatrice signifiant un degré élevé de civilisation. Les individus, alors libres de leurs choix et jugements, devaient tendre naturellement vers la création d’une communauté universelle et rationnelle, en d’autres termes une communauté cosmopolite. En plus de l’idéal de progrès technique, cette conception s’appuyait sur la croyance en l’émergence possible d’une langue universelle capable de souder cette communauté. Malgré le haut degré de connectivité mondiale et les tendances hégémoniques de l’anglais aujourd’hui, on remarque à quel point cet idéal est sujet à de multiples résistances.

Philosophe de la « nouvelle modernité », Ulrich Beck propose néanmoins une autre définition du cosmopolitisme. Selon lui, c’est le processus par lequel « l’altérité [otherness] de l’autre est intégrée dans notre propre identité et définition de nous-mêmes » (Beck, 2003 : 17). Or, les langues peuvent constituer un indicateur pertinent de l’expérience esthétique cosmopolite ou éclectique, car elles nous permettent d’observer comment l’individu évalue ou non « la différence entre ses codes esthétiques vernaculaires et ceux du produit culturel étranger […], avec ou sans hiérarchisation […], par le développement éventuel d’une compétence à manier [des] codes esthétiques différents […] et […], enfin, par le développement d’une intentionnalité à l’égard de la découverte de la culture dont le produit est issu » (Cicchelli et Octobre, 2015 : 105-106). Selon nous, cela ne doit pas conduire à réifier de manière absolue les langues, en considérant certaines comme « étrangères » et d’autres comme « locales » par essence, mais simplement à distinguer, au sein d’un espace donné, les pratiques langagières et ce qu’elles produisent en termes de réception.

Pour une approche des langues par les publics de la musique

Certaines recherches traitent du lien entre les attitudes patriotiques ou chauvines des individus et leur préférence pour des produits culturels « nationaux », identifiés par la présence de la langue nationale ou non (Bekhuis et al, 2013 ; Meuleman et Lubbers, 2013). Dans le cas de l’écoute musicale, on sait que la propension à préférer des musiques perçues comme « étrangères » ou « nationales » renvoie à des différences sociales claires : les individus aisés et éduqués tendent à consommer davantage de musique étrangère que les autres (Meuleman et Lubbers, 2014). Par ailleurs, selon l’enquête sur les pratiques culturelles des Français (Donnat, 2009), l’attrait pour les musiques en anglais serait plutôt l’apanage des jeunes, tandis que le français serait préféré à mesure que l’on avance en âge. Seulement 3% des « 65 ans et plus » écoutent « principalement » de la musique en « anglais ou américain » (sic) (contre 44% pour les 15-19 ans), tandis qu’ils sont 57% à écouter principalement de la musique en français contre 22% chez les 15-19 ans (ibid. : 5). Pour le pourcentage restant des enquêtés, ils pouvaient déclarer que la question de la langue n’avait pas d’importance pour eux, et le cas échéant mentionner une autre langue.

Toutefois, ces études ne nous renseignent guère sur la manière dont l’écoute de la langue chantée intervient dans la formation du goût musical et quel sens les publics lui donnent dans le cadre d’une expérience culturelle plus large. Si l’on souhaite comprendre le rôle que jouent les langues dans la manière dont circulent et sont réappropriées les formes culturelles, il nous faudra, à l’avenir, nous pencher davantage sur les manières de faire et d’écouter la musique, autrement dit sur les médiations musicales. Sachant que les pouvoirs publics considèrent les langues chantées comme de véritables enjeux politiques, le plus souvent au nom du principe de la diversité culturelle, il est d’autant plus urgent de disposer de travaux empiriques permettant d’aborder le lien entre les langues et les publics de la culture.

Références

Beck U., 2003, « Rooted Cosmopolitanism: Emerging from a Rivalry of Distinctions », pp. 15-19, in : Beck U., Sznaider N. et Winter R., éds., Global America? The cultural consequences of globalization, Liverpool, Liverpool University Press.

Bekhuis H., Meuleman R., et Lubbers M., 2013, « Globalization and Support for National Cultural Protectionism from a Cross-National Perspective », European Sociological Review, 29 (5), pp. 1040‑1052.

Cicchelli V. et Octobre S., 2015, « Sur le cosmopolitisme esthétique chez les jeunes », Le Débat, 183 (1), pp. 101‑109.

Donnat O., 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : éléments de synthèse 1997-2008, Paris, Ed. La découverte, Ministère de la culture et de la communication.

Meuleman R. et Lubbers M., 2013, « Manifestations of Nationalist Attitudes: Domestic Music Listening, Participation in National Celebrations, and Far Right Voting », European Sociological Review, 29 (6), pp. 1214‑1225.

Meuleman R. et Lubbers M., 2014, « The social distinction in having domestic versus foreign favorite music artists », Poetics, 45, pp. 55‑71.

Crédit photo Matt Botsford, Unsplash.

Les doctorants face à leur subjectivité : un public en quête de sens

Angeliki Monnier et Claude Nosal, Université de Haute-Alsace

Arrêt sur les doctorales du CREM à Colmar,
mars 2016

Tous les ans, le CREM donne la parole à ses doctorants dans les journées doctorales organisées successivement sur ses trois sites, à Metz, à Nancy et à Colmar. Cette année, une nouveauté : hormis les doctorants du CREM, le site colmarien a accueilli une dizaine de jeunes chercheurs algériens, venant de l’École nationale supérieure de Journalisme et des Sciences de l’information d’Alger. Deux journées de présentations de travaux de thèse en cours ont donné naissance à des échanges riches et stimulants – et pas uniquement pour les doctorants.

Une interrogation partagée : la subjectivité du chercheur

Si derrière la diversité des sujets de recherches, on ressent les mêmes interrogations, difficultés, voire inévitables errances, qui façonnent le parcours de tout doctorant, c’est la question de la subjectivité du chercheur qui a émergé en tant que thème principal des débats, unissant ce public passionnant et passionné, assoiffé de vérité et de sens :

  • quelle place donner à la subjectivité qui sous-tend toute démarche de recherche, sans nuire à son caractère scientifique ?
  • comment prendre la distance nécessaire pour mener son projet, sans perdre de vue les ressorts individuels, inévitablement subjectifs, qui se trouvent à son origine ?
  • comment éviter de dissimuler les subjectivités – parfois éclatantes aux yeux des publics – derrière des postures faussement « objectivantes », sans en revanche tomber dans le piège des déterminations rapides ?

Il faut noter qu’une majorité de ces doctorants algériens sont des professionnels en activité : journalistes pour certains dans la presse audiovisuelle, fonctionnaires d’un ministère à un niveau élevé ou en attente d’emploi pour d’autres, etc.

La pratique professionnelle, un marqueur implicite de la subjectivité à explorer

Il apparaît qu’était minimisé voire totalement occulté par les doctorants le rapport à leur propre pratique professionnelle, comme s’il n’y avait pas dans une thèse à élucider de prime abord certains pans de cette dernière. C’est cette pratique qui donne pourtant sens au choix du terrain de recherche – chaque terrain étant spécifique – et façonne le rapport que le doctorant instaure face à la question qu’il se pose. Or, dans le processus de recueil, d’analyse et d’interprétation des données, la pratique professionnelle influence l’exercice de haute volée qu’est la thèse, qui doit assembler des éléments qui a priori ne semblent pas avoir de liens.  Les logiques professionnelles ne peuvent donc pas être mises de côté.

doctorales colmar3

Ouvrir les pratiques professionnelles à l’investigation scientifique permettrait alors de mieux les enrichir. L’écriture selon les conditions, souvent contraignantes, d’une thèse peut ainsi in fine professionnaliser. Écrire sur sa pratique et à partir de sa pratique développe la conscience de ce que l’on fait. Cela permet d’envisager des possibles souvent abandonnés sans raison consciente, que l’on peut, à cette occasion de la thèse, faire surgir et analyser, induisant ainsi un changement de pratiques. Dans cette optique, il s’agit aussi de croiser des logiques disciplinaires et de les décloisonner.

Articuler la recherche et la pratique professionnelle, réussir à rapprocher – et non pas à déconnecter – les démarches professionnelles et scientifiques, reste cependant un défi. Il s’agit de ne pas renoncer à l’exigence fondamentale d’un doctorat qui est l’appropriation personnelle d’un domaine d’études et son renouvellement par des connaissances et des méthodes nouvelles, tout en combinant ces dernières avec des éléments d’expériences professionnelles. C’est un exercice périlleux de tenter d’articuler vécu et savoirs, pratique et théorie, narration et réflexion.

Choisir des outils théoriques et méthodologiques à l’écoute du terrain

Il a été fait référence à cet égard à la méthodologie de la théorisation enracinée, traduction la plus appropriée de l’expression « Grounded Theory » : processus qui consiste à constamment lier la construction théorique aux données de terrain, processus qui n’est jamais complétement terminé (Glaser & Strauss, 1967 ; Luckerhoff & Guillemette, 2012 ; Paillé, 1994). Il s’agit ici d’adopter la démarche générale de l’induction, d’extraire en quelque sorte une théorie des données, en contraste avec une perspective dans laquelle une théorie déjà établie sert de cadre d’analyse des données. C’est ainsi qu’apparaît le concept de « sensibilité théorique », qui désigne l’ouverture à ce que les données disent, une sorte « d’écoute des données », qui constitue de facto une remise en question des savoirs et des théories existantes ou un certain scepticisme stratégique par rapport au connu.  Chaque chercheur a sa sensibilité ou subjectivité ; il est sensible à des aspects de la réalité plus qu’à d’autres, notamment à cause de sa formation disciplinaire et surtout à cause de ses « connivences théoriques » plus ou moins conscientes.

En filigrane, nombre de remarques adressées aux doctorants s’inscrivait dans le projet de Harold Garfinkel dans les Studies in Ethnomethology : « rendre étrange un monde obstinément familier » afin de « désengourdir l’imagination » ([1967] 2007 : 100). Le caractère provoquant de certaines questions et remarques s’inspirait de cette méthodologie de la découverte du sens dans la rupture (breaching experiences ou « expériences de perturbation ») avec les « allants de soi » (taken for granted), c’est-à-dire avec les règles inhérentes à la recherche classique, qui débute par la construction d’un cadre théorique et par le recours aux écrits scientifiques au début de la recherche – et non pas en cours d’analyse.

Pour rendre à la trajectoire de recherche tout son sens

Il est évident que cette démarche, qui s’apparente à une trajectoire hélicoïdale (une courbe qui s’enroule autour d’un axe en mouvement) nécessitant un mouvement itératif permanent de circonvolution, devra être approfondie lors de séminaires de recherche dédiés. Il a été difficile pour les doctorants d’admettre qu’une problématique ne pouvait être rédigée de manière définitive qu’un peu avant la soutenance de la thèse ou qu’il était possible d’analyser des données pour faire émerger une problématique de recherche. L’approche « par l’émergence », fonctionnant en opposition à celle par l’application et la déduction, reste toutefois difficile à pratiquer sans accompagnement.

Si les candidats à une HDR sont explicitement amenés à réfléchir sur leur « égo-histoire » et à écrire leur roman épistémologique, cette démarche est beaucoup moins évidente pour les doctorants. Pourtant, il nous semble que c’est en assumant leurs subjectivités que les doctorants pourront les transcender afin de solidement ancrer leurs recherches dans la Théorie…

Références

Garfinkel H., [1967] 2007, Recherches en ethnométhodologie, traduction de l’anglais par M. Barthélemy, B. Dupret, J.M. de Queiroz et L. Quéré, présentation de M. Barthélemy et L. Quéré, Presses universitaires de France, collection Quadrige (Prentice Hall, pour la première édition).

Glaser B., Strauss A., 1967, The Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine de Gruyter.

Luckerhoff J., Guillemette F., éds, 2012, Méthodologie de la théorisation enracinée : Fondements, procédures et usages, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Paillé P., 1994, « L’analyse par théorisation ancrée », Cahiers de recherche sociologique, n° 23, pp. 147-181.

Mise en récit de la controverse des déchets radioactifs

Vincent Carlino, Université de Lorraine

Depuis vingt ans, la question des déchets radioactifs se pose à l’industrie nucléaire. Celle-ci est d’autant plus importante lorsque l’on sait que la France a massivement investi dans la recherche et l’ingénierie nucléaire après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à en faire une composante fondamentale de son identité nationale (Hecht, 2014). Décider du sort des déchets produits dans les dix-neuf centrales du pays représente un enjeu capital. Sur le plan technique, définir une méthode de gestion des déchets influe sur la maîtrise de l’énergie nucléaire française et son essor à l’échelle internationale. En effet, parvenir à gérer des déchets permettrait d’exporter un circuit de production d’électricité maîtrisé depuis la construction des réacteurs jusqu’au traitement des combustibles usés.

Le débat sur les déchets radioactifs se pose également sur les plans social et politique. Le choix des territoires d’accueil des déchets ne pouvant être seulement dicté par des critères scientifiques, la controverse a rapidement gagné l’arène politique. L’appui des élus et des populations locales est décisif pour le processus de décision. C’est pour répondre à cette exigence que la loi « Bataille » de 1991 a ouvert un chantier visant à faire émerger des candidatures. Elle fixe la technique du stockage géologique profond comme solution à explorer, et crée un établissement pour « concevoir, implanter et réaliser » les centres de stockage, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). En se resserrant autour de la commune de Bure et du centre de stockage sous-terrain Cigéo, les déchets radioactifs suscitent des prises de position très différentes auprès des populations locales et des décideurs politiques et industriels. Les déchets radioactifs forment une controverse sociale (Charaudeau, 2014) qui se décline en une série d’interrogations. En quoi consiste le stockage sous-terrain ? Est-ce la technique la plus appropriée ? Quel est le coût de l’installation ? Quelle est sa durée d’exploitation ? Faut-il permettre une intervention humaine une fois que celle-ci sera réalisée (principe de réversibilité) ?

Un public en crise ?

Des réponses sont avancées dans la communication institutionnelle du maître d’ouvrage, ainsi que par différents collectifs et associations de militants qui entendent livrer un point de vue critique. Dès les prémices du projet, les opposants ont multiplié les actions pour alerter les populations locales. En réalité, Cigéo serait le chantier du centre de stockage définitif qui devrait être construit à l’horizon 2050 et non un simple laboratoire. Les élus locaux « vendraient leurs consciences » pour accueillir ces déchets et par-là développer l’emploi et l’économie des territoires ruraux voisins. Ces critiques sont exprimées sous forme de communiqués, de procès, d’articles de presse, de films documentaires, etc.

Conscient de ce conflit entre promoteurs et opposants de Cigéo, l’État a décidé en 2013 la mise en place de concertations citoyennes organisées par la Commission nationale du débat public (CNDP). Visant à réunir les parties prenantes du projet, le dispositif était présidé par une commission d’experts et structuré par un calendrier de réunions. Les opposants ont rapidement refusé d’y prendre part, jugeant que le cadrage proposé tenait pour acquis des éléments qui méritaient d’être (re)discutés. Autrement dit, le « débat public » était perçu comme une présentation de décisions déjà actées plutôt qu’un espace de débat citoyen. Cette contestation a donné lieu à un boycott par un collectif d’associations locales. Les opposants ont investi les lieux du débat pour l’empêcher par des sifflets et des slogans. Ne pouvant se tenir dans de telles conditions, les séances ont été levées et remplacées par un débat sur internet. En l’occurrence, le public du débat était en crise. Pour autant, cela ne signifie pas que les acteurs sont restés indifférents face à la controverse des déchets nucléaires. Au contraire, le tournant polémique des échanges a conduit à une forte médiatisation de l’action militante, alternativement qualifiée de boycott ou de sabotage.

Se rendre visible dans la controverse

En investissant les débats, les opposants font vivre une arène publique caractérisée par des échanges triadiques impliquant les deux camps en opposition ainsi que des auditoires qui assistent à la dispute (Céfaï, 2002 : 60). À travers leurs actions, ils livrent un contre-discours qui cohabite avec celui de l’industrie nucléaire, recourent à des stratégies de conflits, dénoncent les intérêts des décideurs, publicisent leur critique antinucléaire. Ils organisent le cadre de la controverse plus qu’ils ne participent à une dispute rhétorique qui viserait à convaincre autrui. La cible n’est pas tant le camp adverse que les auditoires qui assistent à la dispute.

Qu’il s’agisse d’un forum délibératif, d’instances politiques, ou des médias, investir une arène permet de se rendre visible dans la controverse. Des acteurs, des camps, et différentes visions du problème apparaissent dans le jeu social et entrent en confrontation. L’enjeu est de montrer au public le bien-fondé du discours et des arguments avancés. La finalité n’est pas tant de convaincre autrui – qui demeure ancré sur ses positions – que de publiciser le discours de chaque camp (Angenot, 2008). Ce processus relève davantage de la narration que de l’affrontement rhétorique. Les promoteurs de Cigéo recourent également à cette méthode avec le site web Les Arpenteurs. Se présentant comme un magazine, le site traite de l’actualité des déchets radioactifs et offre une tribune, via le travail éditorial, pour réagir au discours antinucléaire.

 

arpenteurs

 

Fruit de l’opposition entre promoteurs et opposants aux déchets radioactifs, la mise en récit livre différentes versions de la controverse dans l’espace public. Elle permet in fine de s’informer à ceux qui n’y participent pas activement.

 

Références

Angenot M., 2008, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Éd. Mille et une nuits.

Céfaï D., 2002, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », pp. 51-82, in : Céfaï D., Joseph I., dirs, L’héritage du pragmatisme : conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Charaudeau P., 2014, « La situation de communication comme fondatrice d’un genre : la controverse », pp. 49-58, in : Monte M., Gilles, P., dirs, Genres & Textes : déterminations, évolutions, confrontations, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Hecht G., 2014, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éd. Amsterdam.

Source du visuel : www.flickr.com

La fabrication des représentations médiatiques des arbitres

Comment étudier la mise en crise(s) de l’arbitrage ?

Éléments de cadrage et choix méthodologiques à propos d’une recherche en cours

Fatia Terfous et Géraldine Rix-Lièvre, PERF Arbitrage, UFR STAPS, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

En sciences de l’information et de la communication, les arbitres, figures allégoriques de l’autorité, de l’ordre et de la justice (sportive), ne sont que très rarement pris comme objet de recherche. D’une manière générale, ces populations sont encore un terrain en friche (Borel-Hanni, Wille, 2015) mais plusieurs observateurs s’accordent pour dire que les médias ont une influence néfaste ou un pouvoir de nuisance sur les arbitres (Baldwin, 2008). Les médias seraient à la source de nombreuses critiques et condamnations qui affecteraient les arbitres, renforceraient les stéréotypes négatifs sur eux et accentueraient ainsi la crise de l’arbitrage, traduite en France par une diminution des effectifs.

Nous proposons de présenter, avec l’analyse d’un cas empirique, comment se construisent les représentations médiatiques des arbitres de football de haut niveau. Notre hypothèse est que les médias participent à la fabrication d’une crise de l’arbitrage en construisant et en véhiculant des représentations dépréciatives sur les arbitres dans une société où le contexte (culturel) met, relativement, en cause les médias. Cette hypothèse fait émerger les questionnements suivants :

  • Qui parle des arbitres dans les médias lors des coupes du monde de football ?
  • Comment les énonciateurs parlent-t-ils des arbitres lors de ces événements ?
  • Quels sont les arbitres en couverture médiatique ?
  • Qu’est ce que les médias reprochent réellement (ou pas) aux arbitres?
  • L’arbitrage est-il un sujet inépuisable marqué par des représentations médiatiques stables ou, au contraire, fluctuantes (dans le temps) ?

Pour répondre aux interrogations quant au rôle que les médias jouent dans la construction d’une crise des arbitres ou de l’arbitrage, trois approches méthodologiques ont été privilégiées et appliquées au seul quotidien sportif français L’Équipe.

La première a consisté à constituer et à analyser un corpus de presse. Nous avons réalisé une recherche thématique à partir de l’intranet « L’Équipe On Line » au sein du service documentation du média. Nous avons lu et extrait tous les récits concernant les arbitres et l’arbitrage parus pendant, une semaine avant et après les coupes du monde de 1998 (France), 2002 (Corée/Japon), 2006 (Allemagne), 2010 (Afrique du Sud) et 2014 (Brésil). Puis, nous avons trié, classé et enregistré, dans un tableau, les éléments des récits à partir de certains critères (année de parution, genre de publication), indices identitaires (nom et position des énonciateurs, nom et nationalité des arbitres cités) et situations (matchs mentionnés, faits de jeu relatés) ; cela afin de mettre en évidence

  • l’hétérogénéité des points de vue sur les arbitres,
  • les phénomènes de stigmatisation ou de « stéréotypisation » (Goffman,1975, Boyer, 2008) par nomination-attribution, ainsi que
  • la factualité des récits (qui n’intègre pas le point de vue des arbitres désignés par l’institution sur les matches).

Dans cette perspective, nous avons aussi cherché et recensé des types d’occurrences-événements et des catégories de thèmes-problèmes. Cette analyse sociodiscursive a été couplée par une évaluation des récits qui a consisté à attribuer une connotation neutre, positive ou négative aux termes ou jugements formulés sur les arbitres.

La deuxième approche a reposé sur une série d’observations réalisées au siège de L’Équipe lors des 1/8ème de finale de la coupe du monde de 2014 (Brésil) et auprès de l’ensemble des membres du département « Football », afin de collecter des indices sur l’activité des journalistes, de décrire et d’analyser leurs réactions et les modalités de communication et d’information sur les arbitres.

La troisième démarche a été celle de la conduite d’un ensemble d’entretiens avec des journalistes et des ex-arbitres (embauchés en tant que consultants par le média), qui ont été identifiés dans le contenu de presse. Ceux-ci ont exprimé leurs sentiments, opinions et expériences sur la question de la médiatisation de l’arbitrage et ses conséquences (Lemieux, 2000). Pour l’analyse, nous avons retranscris textuellement tous les entretiens et nous avons identifié, listé et codé des données thématiques.

Le travail doit permettre, d’abord, d’expliciter les ambivalences autour de la triade « crise, arbitre, média » ou autrement dit, de présenter les dimensions de chaque « crise » (Morin, 1976). Il mettra en évidence, ensuite, la manière dont le média étudié fabrique des narrations sur les arbitres et l’arbitrage. Seront tour à tour abordés les narrateurs-énonciateurs et leurs jugements sur les arbitres et l’arbitrage, les « personnages » ou les figures arbitrales liées à la « crise » et les événements narrés ou les « situations de crise » mises en récit. Il exposera, enfin, les prescriptions retrouvées dans le média pour juguler la « crise », c’est-à-dire les propositions de transformation de l’arbitrage.

 

Références

Baldwin C., 2008, “The ref cost us the game : the role of sports commentators and journalists increating stresses on sports referees”, Conference Power and Place, Wellington.

Borel-Hanni F., Wille F., 2015, « Informer sur l’arbitrage de football, un objet de responsabilité sociale pour les journalistes et des médias ? », Movement & Sport Sciences, n°87, pp. 103-112.

Boyer H., 2008, « Stéréotype, emblème, mythe. Sémiotisation médiatique et figement représentationnel », Mots. Les langages du politique, n°88, pp. 99-113.

Goffman E., 1975, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Paris : Éd. de Minuit.

Lemieux C., 2000, Mauvais presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris : Métaillé.

Morin E., 1976, « Pour une crisologie », Communications, n°25, pp. 149-163.

 

Les publics multilingues

Katerina Strani, Université Heriot-Watt, Edimbourg

Il a longtemps été prouvé que notre langage a un impact sur la façon dont nous pensons et, finalement, la façon dont nous soutenons nos arguments (Whorf, 1956). Notre langage façonne notre pensée et notre vision du monde. C’est par la langue que nous devenons des êtres politiques. Le philosophe Ludwig Wittgenstein a dit que les « limites de ma langue sont les limites de mon monde ». Dai Vaughan a adapté cette citation célèbre en déclarant que« les limites de ma langue sont les limites de ton monde ».

Continuer la lecture de Les publics multilingues