Archives de catégorie : Lu dans QDC

Exposer la musique populaire, entre logiques de production et nouveaux rapports au public

À travers l’analyse comparée de deux expositions présentées au Powerhouse Museum de Sydney en 2011, « The Eighties are Back ! » et « Abbaworld », sont étudiée les façons dont le musée conçoit l’exposition de la musique populaire, objet longtemps tenu pour illégitime.

Continuer la lecture de Exposer la musique populaire, entre logiques de production et nouveaux rapports au public

Et si la commercialisation de la recherche devenait un atout pour la critique publique de la science?

« Avec le mécénat privé, la pression augmente pour commercialiser la recherche scientifique et ses résultats. Le modèle des affaires (business model) s’étend au laboratoire et importe sa logique de communication. Cet article explore les risques potentiels pour la communication de la science dans ce contexte changeant… »

Martin W. Bauer, « Changement de paradigme de la communication scientifique. Un public critique pour la science commercialisée ? », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 19 février 2015.

Un public face à son image : la représentation médiatique en tant que violence?

« Les représentations de notre groupe d’étude – les peuples autochtones – sont avant tout sociales dans la mesure où elles sont communes à un groupe, puis culturelles, dans la mesure où elles sont distribuées dans le groupe […] L’ensemble du corpus analysé – fiction et publicité – ne reflète ni la vie, ni l’histoire, ni la culture des peuples autochtones, pas davantage qu’elle ne prend en compte les différences géographiques, culturelles et historiques entre les peuples. Ces représentations relèvent d’un regard oblique de la majorité symbolique qui représente le pouvoir et considère les peuples originaires comme subalternes, différents, stéréotypés ou simplement “invisibles” […]. Tous ces aspects attestent du fait que la représentation des peuples originaires est fondée sur un topos d’infantilisation. »

Nicolas Tilli, « La représentation des peuples autochtones à la télévision argentine : entre visibilité et invisibilité  », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Jusqu’où le public peut-il négocier le sens?

« Lady Oscar (Dezaki, 1979) est un dessin animé au succès international adapté d’un manga au succès tout aussi important, La Rose de Versailles (Ikeda, 1972). Des années après, l’engouement ne se dément pas : des fans s’en inspirent pour écrire des textes qu’ils postent sur l’internet à destination d’autres fans, les fanfictions. Ces dernières constituent un espace de débat numérique de la définition de la féminité. En effet, les intrigues et leurs commentaires permettent aux ficwriteuses et aux lectrices de discuter entre elles de ce qu’est la féminité et d’engager un dialogue avec l’œuvre initiale elle-même. Ce dernier prend la forme d’une contestation : à l’héroïne queer (au confluent des identités genrées) proposée par l’animé et le manga, elles préfèrent une perspective relevant d’un féminisme paradoxal. »

Nathalie Nadaud-Albertini, « Les fanfictions sur Lady Oscar : un débat numérique sur la féminité  », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Nouveaux contrats de communication, nouveaux publics?

« Aujourd’hui, le docufiction vient établir des liens entre deux genres a priori opposés : fiction et documentaire. Plus forcément pour tromper l’auditeur (cadre de la feintise sérieuse), mais pour l’inviter à appréhender différemment l’univers réel (feintise ludique). Ainsi le contrat de communication s’en trouve-t-il modifié car que devient la visée explicative du monde, propre au documentaire classique, dans le docufiction ? »

Christophe Deleu, « Dispositifs de feintise dans le docufiction radiophonique », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.