Archives de catégorie : Publics Ailleurs

Enquête sur les Publics et les usages des bibliothèques municipales en 2016

Forte d’un maillage territorial exceptionnel de plus de 16 000 lieux de lecture – 7 000 bibliothèques et 9 000 points d’accès au livre – la lecture publique est le premier réseau culturel de France. Grâce au recueil et à la publication annuelle des données d’activité des bibliothèques municipales et intercommunales par l’observatoire de la lecture publique du ministère de la Culture (Direction générale des médias et des industries culturelles), la connaissance de ce réseau s’est accrue ces dernières années. En complément de ce paysage statistique, élaboré à partir des données très riches communiquées par les bibliothécaires, le ministère de la Culture s’est périodiquement attaché à lancer de grandes enquêtes auprès des Français (1979, 1997, 2005) afin d’éclairer leurs pratiques et leur perception des bibliothèques.

Parallèlement, à travers les différentes vagues de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français du département des études, de la prospective et des statistiques (ministère de la Culture), la fréquentation des bibliothèques a pu être replacée dans le contexte général de pratiques culturelles en mutation.

[…]

En 2016, le ministère de la Culture a lancé une nouvelle étude sur les publics et les usages des bibliothèques municipales avec deux objectifs principaux : actualiser les données de 2005 et objectiver les évolutions importantes qu’ont connues les bibliothèques au cours de la dernière décennie. 4 000 personnes de 15 ans et plus ont ainsi répondu à un questionnaire en ligne, 400 autres ont été interrogées par téléphone. L’échantillon téléphonique, centré sur les personnes de 60 ans et plus ainsi que sur celles habitant en milieu rural, a été conçu pour résoudre certains biais inhérents aux enquêtes en ligne et assurer la représentativité des résultats. Dans le même but, trois questions de calage ont été posées à un échantillon de 3 000 personnes interrogées dans le cadre de trois vagues d’enquête omnibus téléphoniques.

Lire les résultats de l’enquête en cliquant ici.

Public, non-public : questions de méthodologie

Centre de recherche
sur les médiations

Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)

 


¿ Interrogations ?, 24, 2017


Public, non-public :
questions de méthodologie

 

coordonné par
Rosana Contreras-Gama, Aurora Fragonara, Nathalie Gerber, Benjamin Kelm et Pauline Thévenot

En accès libre

http://www.revue-interrogations.org/-No24-Public-non-public-questions

La revue ¿ Interrogations ? accueille les actes du quatrième colloque international de l’Association des jeunes chercheurs du Centre de recherche sur les médiations (AJC Crem) intitulé Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie qui s’est déroulé à l’Université de Lorraine.

La thématique choisie permet aux contributeurs d’aborder des objets et terrains d’études variés : les expositions, les institutions publiques, les festivals littéraires, les musées, les scènes musicales locales, le cirque, les discours politiques et médiatiques, ou encore différentes plate-formes des réseaux socio-numériques. Les méthodes varient elles aussi, allant de l’enquête de terrain ethnographique, participante ou non, aux études discursives, en passant par les entretiens et les analyses de contenus qui doivent s’adapter aux différentes formes de supports médiatiques. Ainsi, loin d’aboutir à une unanimité ou, pire, à une uniformité de pensée, la variété et la complexité des phénomènes étudiés dans les articles retenus montrent la fécondité des recherches actuelles sur ces thématiques. Celles-ci enrichissent alors considérablement les réflexions sur les processus de catégorisation des acteurs sociaux en pointant la multiplicité des niveaux d’analyse de ces phénomènes, pour l’étude desquels il faut alors considérer les bénéfices d’un croisement des regards disciplinaires.

 SOMMAIRE

Comité de rédaction, Préface au n° 24. Publics/non-publics : questions de méthodologie.

Partie thématique

Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Patricia Caillé, Université de Strasbourg, CREM

De l’apport des recherches fondées sur les films produits pour penser les genres minorés

Les cinémas d’Afrique, du Maghreb, du Moyen Orient, regroupent, sous des dénominations régionales aux contours fluctuants et souvent déterminés par des préoccupations extérieures au cinéma, un ensemble de cinémas nationaux avec des histoires, des modèles économiques, des productions, des cultures de cinéma très différents.

Continuer la lecture de Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Les publics in situ et en ligne

Culture et Recherche n° 134, hiver 2016-2017 – 96 pages

Dossier coordonné par Olivier Donnat (SCPCI/Département des études, de la prospective et des statistiques)

Avec la collaboration de :
Thierry Claerr (Service du livre et de la lecture),
Eli Commins (Direction générale de la création artistique),
Brigitte Guigueno (Service interministériel des archives de France),
Anne Jonchery (Direction générale des patrimoines)
Jean-Christophe Théobalt (SCPCI/Département de l’éducation et du développement artistiques et culturels)

Que savons-nous aujourd’hui des publics in situ et des publics en ligne, des usages que les uns et les autres font de l’offre proposée par les équipements culturels, et surtout des relations qu’ils entretiennent ? Ce numéro de Culture et Recherche est l’occasion d’un retour réflexif sur différentes initiatives de mise en ligne de contenus, de médiation numérique et d’étude sur leur réception menées au sein de musées, services d’archives, bibliothèques ou structures de spectacle vivant. Il met en lumière les objectifs de politique culturelle poursuivis à travers le numérique et les moyens mis en œuvre par les établissements culturels, notamment en termes de compétences et d’organisation.

L’ensemble des contributions réunies dessinent ainsi un premier état des lieux riche d’éléments de réflexion sur les mutations que connaissent à l’heure actuelle les modes d’accès à la culture et les politiques de développement des publics. La question du renouvellement des outils et des dispositifs d’enquête à l’ère numérique est aussi abordée, sans cacher le caractère encore imparfait de la connaissance des publics en ligne et de leurs usages.

Pour télécharger le dossier (96 pages) : Culture-et-Recherche-134-web

Les cultures juvéniles à l’ère de la globalisation

Une approche par le cosmopolitisme esthético-culturel

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre

Les œuvres et contenus culturels circulent de manière croissante dans le monde et contribuent à façonner des répertoires et des goûts juvéniles désormais internationalisés. Ainsi la série Game of Thrones, qui a battu tous les records d’audience, Waka waqua, l’hymne de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 interprété par Shakira, chanteuse colombienne qui fait carrière aux États-Unis ou encore Naruto, personnage de manga japonais, sont-ils devenus des références partagées par les jeunes Français aujourd’hui, aux côtés d’icônes nationales comme Astérix ou David Guetta.

Mangas, comics, films asiatiques, blockbusters hollywoodiens, cinéma bollywoodien, séries sud-coréennes ou scandinaves et musiques de tous les continents fonctionnent comme autant de fenêtres sur le monde et contribuent à rendre l’étranger familier. Que ce soit dans le domaine de la pop musique, des jeux vidéo, des séries télévisées, de la littérature ou du cinéma, la globalisation des industries culturelles et la circulation croissante des œuvres et des contenus, facilitée par la technologie numérique, sont ainsi des facteurs majeurs de l’internationalisation des répertoires de consommations et des imaginaires culturels des jeunes.

Comment les jeunes construisent-ils leur rapport au monde par l’intermédiaire de biens culturels globalisés ?

Cinq configurations de cosmopolitisme esthétique et culturel sont identifiées à partir du degré d’internationalisation des consommations et préférences, du mode linguistique de consommation (français ou langue originale), ainsi que des imaginaires globaux et des valeurs qui leur sont associés. Du cosmopolitisme involontaire lié à la consommation de la production culturelle mainstream, à des formes plus engagées d’ouverture (cosmopolitisme sectoriel et principiel), mais aussi de la préférence culturelle nationale à l’impossible cosmopolitisme, les consommations culturelles des jeunes leur confèrent des ressources et des compétences et dessinent des rapports au monde contemporain variés où le cosmopolitisme ordinaire devient une norme inclusive de bon goût générationnel.

Télécharger le pdf (22 pages) :  CE-2017-1_Cultures juvéniles à lère de la globalisation