Archives de catégorie : Publics Ailleurs

Le conflit du spectateur (d’art) avec soi-même, révélateur d’une politique du sujet

Christian Ruby, École des Beaux-Arts TALM (Tours)

À l’occasion de la parution de son dernier livre Devenir spectateur ? Invention et mutation du public culturel (Toulouse, L’Attribut, 2017), nous avons demandé à Christian Ruby, son auteur, de nous livrer quelques clés de sa réflexion sur la figure du spectateur. Nous vous livrons son regard iconoclaste et plein d’humour. Un propos qui fait écho à la notice Spectateur d’art qu’il a rédigée pour le Publictionnaire.

Commençons par un petit exercice

Afin d’entrer dans le débat nécessaire sur la spectatorialité d’art, j’appelle chacun(e) à tenter deux exercices, qui ne se retournent pas en conseils donnés aux « autres » mais puisent à des sources auxquelles je me suis rendu moi-même, et que chacun(e), dans notre culture et désormais dans la culture mainstream, peut ressaisir, voire remettre en question.

Ce sont deux exercices de spectateur.trice contemporains (d’art et de culture uniquement) :

Le premier consiste pour chacun(e), au-delà de la fascination que peut imposer tel ou tel spectacle (dans une institution : musée, théâtre, cinéma, concert), à formuler sa manière d’être face à une œuvre classique, y compris à présent, puis sa manière d’énoncer pour les autres ce qui a été approché (« c’est beau ! »…), en se laissant aller à dire les plis esthétiques de son corps (passage de l’extérieur à l’intérieur, mouvement du corps et de l’œil face à l’œuvre, maintien, lassitude, mal aux pieds, reconnaissance des figures…) et leur accès à la parole échangée.

Le second exercice consiste à observer sur soi-même, par contraste avec le résultat précédent, la différence qu’opère la rencontre d’œuvres contemporaines – si tant est qu’elles brouillent les codages classiques, y compris en parodiant les institutions culturelles : installations, immersions, implications, participations, etc. – prêtant non seulement à d’autres attitudes, mais aussi à d’autres échanges de parole avec les autres.

Cette approche différentielle de soi du spectateur et des conflits ou diffractions qui traversent manifestement son corps (inséparable de l’esprit et de la parole) du fait de ces deux types d’exercices suscités par des formes d’arts d’exposition, parfois concomitants dans les parcours de spectateurs (expositions de confrontation classique/contemporain, par exemple), conduit à reconnaître que chacun(e) de nous, comme spectateur.trice, comme corps sans cesse en devenir et souvent matière du spectacle, s’exerce esthétiquement dans un rapport à une œuvre et à un contexte institutionnel. Nous ne sommes pas spectateurs.trices par nature.

Le spectateur n’est pas, il le devient

Comme entrée en matière dans mon travail de philosophe, ces exercices montrent qu’en situation artistique et esthétique moderne – corrélative de l’art d’exposition (et non de l’art de culte) –, nous sommes actifs, nous devenons spectateurs et cette mutation nous différencie de notre quotidien, du travail, etc. Ils montrent non moins qu’il n’est pas de spectateur (d’art) en soi, sans présence à l’œuvre (rapport), en dehors d’une écoute, d’un regard (gestique), d’une sensibilité en un mot, orientés plus ou moins conflictuellement vers elle (code), organisant la matière même de l’art en rapport à soi et au discours que l’on adresse alors aux autres. Ce qui ne signifie pas que d’autres instances (l’État et le spectacle politique comme forme de pouvoir, les médias…) ne tentent pas de nous inciter à la position de spectateur dans une logique, cette fois, de soumission. Quoique là où il y a du spectacle, il n’y a pas nécessairement « spectateur », même si le spectacle s’y essaie.

Photo : Thomas Struth

Ces exercices accomplis, il est aisé d’aborder mes recherches philosophiques – appuyées sur l’histoire, la sociologie, la linguistique –, pour autant qu’elles rendent compte des fins et moyens de la construction de la spectatorialité d’art et de culture, et prouvent que le rapport aux œuvres d’art et de culture ne peut être mécanique (ni réfléchi de manière mécanique), puisqu’on peut s’en désassigner.

  • Travailler à partir des mutations du tissu sensible, mutations qui affectent les formes de la visibilité du sensible : des œuvres inédites auxquelles nous « résistons ». Et examiner comment elles prennent corps dans des pratiques artistiques classiques et/ou nouvelles. Ce travail ne constitue pas une prise de conscience de soi, il permet d’analyser les résistances de chacun(e) à ce devenir – historiquement et dans leur imposition coloniale -, et de ce fait, les traits de son éducation artistique et esthétique.
  • Mettre au jour les modalités et les finalités selon lesquelles ces conduites ont fait et font l’objet en nous d’un long apprentissage : par exemple, la perspective et la fonction sujet, ou la déambulation des arts vivants et la fonction de juxtaposition. Il n’est rien de naturel dans notre geste d’aller nous asseoir à « notre »  place au spectacle, d’applaudir, de parler à son voisin… Le rapport à l’art ne se réduit pas à la procédure : j’achète une entrée, et « tu » me donnes un plaisir.

Ces deux recherches trouvent leur point culminant dans les questions philosophiques suivantes : comment est-ce que je reçois cette œuvre ? Quel spectateur veut-elle faire de moi ? Comment me fait-elle spectateur et à quel titre ?

Interroger l’histoire culturelle de la figure du spectateur

Ouvrons plus largement encore le débat. Lorsqu’on tente de constituer le spectateur en une question, c’est toujours la pseudo histoire d’une essence qu’on met en avant, et non l’histoire réelle d’un rapport, d’une série de luttes entre des formes ou des possibilités culturelles. Il est d’usage courant d’affirmer qu’il existe des spectateurs depuis les Grecs, que l’Art est une valeur éternelle, et lorsqu’on veut être à la mode du temps on méprise le spectateur, on dit de lui qu’il est « passif » en convoquant des systèmes de causalité qui finissent par faire croire que le public est coupable de ses incapacités, qu’il ne doit qu’à lui-même de céder à la « bêtise » et au « formatage » médiatique.

Martini, Salon de 1787

Or, une histoire culturelle du spectateur propose de tous autres constats, qu’explicitent aussi bien des tableaux (La Tribune des Offices de Johann Zoffany, 1772), des romans (Le neveu de Rameau, de Denis Diderot), ou encore des films (engageons le lecteur à comparer plusieurs regards sur le public : Théâtre des Champs-Elysées, 1924, Marcel L’Herbier, L’inhumaine ; le même théâtre, 2016, Michael Haneke, Amour ; et la photo ici proposée : 2006, Chatelet)

Chatelet, 2006

L’entreprise de construction de cette histoire – qui occupe actuellement dans mon travail trois volumes – offre des perspectives plus subtiles : sur un premier devenir (historique), celui de l’éducation de l’œil moderne dans sa rupture avec l’œil médiéval accompagnée de la constitution de la notion de spectateur, et de l’élaboration de ses légitimations en lien avec l’émergence du sujet moderne ; tout en amorçant non moins de réflexions portant sur la déconstruction de cette figure dans les avant-gardes du 20e siècle et dans l’art contemporain, quoique pas au même titre ; mais aussi un autre devenir plus individuel et constamment repris, celui de notre mutation de passant (hors exposition) en spectateur (dans l’exposition) ; et encore le devenir de l’échange des appréciations dans l’espace public.

Vers une théorie du devenir-spectateur

Cette histoire culturelle est désormais – avec la publication de Devenir spectateur ? Invention et mutation du public culturel (Toulouse, L’Attribut, 2017) – complétée par une théorie du devenir spectateur.trice. Ce n’est pas une théorie sur le spectateur, exposée afin de réformer un spectateur soi-disant « passif ». Prétention inutile, d’autant qu’elle confond la transformation sensible des spectateurs avec la transformation du sensible. C’est une théorie du spectateur. Théorie s’entend ici au sens de la construction de schèmes conceptuels permettant de saisir et comprendre les transformations du présent et les politiques culturelles qui y sont conduites. Qu’en attendre ? C’est sans doute une théorie politique du spectateur, qui explore le champ d’exercice et de fonctionnement du spectateur d’art, dans son rapport à ce qu’on fait et veut du soi-disant spectateur de la politique.

D’une manière ou d’une autre, il importe de combattre l’infantilisation à laquelle les spectateurs sont souvent voués. N’est-il pas admirable que l’on trouve tant de manières d’accuser le public d’être, dit-on, incapable de saisir quoi que ce soit, inconstant et peu préoccupé de ce à quoi il est confronté ? On traite alors de ce sujet sans même en effleurer la véritable question : comment se fabrique le public, comment se constitue-t-il comme public, comment se manifeste-t-il et peut-il contredire ce qu’on veut de lui ? Et de rappeler les droits aux trajectoires et à l’émancipation. Il importe aussi de dégonfler les mythes des arts, et notamment tous ces propos qui « oublient » les spectateurs ou les traitent numériquement (la jauge d’une salle, la comptabilité des spectacles…).

Néanmoins, je ne parle à la place de personne, mais reste attentif aux protestations des spectatrices et spectateurs contre les assignations qui déstabilisent les schémas de fonctionnement du rapport œuvre-spectateur.

Travaux de C. Ruby
L’archipel des spectateurs, du XVIIIe au XXIe siècle, Besançon, Nessy, 2012.
La figure du spectateur, Éléments d’une histoire culturelle du spectateur, Paris, Armand Colin, 2012.
Spectateur et politique. D’une conception crépusculaire à une conception affirmative de la culture ?, Bruxelles, La Lettre volée, 2014.
Abécédaire des arts et de la culture, Toulouse, Éditions L’Attribut, 2015.
Devenir spectateur ? Invention et mutation du public culturel, Toulouse, Éditions L’Attribut, 2017.

Christian Ruby, philosophe, enseigne à l’École des Beaux-Arts TALM (Tours). Il est membre de l’ADHC (Association pour le Développement de l’Histoire culturelle), de l’ATEP (Association Tunisienne d’Esthétique et de Poiétique), du collectif Entre-Deux (Nantes, dont la vocation est l’art public) ainsi que de l’Observatoire de la liberté de création.

Site  de référence : www.christianruby.net

Crédit photo mise en avant : Vincent Tantardini, Unsplash

Déplacements et publics : une autre façon d’envisager les publics

Sylvie Thiéblemont, Laurence Denooz, dirs, 2017

Presses universitaires de Nancy,
Éditions universitaires de Lorraine,
Collection Interculturalités, 436 p.

Déplacements et Publics a pour thème central le questionnement du déplacement en lien avec les expériences de populations d’horizons hétérogènes et les perceptions que peuvent en avoir toutes sortes de publics (lecteurs, auditeurs, témoins, victimes-témoins, etc.).

L’ouvrage fait suite à une rencontre de trois jours (14-16 oct.) en 2015 entre chercheurs d’horizons variés à Nancy. Loin de prétendre à l’exhaustivité, car la thématique est large, ce recueil de textes a pour ambition de questionner, à partir de champs disciplinaires différents (anthropologie, démographie, études littéraires, géographie, histoire, philosophie, sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, sociologie, théâtre), la notion de déplacement en articulation avec des populations multiples (déplacés contraints, déplacés par choix, responsables des déplacements).

Ce que le déplacement fait aux publics, de l’exil au désir d’ailleurs

Le déplacement concerne aussi bien des individus isolés que des groupes ou communautés, et il peut se définir comme le passage de différents espaces (géographiques, culturels, etc.) et états (psychologiques, intellectuels, etc.) à d’autres. Il revêt des aspects divers comme les déportations, le bannissement, les exclusions, les exils, l’exode, l’expatriation contrainte ou volontaire, ou d’autres formes de départ (voyages périodiques, réguliers ou ponctuels, immigrations) qui engendrent des perceptions multiformes.

Par ailleurs, les 20e et 21e siècles, sujets à d’effroyables déplacements contraints, à des exils associés à des guerres, des génocides, des crises politiques et sanitaires, et des actes de terrorisme fréquents, font la démonstration que la notion même de déplacement implique celle de frontières, de barrières et de murs (Lussault, Paquot, dirs, 2012 ; Wihtol de Wenden, 2014), lesquels se renforcent à l’appui de dispositifs juridiques et physiques. Le déplacement contraint ou non peut prendre alors l’aspect d’une douloureuse auto-exclusion de toute communauté, d’origine ou d’adoption, menant au déracinement (Bourdieu, Sayad, 1964), et à l’extranéité intérieure.

Toutefois, le déplacement peut être également associé à des formes de bien-être recherché dans d’autres ailleurs et revêtir des aspects positifs et heureux. Car loin de la défiance envers l’étranger et l’étrangeté, se développe une volonté de découverte, comme l’illustrent certaines formes d’assimilation et d’enrichissement réciproques donnant naissance à des formes sociales remaniées. Le déplacement se transforme de la sorte comme préliminaire indispensable à la recréation de nouvelles racines socio-culturelles.

Les déplacements entre représentations et narrations

Certains auteurs se sont intéressés à l’étude des représentations des déplacements de masse contraints au prisme d’un certain nombre de questionnements : quels sont ces déplacements, les lieux qui les symbolisent et les personnalités qui les représentent ? Comment ces représentations des déplacements ont-elles été construites ? Quelles perceptions des régions du monde concernées donnent-elles ? Y a-t-il des types de déplacement représentés dans les arts (littérature, peinture, cinéma, théâtre, danse, arts de la scène, musique, etc.) ?

Concernant les déplacements de masse récents, comment sont-ils représentés dans les médias ou dans d’autres espaces de diffusion ? Et à quel(s) public(s) semblent destinées ces formes représentées et racontées des déplacements ? Quels sont dès lors les modes de narrations médiatisées de ces formes de déplacements et à destination de quels publics (ou non) : mises en texte, mises en images, mises en débat, etc. ?

Raconter les déplacements : à la recherche de nouveaux publics

D’autres chercheurs ont privilégié les réflexions portant sur des déplacements individuels ou de petits groupes en prenant en compte les impacts générés selon les sociétés et les générations, et selon les modalités de narration de ces déplacements vécus ou imaginés, voire obligés ou non. Ont alors été mis en perspective l’émergence de narrations concernant ces déplacements et les effets recherchés par le narrateur (écrivain, journaliste, essayiste etc.), notamment à l’adresse de publics potentiels.

La question de l’engagement mobilisé par le déplacement a été une autre entrée de l’ouvrage. Les auteurs ont ainsi analysé le déplacement d’une collectivité, d’une société, d’une idéologie (philosophique, religieuse, politique, économique, sociale) avec ce que cela peut signifier et impliquer. Aussi les modalités de l’engagement ont-elles été illustrées selon plusieurs postures comme par exemple :

  • la position de ceux qui contraignent au déplacement et leurs motivations (notamment au service d’une idéologie et d’intérêts particuliers) ;
  • celle de ceux qui ont choisi le déplacement pour des raisons politiques, culturelles et économiques ;
  • et enfin celle de ceux qui choisissent le déplacement définitif ou temporaire pour changer complètement de mode de vie.

Parallèlement, certains chercheurs se sont interrogés sur le terme même de déplacement pour le cadrer théoriquement et historiquement, selon une perspective disciplinaire choisie, en relation à des types de populations et de publics. Ainsi, les notions de migration, émigration, immigration, expatriation exil, exode, réfugié, flux migratoire, déracinement, font-elles l’objet d’un nouvel examen ; d’autres, émergentes, telles que impatriation, migrance, exopolitie, sont explorées avec en ligne de fond les raisons de ces rapprochements et les éventuels destinataires.

Penser le déplacement dans l’espace public et médiatique

S’inscrivant à la fois dans des événements du passé et contemporains, cet ouvrage se veut un espace ouvert. Il a pour vocation d’inciter de potentiels lecteurs à poursuivre le chantier engagé de quelque manière qu’il soit. Car au vu de ce que représente et symbolise le déplacement aujourd’hui, chacun peut trouver matière à réfléchir et/ou agir pour le bien de l’Autre. Par exemple, il serait légitime de se demander comment dans ce contexte, certaines régions du monde, dont l’Europe, qui contribuent à établir des dispositifs de surveillance et des systèmes d’alerte de plus en plus perfectionnés pour éviter l’arrivée en masse de populations ou migrantes ou réfugiées, s’auto-représentent, sont représentées dans les médias, ou dans d’autres espaces de concertation ou militants, et comment elles envisagent un avenir serein et égal pour chaque être humain.

Crédit photo : photographie publiée dans l’article « Théâtre, identité et Survie » de Léna Saade Gebran, Université Saint-Esprit de Kaslik, Usek, LIban.

Enquête sur les Publics et les usages des bibliothèques municipales en 2016

Forte d’un maillage territorial exceptionnel de plus de 16 000 lieux de lecture – 7 000 bibliothèques et 9 000 points d’accès au livre – la lecture publique est le premier réseau culturel de France. Grâce au recueil et à la publication annuelle des données d’activité des bibliothèques municipales et intercommunales par l’observatoire de la lecture publique du ministère de la Culture (Direction générale des médias et des industries culturelles), la connaissance de ce réseau s’est accrue ces dernières années. En complément de ce paysage statistique, élaboré à partir des données très riches communiquées par les bibliothécaires, le ministère de la Culture s’est périodiquement attaché à lancer de grandes enquêtes auprès des Français (1979, 1997, 2005) afin d’éclairer leurs pratiques et leur perception des bibliothèques.

Parallèlement, à travers les différentes vagues de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français du département des études, de la prospective et des statistiques (ministère de la Culture), la fréquentation des bibliothèques a pu être replacée dans le contexte général de pratiques culturelles en mutation.

[…]

En 2016, le ministère de la Culture a lancé une nouvelle étude sur les publics et les usages des bibliothèques municipales avec deux objectifs principaux : actualiser les données de 2005 et objectiver les évolutions importantes qu’ont connues les bibliothèques au cours de la dernière décennie. 4 000 personnes de 15 ans et plus ont ainsi répondu à un questionnaire en ligne, 400 autres ont été interrogées par téléphone. L’échantillon téléphonique, centré sur les personnes de 60 ans et plus ainsi que sur celles habitant en milieu rural, a été conçu pour résoudre certains biais inhérents aux enquêtes en ligne et assurer la représentativité des résultats. Dans le même but, trois questions de calage ont été posées à un échantillon de 3 000 personnes interrogées dans le cadre de trois vagues d’enquête omnibus téléphoniques.

Lire les résultats de l’enquête en cliquant ici.

Public, non-public : questions de méthodologie

Centre de recherche
sur les médiations

Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


¿ Interrogations ?, 24, 2017

Public, non-public :
questions de méthodologie

 
coordonné par
Rosana Contreras-Gama, Aurora Fragonara, Nathalie Gerber, Benjamin Kelm et Pauline Thévenot

En accès libre

http://www.revue-interrogations.org/-No24-Public-non-public-questions

La revue ¿ Interrogations ? accueille les actes du quatrième colloque international de l’Association des jeunes chercheurs du Centre de recherche sur les médiations (AJC Crem) intitulé Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie qui s’est déroulé à l’Université de Lorraine.

La thématique choisie permet aux contributeurs d’aborder des objets et terrains d’études variés : les expositions, les institutions publiques, les festivals littéraires, les musées, les scènes musicales locales, le cirque, les discours politiques et médiatiques, ou encore différentes plate-formes des réseaux socio-numériques. Les méthodes varient elles aussi, allant de l’enquête de terrain ethnographique, participante ou non, aux études discursives, en passant par les entretiens et les analyses de contenus qui doivent s’adapter aux différentes formes de supports médiatiques. Ainsi, loin d’aboutir à une unanimité ou, pire, à une uniformité de pensée, la variété et la complexité des phénomènes étudiés dans les articles retenus montrent la fécondité des recherches actuelles sur ces thématiques. Celles-ci enrichissent alors considérablement les réflexions sur les processus de catégorisation des acteurs sociaux en pointant la multiplicité des niveaux d’analyse de ces phénomènes, pour l’étude desquels il faut alors considérer les bénéfices d’un croisement des regards disciplinaires.

 SOMMAIRE

Comité de rédaction, Préface au n° 24. Publics/non-publics : questions de méthodologie.

Partie thématique

Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Patricia Caillé, Université de Strasbourg, CREM

De l’apport des recherches fondées sur les films produits pour penser les genres minorés

Les cinémas d’Afrique, du Maghreb, du Moyen Orient, regroupent, sous des dénominations régionales aux contours fluctuants et souvent déterminés par des préoccupations extérieures au cinéma, un ensemble de cinémas nationaux avec des histoires, des modèles économiques, des productions, des cultures de cinéma très différents.

Continuer la lecture de Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient