Archives de catégorie : Publics Ailleurs

Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Patricia Caillé, Université de Strasbourg, CREM

De l’apport des recherches fondées sur les films produits pour penser les genres minorés

Les cinémas d’Afrique, du Maghreb, du Moyen Orient, regroupent, sous des dénominations régionales aux contours fluctuants et souvent déterminés par des préoccupations extérieures au cinéma, un ensemble de cinémas nationaux avec des histoires, des modèles économiques, des productions, des cultures de cinéma très différents.

Continuer la lecture de Retourner le regard : Enjeux des recherches sur les pratiques spectatorielles en Afrique et au Moyen Orient

Les publics in situ et en ligne

Culture et Recherche n° 134, hiver 2016-2017 – 96 pages

Dossier coordonné par Olivier Donnat (SCPCI/Département des études, de la prospective et des statistiques)

Avec la collaboration de :
Thierry Claerr (Service du livre et de la lecture),
Eli Commins (Direction générale de la création artistique),
Brigitte Guigueno (Service interministériel des archives de France),
Anne Jonchery (Direction générale des patrimoines)
Jean-Christophe Théobalt (SCPCI/Département de l’éducation et du développement artistiques et culturels)

Que savons-nous aujourd’hui des publics in situ et des publics en ligne, des usages que les uns et les autres font de l’offre proposée par les équipements culturels, et surtout des relations qu’ils entretiennent ? Ce numéro de Culture et Recherche est l’occasion d’un retour réflexif sur différentes initiatives de mise en ligne de contenus, de médiation numérique et d’étude sur leur réception menées au sein de musées, services d’archives, bibliothèques ou structures de spectacle vivant. Il met en lumière les objectifs de politique culturelle poursuivis à travers le numérique et les moyens mis en œuvre par les établissements culturels, notamment en termes de compétences et d’organisation.

L’ensemble des contributions réunies dessinent ainsi un premier état des lieux riche d’éléments de réflexion sur les mutations que connaissent à l’heure actuelle les modes d’accès à la culture et les politiques de développement des publics. La question du renouvellement des outils et des dispositifs d’enquête à l’ère numérique est aussi abordée, sans cacher le caractère encore imparfait de la connaissance des publics en ligne et de leurs usages.

Pour télécharger le dossier (96 pages) : Culture-et-Recherche-134-web

Les cultures juvéniles à l’ère de la globalisation

Une approche par le cosmopolitisme esthético-culturel

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre

Les œuvres et contenus culturels circulent de manière croissante dans le monde et contribuent à façonner des répertoires et des goûts juvéniles désormais internationalisés. Ainsi la série Game of Thrones, qui a battu tous les records d’audience, Waka waqua, l’hymne de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 interprété par Shakira, chanteuse colombienne qui fait carrière aux États-Unis ou encore Naruto, personnage de manga japonais, sont-ils devenus des références partagées par les jeunes Français aujourd’hui, aux côtés d’icônes nationales comme Astérix ou David Guetta.

Mangas, comics, films asiatiques, blockbusters hollywoodiens, cinéma bollywoodien, séries sud-coréennes ou scandinaves et musiques de tous les continents fonctionnent comme autant de fenêtres sur le monde et contribuent à rendre l’étranger familier. Que ce soit dans le domaine de la pop musique, des jeux vidéo, des séries télévisées, de la littérature ou du cinéma, la globalisation des industries culturelles et la circulation croissante des œuvres et des contenus, facilitée par la technologie numérique, sont ainsi des facteurs majeurs de l’internationalisation des répertoires de consommations et des imaginaires culturels des jeunes.

Comment les jeunes construisent-ils leur rapport au monde par l’intermédiaire de biens culturels globalisés ?

Cinq configurations de cosmopolitisme esthétique et culturel sont identifiées à partir du degré d’internationalisation des consommations et préférences, du mode linguistique de consommation (français ou langue originale), ainsi que des imaginaires globaux et des valeurs qui leur sont associés. Du cosmopolitisme involontaire lié à la consommation de la production culturelle mainstream, à des formes plus engagées d’ouverture (cosmopolitisme sectoriel et principiel), mais aussi de la préférence culturelle nationale à l’impossible cosmopolitisme, les consommations culturelles des jeunes leur confèrent des ressources et des compétences et dessinent des rapports au monde contemporain variés où le cosmopolitisme ordinaire devient une norme inclusive de bon goût générationnel.

Télécharger le pdf (22 pages) :  CE-2017-1_Cultures juvéniles à lère de la globalisation

Consommateurs ou acteurs ? Les publics en ligne des archives et des bibliothèques patrimoniales

Le 2 octobre dernier, a eu lieu la journée d’études sur « Consommateurs ou acteurs ? Les publics en ligne des archives et des bibliothèques patrimoniales », organisée conjointement par le Service interministériel des archives de France et la Bibliothèque nationale de France aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine).

Nous avons le plaisir de vous informer que les vidéos de cette journée sont en ligne à l’adresse suivante, grâce à l’aimable concours des Archives nationales : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/chiffres-clefs-rapports-et-etudes/etudes-publiees/

Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet

À l’occasion du 40e anniversaire de la revue Communication, le comité de rédaction est heureux d’annoncer à ses lecteurs la mise en ligne de son plus récent numéro thématique (volume 33/2), « Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet » : https://communication.revues.org/5692

NB-Communication

Ce numéro est coordonné par Henri Assogba (Université Laval), Alexandre Coutant (Université du Québec à Montréal), Jean-Claude Domenget (Université de Franche-Comté) et Guillaume Latzko-Toth (Université Laval) et renferme outre une présentation, 15 articles, 1 article hors thème, 11 notes de recherche et 43 notes de lecture.