Archives de catégorie : Publics Ailleurs

Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet

À l’occasion du 40e anniversaire de la revue Communication, le comité de rédaction est heureux d’annoncer à ses lecteurs la mise en ligne de son plus récent numéro thématique (volume 33/2), « Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet » : https://communication.revues.org/5692

NB-Communication

Ce numéro est coordonné par Henri Assogba (Université Laval), Alexandre Coutant (Université du Québec à Montréal), Jean-Claude Domenget (Université de Franche-Comté) et Guillaume Latzko-Toth (Université Laval) et renferme outre une présentation, 15 articles, 1 article hors thème, 11 notes de recherche et 43 notes de lecture.

La Mémoire, une revue chinoise construite sur un terrain étrange et contradictoire

Di Wu, Centre national de recherche sur le cinéma, Archives cinématographiques chinoises (CFA, Pékin), fondateur et rédacteur en chef de la revue La Mémoire

 (Communication lors de la Journée d’études « Mémoires en devenir. La Révolution culturelle et ses publics », 8 – 9 décembre 2015, Université́ de Lorraine Metz, Ile du Saulcy, salle Ferrari)

[…] Le premier numéro de La Mémoire est sorti en septembre 2008. Pourquoi je l’ai créée ? Pendant trente ans de ma vie de chercheur, j’ai mis tous mes efforts dans la rédaction de cinq œuvres mais aucune n’a pu être publiée en Chine continentale. J’ai essayé de les publier sur mon blog, mais très rapidement ces articles sont devenus inaccessibles, notamment à cause de la sensibilité des sujets abordés (ils ont été bloqués par la sécurité étatique numérique).

Cela m’a fait penser à Zheng Sixiao, poète et peintre chinois de XIVe siècle, qui a écrit un livre intitulé L’histoire de la mentalité, c’est le récit des Mongols qui ont conquis la Chine et y ont établi l’empire de Yuan (1271-1368). Dans ce livre, l’auteur a noté la résistance du peuple, les violences militaires des Mongols et l’Amour de la patrie. À l’époque, il n’a pas pu être édité. Avant sa mort, l’auteur l’a alors placé dans une boîte en fer, fermée avec un cachet de cire et l’a plongée dans un puits situé dans le temple de Chengtian à Suzhou. 350 ans plus tard, le livre a été retrouvé et désigné comme « la grande lettre de fer » très connu dans l’histoire de la Chine. Est-ce que je dois procéder de la même façon et trouver un puits ?

Je n’ai pas trouvé de puits mais j’ai trouvé Internet. J’ai alors décidé d’y créer une sorte de publication périodique, qui n’a besoin ni d’être imprimée, ni d’être distribuée, et qui permet de diffuser sur une longue période. Pourquoi est-elle intitulée La Mémoire ? D’une part, j’y laisse les souvenirs et les réflexions de ma génération et, d’autre part, je les transmets aux générations suivantes pour qu’elles sachent ce qui s’est passé à l’époque de Mao. Bref, laisser une vraie histoire, sans censure, sans contrôle de la pensée, sans pollution idéologique officielle.

No 128 15 avril 2015 Num¿ªro sp¿ªcial de l'Education

À sa sortie, le premier numéro a été très bien accueilli par ses destinataires. Beaucoup de lecteurs, que je connais ou pas, m’ont alors envoyé leurs articles pour qu’ils soient publiés. Il y en a eu tellement que les miens se sont retrouvés en dernier. Cette expérience m’a appris que je ne suis pas la seule personne en Chine à rencontrer ce genre de difficultés. Beaucoup des personnes ont suivi le même parcours que moi et ont connu les mêmes tourments et désirs. Comme le poète Zheng Sixiao, ils veulent aussi trouver un puits. Et finalement, tout le monde se retrouve sur Internet.

En effet, lors de la période de création de La Mémoire, en Chine, il y a eu une vague de création des publications numériques comme Le Passé, La vie de Yaobang, La vie et la pensée de Zhao Ziyang (ce sont deux grands hommes politiques chinois, à l’esprit ouvert), Les traces du passé, La pluie de nuit dans la montage de Bashan, Le chemin de Shu, Les souvenirs de cinq catégories de disgraciés, Hier, Le dialogue entre citoyens.

Ce qui est dommage, c’est que, de toutes ces publications, il n’en reste que deux qui sortent périodiquement. Parmi toutes ces revues, La Mémoire est celle qui a la plus grande longévité, qui a le contenu le plus abondant, qui a la meilleure qualité scientifique, qui a sorti le plus grand nombre de numéros et qui a la couverture la plus pertinente et la mise en page la plus délicate

Pour lire le texte intégral de la communication de Di Wu : DISCOURS WU Di 8 décembre 2015

Traduction : CHI Miao
Correction :  VINCENT-BAEHR Catherine
Image : XIA Qing

 

Les recherches sur les publics en SIC

Les recherches sur les publics en Sciences de l’Information et de la Communication

La notion de public n’a cessé d’être débattue par les sciences humaines et sociales depuis que ces dernières s’en sont emparées pour en faire un objet d’étude et de recherches. Cependant, très tôt, la notion de public a été dénoncée comme relevant d’un artefact conduisant à des représentations réductrices d’une réalité complexe. Hormis quelques articles pertinents et dossiers thématiques, le terme de « public », entendu au singulier, a été dissous depuis une quinzaine d’années dans son pluriel, dans une relative indifférence, et sans que la réflexion sur cette évolution ne réveille quelque appétit à la questionner. Or, l’emploi du pluriel, sur lequel les analystes du présent dossier semblent s’accorder, traduit une vision dynamique, la pluralité du phénomène, son hétérogénéité, la diversité ressentie, mais également un certain malaise quant à la manipulation du concept, lié à son instabilité. Parler de public(s) consiste souvent à légitimer, mais aussi, dans le même temps, à dénoncer cette catégorie comme étant poreuse, instable, fuyante, arbitraire, équivoque, qui se dérobe à la fois d’un point de vue épistémologique, méthodologique, mais aussi matériel. Fiévreusement discuté, le terme est toutefois sans cesse restauré et convoqué, et apparaît comme indispensable pour nourrir les recherches en Sciences de l’information et de la communication, et contribuant à structurer le champ des études de réception.

Aujourd’hui, la définition de « public(s) » repose davantage sur un consensus que sur une définition unilatéralement opératoire. Il est également admis que le côté volontiers cacophonique des débats sur le(s) publics n’est pas forcément lié aux propositions définitionnelles apparemment contradictoires, mais plutôt au fait que ces dernières portent sur des objets et terrains hétérogènes autorisant l’usage de déclinaisons davantage opératoires en fonction de la « spécificité » de leurs publics.

Sous la direction de
Frédéric Gimello-Mesplomb et Jean-Christophe Vilatte

couverture-rfsic-7-small250

http://rfsic.revues.org/1462

Publics et territoires des Mathématiques dans les médias

Le 1er colloque international du projet CIRMATH (Archives Henri Poincaré, MSH Lorraine, Groupe d’Histoire et de Diffusion de Paris Orsay) se déroulera à Nancy les 3 & 4 novembre prochains sur le thème : « Circulations mathématiques dans et par les journaux : histoire, territoires et publics. Autour de la base de données des journaux mathématiques ».

Premier colloque de CIRMATH – Nancy 2015

Le projet de recherche sur la circulation des mathématiques dans et par les journaux : histoires, territoires et publics (CIRMATH) a été retenu en 2014 par l’ANR. Il réunit un groupe international (France, Allemagne, Italie, Grande Bretagne, Espagne, Portugal, Suisse, Etats-Unis, Brésil…) de chercheurs en histoire des mathématiques.

L’objectif du projet CIRMATH est d’étudier sur le temps long (fin du 17e-20e siècles) une histoire des circulations mathématiques en choisissant les journaux comme principal vecteur. Il s’agit dans un premier temps de circonscrire le corpus des journaux mathématiques (au sens de « comportant une rubrique plus ou moins régulière spécifiquement consacrée au mathématique »), puis de l’organiser en une base de données à partir de laquelle seront produits une typologie de la présence de mathématiques dans les journaux, des résultats statistiques et des cartes géographiques des principaux centres éditoriaux. Ces données générales, statistiques et cartographiques seront interrogées à partir d’études de cas concernant d’une part la circulation des contenus mathématiques et des formes éditoriales (questions/réponses, article…), et d’autres part les centres éditoriaux et les différents publics des journaux.

Continuer la lecture de Publics et territoires des Mathématiques dans les médias

La mémoire de l’ »Humanité », une affaire de famille

Béatrice Fleury,  Jacques Walter (CREM)

Cette contribution a pour objectif d’éclairer la remémoration des relations qu’une famille – dont plusieurs membres ont été communistes – a entretenues (ou entretient encore) avec le quotidien l’Humanité depuis la fin des années 40, période des premières adhésions au Parti communiste français (PCF).

La famille en question se caractérise notamment par le fait qu’elle est d’origine juive ashkénaze. D’ailleurs, l’un de ses membres interrogés dans notre enquête est un des protagonistes du livre de Jacques Frémontier (2002), L’étoile rouge de David. Les Juifs communistes en France. Notre travail se situe aussi dans le prolongement du livre de Marie-Claire Lavabre (1994), Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, et il est placé à l’enseigne d’une option qualitative pour enquêter sur Les histoires de lecteurs (Mauger, Poliak, Pudal, 1999). Dans ceux de ces ouvrages qui traitent du communisme, le quotidien du Parti est présent, sans toutefois que la relation des lecteurs à celui-ci soit au cœur de l’investigation. De ce point de vue, notre projet se singularise tout en se situant dans une continuité : il évite de s’inscrire dans un mouvement caractérisant ce parti, c’est-à-dire une propension à construire sa mémoire officielle ; il objective les perceptions, nécessairement subjectives, que les lecteurs expriment de leurs rapports à l’Humanité. Ce faisant, il ne faudrait pas substituer une doxa à une autre.

Le risque est réel : la restitution, par Jacques Frémontier, d’un ensemble de récits de vie montre que se constituent des noyaux narratifs – qui peuvent parfois donner l’impression d’être des stéréotypes – formant des cadres interprétatifs des interactions entre communisme et judaïsme. La sollicitation de plusieurs témoignages est un moyen de repérer ces noyaux, mais aussi leurs variantes ou l’existence d’autres noyaux. Tenter de limiter une sorte de nivellement est une des raisons nous ayant fait choisir un terrain « familial » : les individus ont un vécu commun mais, compte tenu de leurs positions (générationnelles, sociales, psychologiques…), ils n’en ont pas forcément la même perception.

À partir d’entretiens avec deux femmes primo-adhérentes et les trois enfants de l’une d’elles, nous restituerons quelques pans de la mémoire que ce groupe conserve du journal, ce qui touche aussi à des phénomènes d’oubli. Ce point oblige à revenir sur la méthode employée pour réaliser l’étude : comme chacune, elle introduit un biais dans la production des résultats. En annonçant – lors des prises de rendez-vous – que nous travaillions sur la mémoire de la lecture du journal, et en utilisant l’entretien semi-directif, nous avons provoqué l’embarras ou la perplexité de nos interlocuteurs puisque, a priori, ils déclaraient ne pas avoir de souvenirs de lecture et que, acceptant l’entretien, le journal se voyait placé au centre de préoccupations qui n’étaient pas les leurs. Bref, un bel artefact pouvant nous amener à renoncer à poursuivre nos investigations. C’eût été méconnaître le rôle des objets dans la construction du passé, celui des individus qui s’inscrivent dans un groupe, familial en particulier. Ici, cet adjectif qualifie la liaison des individus par parenté, mais aussi l’appartenance au Parti qui, du point de vue des acteurs, constitue une « famille » et a été un instrument d’assimilation ou de socialisation.

pp. 387-402, in : Delporte Chr., Pennetier Cl., Sirinelli J.-Fr., Wolikow S., dirs, L’Humanité de Jaurès à nos jours, Paris, Éd. du Nouveau Monde, 2004.

Télécharger le texte en intégralité (format pdf) : La mémoire de l’Humanité