Archives de catégorie : Publics Ailleurs

Les cultures juvéniles à l’ère de la globalisation

Une approche par le cosmopolitisme esthético-culturel

Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre

Les œuvres et contenus culturels circulent de manière croissante dans le monde et contribuent à façonner des répertoires et des goûts juvéniles désormais internationalisés. Ainsi la série Game of Thrones, qui a battu tous les records d’audience, Waka waqua, l’hymne de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010 interprété par Shakira, chanteuse colombienne qui fait carrière aux États-Unis ou encore Naruto, personnage de manga japonais, sont-ils devenus des références partagées par les jeunes Français aujourd’hui, aux côtés d’icônes nationales comme Astérix ou David Guetta.

Mangas, comics, films asiatiques, blockbusters hollywoodiens, cinéma bollywoodien, séries sud-coréennes ou scandinaves et musiques de tous les continents fonctionnent comme autant de fenêtres sur le monde et contribuent à rendre l’étranger familier. Que ce soit dans le domaine de la pop musique, des jeux vidéo, des séries télévisées, de la littérature ou du cinéma, la globalisation des industries culturelles et la circulation croissante des œuvres et des contenus, facilitée par la technologie numérique, sont ainsi des facteurs majeurs de l’internationalisation des répertoires de consommations et des imaginaires culturels des jeunes.

Comment les jeunes construisent-ils leur rapport au monde par l’intermédiaire de biens culturels globalisés ?

Cinq configurations de cosmopolitisme esthétique et culturel sont identifiées à partir du degré d’internationalisation des consommations et préférences, du mode linguistique de consommation (français ou langue originale), ainsi que des imaginaires globaux et des valeurs qui leur sont associés. Du cosmopolitisme involontaire lié à la consommation de la production culturelle mainstream, à des formes plus engagées d’ouverture (cosmopolitisme sectoriel et principiel), mais aussi de la préférence culturelle nationale à l’impossible cosmopolitisme, les consommations culturelles des jeunes leur confèrent des ressources et des compétences et dessinent des rapports au monde contemporain variés où le cosmopolitisme ordinaire devient une norme inclusive de bon goût générationnel.

Télécharger le pdf (22 pages) :  CE-2017-1_Cultures juvéniles à lère de la globalisation

Consommateurs ou acteurs ? Les publics en ligne des archives et des bibliothèques patrimoniales

Le 2 octobre dernier, a eu lieu la journée d’études sur « Consommateurs ou acteurs ? Les publics en ligne des archives et des bibliothèques patrimoniales », organisée conjointement par le Service interministériel des archives de France et la Bibliothèque nationale de France aux Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine).

Nous avons le plaisir de vous informer que les vidéos de cette journée sont en ligne à l’adresse suivante, grâce à l’aimable concours des Archives nationales : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/archives-publiques/chiffres-clefs-rapports-et-etudes/etudes-publiees/

Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet

À l’occasion du 40e anniversaire de la revue Communication, le comité de rédaction est heureux d’annoncer à ses lecteurs la mise en ligne de son plus récent numéro thématique (volume 33/2), « Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet » : https://communication.revues.org/5692

NB-Communication

Ce numéro est coordonné par Henri Assogba (Université Laval), Alexandre Coutant (Université du Québec à Montréal), Jean-Claude Domenget (Université de Franche-Comté) et Guillaume Latzko-Toth (Université Laval) et renferme outre une présentation, 15 articles, 1 article hors thème, 11 notes de recherche et 43 notes de lecture.

La Mémoire, une revue chinoise construite sur un terrain étrange et contradictoire

Di Wu, Centre national de recherche sur le cinéma, Archives cinématographiques chinoises (CFA, Pékin), fondateur et rédacteur en chef de la revue La Mémoire

 (Communication lors de la Journée d’études « Mémoires en devenir. La Révolution culturelle et ses publics », 8 – 9 décembre 2015, Université́ de Lorraine Metz, Ile du Saulcy, salle Ferrari)

[…] Le premier numéro de La Mémoire est sorti en septembre 2008. Pourquoi je l’ai créée ? Pendant trente ans de ma vie de chercheur, j’ai mis tous mes efforts dans la rédaction de cinq œuvres mais aucune n’a pu être publiée en Chine continentale. J’ai essayé de les publier sur mon blog, mais très rapidement ces articles sont devenus inaccessibles, notamment à cause de la sensibilité des sujets abordés (ils ont été bloqués par la sécurité étatique numérique).

Cela m’a fait penser à Zheng Sixiao, poète et peintre chinois de XIVe siècle, qui a écrit un livre intitulé L’histoire de la mentalité, c’est le récit des Mongols qui ont conquis la Chine et y ont établi l’empire de Yuan (1271-1368). Dans ce livre, l’auteur a noté la résistance du peuple, les violences militaires des Mongols et l’Amour de la patrie. À l’époque, il n’a pas pu être édité. Avant sa mort, l’auteur l’a alors placé dans une boîte en fer, fermée avec un cachet de cire et l’a plongée dans un puits situé dans le temple de Chengtian à Suzhou. 350 ans plus tard, le livre a été retrouvé et désigné comme « la grande lettre de fer » très connu dans l’histoire de la Chine. Est-ce que je dois procéder de la même façon et trouver un puits ?

Je n’ai pas trouvé de puits mais j’ai trouvé Internet. J’ai alors décidé d’y créer une sorte de publication périodique, qui n’a besoin ni d’être imprimée, ni d’être distribuée, et qui permet de diffuser sur une longue période. Pourquoi est-elle intitulée La Mémoire ? D’une part, j’y laisse les souvenirs et les réflexions de ma génération et, d’autre part, je les transmets aux générations suivantes pour qu’elles sachent ce qui s’est passé à l’époque de Mao. Bref, laisser une vraie histoire, sans censure, sans contrôle de la pensée, sans pollution idéologique officielle.

No 128 15 avril 2015 Num¿ªro sp¿ªcial de l'Education

À sa sortie, le premier numéro a été très bien accueilli par ses destinataires. Beaucoup de lecteurs, que je connais ou pas, m’ont alors envoyé leurs articles pour qu’ils soient publiés. Il y en a eu tellement que les miens se sont retrouvés en dernier. Cette expérience m’a appris que je ne suis pas la seule personne en Chine à rencontrer ce genre de difficultés. Beaucoup des personnes ont suivi le même parcours que moi et ont connu les mêmes tourments et désirs. Comme le poète Zheng Sixiao, ils veulent aussi trouver un puits. Et finalement, tout le monde se retrouve sur Internet.

En effet, lors de la période de création de La Mémoire, en Chine, il y a eu une vague de création des publications numériques comme Le Passé, La vie de Yaobang, La vie et la pensée de Zhao Ziyang (ce sont deux grands hommes politiques chinois, à l’esprit ouvert), Les traces du passé, La pluie de nuit dans la montage de Bashan, Le chemin de Shu, Les souvenirs de cinq catégories de disgraciés, Hier, Le dialogue entre citoyens.

Ce qui est dommage, c’est que, de toutes ces publications, il n’en reste que deux qui sortent périodiquement. Parmi toutes ces revues, La Mémoire est celle qui a la plus grande longévité, qui a le contenu le plus abondant, qui a la meilleure qualité scientifique, qui a sorti le plus grand nombre de numéros et qui a la couverture la plus pertinente et la mise en page la plus délicate

Pour lire le texte intégral de la communication de Di Wu : DISCOURS WU Di 8 décembre 2015

Traduction : CHI Miao
Correction :  VINCENT-BAEHR Catherine
Image : XIA Qing

 

Les recherches sur les publics en SIC

Les recherches sur les publics en Sciences de l’Information et de la Communication

La notion de public n’a cessé d’être débattue par les sciences humaines et sociales depuis que ces dernières s’en sont emparées pour en faire un objet d’étude et de recherches. Cependant, très tôt, la notion de public a été dénoncée comme relevant d’un artefact conduisant à des représentations réductrices d’une réalité complexe. Hormis quelques articles pertinents et dossiers thématiques, le terme de « public », entendu au singulier, a été dissous depuis une quinzaine d’années dans son pluriel, dans une relative indifférence, et sans que la réflexion sur cette évolution ne réveille quelque appétit à la questionner. Or, l’emploi du pluriel, sur lequel les analystes du présent dossier semblent s’accorder, traduit une vision dynamique, la pluralité du phénomène, son hétérogénéité, la diversité ressentie, mais également un certain malaise quant à la manipulation du concept, lié à son instabilité. Parler de public(s) consiste souvent à légitimer, mais aussi, dans le même temps, à dénoncer cette catégorie comme étant poreuse, instable, fuyante, arbitraire, équivoque, qui se dérobe à la fois d’un point de vue épistémologique, méthodologique, mais aussi matériel. Fiévreusement discuté, le terme est toutefois sans cesse restauré et convoqué, et apparaît comme indispensable pour nourrir les recherches en Sciences de l’information et de la communication, et contribuant à structurer le champ des études de réception.

Aujourd’hui, la définition de « public(s) » repose davantage sur un consensus que sur une définition unilatéralement opératoire. Il est également admis que le côté volontiers cacophonique des débats sur le(s) publics n’est pas forcément lié aux propositions définitionnelles apparemment contradictoires, mais plutôt au fait que ces dernières portent sur des objets et terrains hétérogènes autorisant l’usage de déclinaisons davantage opératoires en fonction de la « spécificité » de leurs publics.

Sous la direction de
Frédéric Gimello-Mesplomb et Jean-Christophe Vilatte

couverture-rfsic-7-small250

http://rfsic.revues.org/1462