Archives par mot-clé : déplacement

Déplacements et publics : une autre façon d’envisager les publics

Sylvie Thiéblemont, Laurence Denooz, dirs, 2017

Presses universitaires de Nancy,
Éditions universitaires de Lorraine,
Collection Interculturalités, 436 p.

Déplacements et Publics a pour thème central le questionnement du déplacement en lien avec les expériences de populations d’horizons hétérogènes et les perceptions que peuvent en avoir toutes sortes de publics (lecteurs, auditeurs, témoins, victimes-témoins, etc.).

L’ouvrage fait suite à une rencontre de trois jours (14-16 oct.) en 2015 entre chercheurs d’horizons variés à Nancy. Loin de prétendre à l’exhaustivité, car la thématique est large, ce recueil de textes a pour ambition de questionner, à partir de champs disciplinaires différents (anthropologie, démographie, études littéraires, géographie, histoire, philosophie, sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, sociologie, théâtre), la notion de déplacement en articulation avec des populations multiples (déplacés contraints, déplacés par choix, responsables des déplacements).

Ce que le déplacement fait aux publics, de l’exil au désir d’ailleurs

Le déplacement concerne aussi bien des individus isolés que des groupes ou communautés, et il peut se définir comme le passage de différents espaces (géographiques, culturels, etc.) et états (psychologiques, intellectuels, etc.) à d’autres. Il revêt des aspects divers comme les déportations, le bannissement, les exclusions, les exils, l’exode, l’expatriation contrainte ou volontaire, ou d’autres formes de départ (voyages périodiques, réguliers ou ponctuels, immigrations) qui engendrent des perceptions multiformes.

Par ailleurs, les 20e et 21e siècles, sujets à d’effroyables déplacements contraints, à des exils associés à des guerres, des génocides, des crises politiques et sanitaires, et des actes de terrorisme fréquents, font la démonstration que la notion même de déplacement implique celle de frontières, de barrières et de murs (Lussault, Paquot, dirs, 2012 ; Wihtol de Wenden, 2014), lesquels se renforcent à l’appui de dispositifs juridiques et physiques. Le déplacement contraint ou non peut prendre alors l’aspect d’une douloureuse auto-exclusion de toute communauté, d’origine ou d’adoption, menant au déracinement (Bourdieu, Sayad, 1964), et à l’extranéité intérieure.

Toutefois, le déplacement peut être également associé à des formes de bien-être recherché dans d’autres ailleurs et revêtir des aspects positifs et heureux. Car loin de la défiance envers l’étranger et l’étrangeté, se développe une volonté de découverte, comme l’illustrent certaines formes d’assimilation et d’enrichissement réciproques donnant naissance à des formes sociales remaniées. Le déplacement se transforme de la sorte comme préliminaire indispensable à la recréation de nouvelles racines socio-culturelles.

Les déplacements entre représentations et narrations

Certains auteurs se sont intéressés à l’étude des représentations des déplacements de masse contraints au prisme d’un certain nombre de questionnements : quels sont ces déplacements, les lieux qui les symbolisent et les personnalités qui les représentent ? Comment ces représentations des déplacements ont-elles été construites ? Quelles perceptions des régions du monde concernées donnent-elles ? Y a-t-il des types de déplacement représentés dans les arts (littérature, peinture, cinéma, théâtre, danse, arts de la scène, musique, etc.) ?

Concernant les déplacements de masse récents, comment sont-ils représentés dans les médias ou dans d’autres espaces de diffusion ? Et à quel(s) public(s) semblent destinées ces formes représentées et racontées des déplacements ? Quels sont dès lors les modes de narrations médiatisées de ces formes de déplacements et à destination de quels publics (ou non) : mises en texte, mises en images, mises en débat, etc. ?

Raconter les déplacements : à la recherche de nouveaux publics

D’autres chercheurs ont privilégié les réflexions portant sur des déplacements individuels ou de petits groupes en prenant en compte les impacts générés selon les sociétés et les générations, et selon les modalités de narration de ces déplacements vécus ou imaginés, voire obligés ou non. Ont alors été mis en perspective l’émergence de narrations concernant ces déplacements et les effets recherchés par le narrateur (écrivain, journaliste, essayiste etc.), notamment à l’adresse de publics potentiels.

La question de l’engagement mobilisé par le déplacement a été une autre entrée de l’ouvrage. Les auteurs ont ainsi analysé le déplacement d’une collectivité, d’une société, d’une idéologie (philosophique, religieuse, politique, économique, sociale) avec ce que cela peut signifier et impliquer. Aussi les modalités de l’engagement ont-elles été illustrées selon plusieurs postures comme par exemple :

  • la position de ceux qui contraignent au déplacement et leurs motivations (notamment au service d’une idéologie et d’intérêts particuliers) ;
  • celle de ceux qui ont choisi le déplacement pour des raisons politiques, culturelles et économiques ;
  • et enfin celle de ceux qui choisissent le déplacement définitif ou temporaire pour changer complètement de mode de vie.

Parallèlement, certains chercheurs se sont interrogés sur le terme même de déplacement pour le cadrer théoriquement et historiquement, selon une perspective disciplinaire choisie, en relation à des types de populations et de publics. Ainsi, les notions de migration, émigration, immigration, expatriation exil, exode, réfugié, flux migratoire, déracinement, font-elles l’objet d’un nouvel examen ; d’autres, émergentes, telles que impatriation, migrance, exopolitie, sont explorées avec en ligne de fond les raisons de ces rapprochements et les éventuels destinataires.

Penser le déplacement dans l’espace public et médiatique

S’inscrivant à la fois dans des événements du passé et contemporains, cet ouvrage se veut un espace ouvert. Il a pour vocation d’inciter de potentiels lecteurs à poursuivre le chantier engagé de quelque manière qu’il soit. Car au vu de ce que représente et symbolise le déplacement aujourd’hui, chacun peut trouver matière à réfléchir et/ou agir pour le bien de l’Autre. Par exemple, il serait légitime de se demander comment dans ce contexte, certaines régions du monde, dont l’Europe, qui contribuent à établir des dispositifs de surveillance et des systèmes d’alerte de plus en plus perfectionnés pour éviter l’arrivée en masse de populations ou migrantes ou réfugiées, s’auto-représentent, sont représentées dans les médias, ou dans d’autres espaces de concertation ou militants, et comment elles envisagent un avenir serein et égal pour chaque être humain.

Crédit photo : photographie publiée dans l’article « Théâtre, identité et Survie » de Léna Saade Gebran, Université Saint-Esprit de Kaslik, Usek, LIban.