Archives par mot-clé : narration

Mise en récit de la controverse des déchets radioactifs

Vincent Carlino, Université de Lorraine

Depuis vingt ans, la question des déchets radioactifs se pose à l’industrie nucléaire. Celle-ci est d’autant plus importante lorsque l’on sait que la France a massivement investi dans la recherche et l’ingénierie nucléaire après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à en faire une composante fondamentale de son identité nationale (Hecht, 2014). Décider du sort des déchets produits dans les dix-neuf centrales du pays représente un enjeu capital. Sur le plan technique, définir une méthode de gestion des déchets influe sur la maîtrise de l’énergie nucléaire française et son essor à l’échelle internationale. En effet, parvenir à gérer des déchets permettrait d’exporter un circuit de production d’électricité maîtrisé depuis la construction des réacteurs jusqu’au traitement des combustibles usés.

Le débat sur les déchets radioactifs se pose également sur les plans social et politique. Le choix des territoires d’accueil des déchets ne pouvant être seulement dicté par des critères scientifiques, la controverse a rapidement gagné l’arène politique. L’appui des élus et des populations locales est décisif pour le processus de décision. C’est pour répondre à cette exigence que la loi « Bataille » de 1991 a ouvert un chantier visant à faire émerger des candidatures. Elle fixe la technique du stockage géologique profond comme solution à explorer, et crée un établissement pour « concevoir, implanter et réaliser » les centres de stockage, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). En se resserrant autour de la commune de Bure et du centre de stockage sous-terrain Cigéo, les déchets radioactifs suscitent des prises de position très différentes auprès des populations locales et des décideurs politiques et industriels. Les déchets radioactifs forment une controverse sociale (Charaudeau, 2014) qui se décline en une série d’interrogations. En quoi consiste le stockage sous-terrain ? Est-ce la technique la plus appropriée ? Quel est le coût de l’installation ? Quelle est sa durée d’exploitation ? Faut-il permettre une intervention humaine une fois que celle-ci sera réalisée (principe de réversibilité) ?

Un public en crise ?

Des réponses sont avancées dans la communication institutionnelle du maître d’ouvrage, ainsi que par différents collectifs et associations de militants qui entendent livrer un point de vue critique. Dès les prémices du projet, les opposants ont multiplié les actions pour alerter les populations locales. En réalité, Cigéo serait le chantier du centre de stockage définitif qui devrait être construit à l’horizon 2050 et non un simple laboratoire. Les élus locaux « vendraient leurs consciences » pour accueillir ces déchets et par-là développer l’emploi et l’économie des territoires ruraux voisins. Ces critiques sont exprimées sous forme de communiqués, de procès, d’articles de presse, de films documentaires, etc.

Conscient de ce conflit entre promoteurs et opposants de Cigéo, l’État a décidé en 2013 la mise en place de concertations citoyennes organisées par la Commission nationale du débat public (CNDP). Visant à réunir les parties prenantes du projet, le dispositif était présidé par une commission d’experts et structuré par un calendrier de réunions. Les opposants ont rapidement refusé d’y prendre part, jugeant que le cadrage proposé tenait pour acquis des éléments qui méritaient d’être (re)discutés. Autrement dit, le « débat public » était perçu comme une présentation de décisions déjà actées plutôt qu’un espace de débat citoyen. Cette contestation a donné lieu à un boycott par un collectif d’associations locales. Les opposants ont investi les lieux du débat pour l’empêcher par des sifflets et des slogans. Ne pouvant se tenir dans de telles conditions, les séances ont été levées et remplacées par un débat sur internet. En l’occurrence, le public du débat était en crise. Pour autant, cela ne signifie pas que les acteurs sont restés indifférents face à la controverse des déchets nucléaires. Au contraire, le tournant polémique des échanges a conduit à une forte médiatisation de l’action militante, alternativement qualifiée de boycott ou de sabotage.

Se rendre visible dans la controverse

En investissant les débats, les opposants font vivre une arène publique caractérisée par des échanges triadiques impliquant les deux camps en opposition ainsi que des auditoires qui assistent à la dispute (Céfaï, 2002 : 60). À travers leurs actions, ils livrent un contre-discours qui cohabite avec celui de l’industrie nucléaire, recourent à des stratégies de conflits, dénoncent les intérêts des décideurs, publicisent leur critique antinucléaire. Ils organisent le cadre de la controverse plus qu’ils ne participent à une dispute rhétorique qui viserait à convaincre autrui. La cible n’est pas tant le camp adverse que les auditoires qui assistent à la dispute.

Qu’il s’agisse d’un forum délibératif, d’instances politiques, ou des médias, investir une arène permet de se rendre visible dans la controverse. Des acteurs, des camps, et différentes visions du problème apparaissent dans le jeu social et entrent en confrontation. L’enjeu est de montrer au public le bien-fondé du discours et des arguments avancés. La finalité n’est pas tant de convaincre autrui – qui demeure ancré sur ses positions – que de publiciser le discours de chaque camp (Angenot, 2008). Ce processus relève davantage de la narration que de l’affrontement rhétorique. Les promoteurs de Cigéo recourent également à cette méthode avec le site web Les Arpenteurs. Se présentant comme un magazine, le site traite de l’actualité des déchets radioactifs et offre une tribune, via le travail éditorial, pour réagir au discours antinucléaire.

 

arpenteurs

 

Fruit de l’opposition entre promoteurs et opposants aux déchets radioactifs, la mise en récit livre différentes versions de la controverse dans l’espace public. Elle permet in fine de s’informer à ceux qui n’y participent pas activement.

 

Références

Angenot M., 2008, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Éd. Mille et une nuits.

Céfaï D., 2002, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », pp. 51-82, in : Céfaï D., Joseph I., dirs, L’héritage du pragmatisme : conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Charaudeau P., 2014, « La situation de communication comme fondatrice d’un genre : la controverse », pp. 49-58, in : Monte M., Gilles, P., dirs, Genres & Textes : déterminations, évolutions, confrontations, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Hecht G., 2014, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éd. Amsterdam.

Source du visuel : www.flickr.com

Quand la dimension narrative de l’événement interroge l’espace public et vice versa…

« Le livre que Jocelyne Arquembourg a consacré à l’analyse de l’événement à partir du récit médiatique de deux tsunamis catastrophiques mérite d’être lu, questionné, discuté sous un triple point de vue… »

Jean-François Tétu, « Jocelyne Arquembourg, L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004) », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 19 février 2015