Archives par mot-clé : note de lecture

Quand la dimension narrative de l’événement interroge l’espace public et vice versa…

« Le livre que Jocelyne Arquembourg a consacré à l’analyse de l’événement à partir du récit médiatique de deux tsunamis catastrophiques mérite d’être lu, questionné, discuté sous un triple point de vue… »

Jean-François Tétu, « Jocelyne Arquembourg, L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004) », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 19 février 2015

 

La fin du mythe du public subversif?

« En s’intéressant au développement de l’internet en Chine, Séverine Arsène examine la manière dont les internautes chinois utilisent la toile pour se mobiliser. […] L’originalité de la démarche réside dans la capacité que possède l’auteure à déconstruire subtilement un certain nombre d’études menées par des chercheurs travaillant sur le caractère subversif du réseau numérique. […] D’abord, elle évite d’idéaliser le pouvoir de mobilisation de l’internet qui, par ailleurs, est souvent perçu comme le lieu par excellence où les principes habermassiens du consensus et de l’intersubjectivité seraient les mieux à même de se réaliser et d’être institutionnalisés. »

Tiphaine Zetlaoui, « Séverine Arsène, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Un dispositif qui parle à tous les publics?

« Peut-on faire un produit télévisuel à la fois conservateur et progressiste ? […] En effet, Desperate Housewives est un programme construit de telle façon que, quelle que soit la position du téléspectateur concernant un sujet, il la trouvera validée, qu’il s’agisse de politique, de religion, du rapport à l’homosexualité ou aux minorités ethniques. Ainsi les conservateurs pourront-ils rire aux dépends des progressistes et inversement. Il en va de même pour les représentations de la féminité : elles peuvent être perçues comme féministes ou rétrogrades. De nombreux échanges ont eu lieu à ce sujet, notamment sur des blogs et dans la presse… »

Nathalie Nadaud-Albertini, « Virginie Marcucci, Desperate Housewives. Un plaisir coupable ? », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Un public face à son image : la représentation médiatique en tant qu’identité?

« Comprendre l’adolescence au féminin sur la base des productions filmiques qui traitent de cette même thématique ? […] L’adolescent n’y trouvera pas nécessairement son compte, mais l’adulte pourra se replonger dans un monde qui n’est plus le sien et qui possède désormais de nouveaux codes, utiles à connaître pour comprendre les futures adultes qui modèleront à leur image, comme d’autres l’ont fait précédemment, la société que nous leur aurons laissée. »

Giuseppe Cavaleri, « Sébastien Dupont, Hugues Paris, L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Le public médiatisé par le privé?

« Internet n’est pas un univers partagé entre les espaces privé et public : c’est un espace social différent où le public est médiatisé par le privé. Ainsi, […] le réseau n’est-il pas un monde virtuel qui s’opposerait au réel, non plus un monde parallèle tel un miroir de la réalité. C’est bien un espace réel qui agit sur le réel transformé par l’attention portée à l’interconnexion numérique du maillage social médiatisé… »

Gilles Boenisch, « Jean-François Fogel, Bruno Patino, La condition numérique », Questions de communication [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 04 février 2015.