Archives par mot-clé : réception

Les publics in situ et en ligne

Culture et Recherche n° 134, hiver 2016-2017 – 96 pages

Dossier coordonné par Olivier Donnat (SCPCI/Département des études, de la prospective et des statistiques)

Avec la collaboration de :
Thierry Claerr (Service du livre et de la lecture),
Eli Commins (Direction générale de la création artistique),
Brigitte Guigueno (Service interministériel des archives de France),
Anne Jonchery (Direction générale des patrimoines)
Jean-Christophe Théobalt (SCPCI/Département de l’éducation et du développement artistiques et culturels)

Que savons-nous aujourd’hui des publics in situ et des publics en ligne, des usages que les uns et les autres font de l’offre proposée par les équipements culturels, et surtout des relations qu’ils entretiennent ? Ce numéro de Culture et Recherche est l’occasion d’un retour réflexif sur différentes initiatives de mise en ligne de contenus, de médiation numérique et d’étude sur leur réception menées au sein de musées, services d’archives, bibliothèques ou structures de spectacle vivant. Il met en lumière les objectifs de politique culturelle poursuivis à travers le numérique et les moyens mis en œuvre par les établissements culturels, notamment en termes de compétences et d’organisation.

L’ensemble des contributions réunies dessinent ainsi un premier état des lieux riche d’éléments de réflexion sur les mutations que connaissent à l’heure actuelle les modes d’accès à la culture et les politiques de développement des publics. La question du renouvellement des outils et des dispositifs d’enquête à l’ère numérique est aussi abordée, sans cacher le caractère encore imparfait de la connaissance des publics en ligne et de leurs usages.

Pour télécharger le dossier (96 pages) : Culture-et-Recherche-134-web

AAC La réception en questions. Sorties culturelles et pratiques spectatorielles

L’appel à proposition d’articles pour la revue Terrains/Théories intitulé : « La réception en questions. Sorties culturelles et pratiques spectatorielles » que Aurélien Djakouane et Gabriel Segré coordonnent est prolongé jusqu’au 10 octobre 2016 et élargi aux travaux et recherches  sur le spectacle vivant, le cinéma, le musée…

Vous trouverez une présentation de la revue ici : https://teth.revues.org/

Ainsi que le détail de l’appel à articles en pj et ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19757

Les propositions, de 5 000 signes maximum (espaces compris), présentant l’objet de recherche et la problématisation, ainsi que les options méthodologiques et théoriques retenues, devront parvenir sous forme électronique aux adresses suivantes :

Fans de séries TV, quels nouveaux modes de consommation ?

L’article se propose d’analyser la façon dont les fans consomment les séries télévisées à l’ère de la convergence des technologies. Le but est de comprendre comment ont évolué les pratiques télévisuelles des fans de séries télévisées. Nous verrons de quelle manière ils se créent de nouvelles expériences télévisuelles grâce aux nouvelles technologies et établissent de nouvelles interactions grâce aux forums de discussions.

Continuer la lecture de Fans de séries TV, quels nouveaux modes de consommation ?

Un dispositif qui parle à tous les publics?

« Peut-on faire un produit télévisuel à la fois conservateur et progressiste ? […] En effet, Desperate Housewives est un programme construit de telle façon que, quelle que soit la position du téléspectateur concernant un sujet, il la trouvera validée, qu’il s’agisse de politique, de religion, du rapport à l’homosexualité ou aux minorités ethniques. Ainsi les conservateurs pourront-ils rire aux dépends des progressistes et inversement. Il en va de même pour les représentations de la féminité : elles peuvent être perçues comme féministes ou rétrogrades. De nombreux échanges ont eu lieu à ce sujet, notamment sur des blogs et dans la presse… »

Nathalie Nadaud-Albertini, « Virginie Marcucci, Desperate Housewives. Un plaisir coupable ? », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Jusqu’où le public peut-il négocier le sens?

« Lady Oscar (Dezaki, 1979) est un dessin animé au succès international adapté d’un manga au succès tout aussi important, La Rose de Versailles (Ikeda, 1972). Des années après, l’engouement ne se dément pas : des fans s’en inspirent pour écrire des textes qu’ils postent sur l’internet à destination d’autres fans, les fanfictions. Ces dernières constituent un espace de débat numérique de la définition de la féminité. En effet, les intrigues et leurs commentaires permettent aux ficwriteuses et aux lectrices de discuter entre elles de ce qu’est la féminité et d’engager un dialogue avec l’œuvre initiale elle-même. Ce dernier prend la forme d’une contestation : à l’héroïne queer (au confluent des identités genrées) proposée par l’animé et le manga, elles préfèrent une perspective relevant d’un féminisme paradoxal. »

Nathalie Nadaud-Albertini, « Les fanfictions sur Lady Oscar : un débat numérique sur la féminité  », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.