Archives par mot-clé : représentations

Quand la dimension narrative de l’événement interroge l’espace public et vice versa…

« Le livre que Jocelyne Arquembourg a consacré à l’analyse de l’événement à partir du récit médiatique de deux tsunamis catastrophiques mérite d’être lu, questionné, discuté sous un triple point de vue… »

Jean-François Tétu, « Jocelyne Arquembourg, L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004) », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 19 février 2015

 

Un dispositif qui parle à tous les publics?

« Peut-on faire un produit télévisuel à la fois conservateur et progressiste ? […] En effet, Desperate Housewives est un programme construit de telle façon que, quelle que soit la position du téléspectateur concernant un sujet, il la trouvera validée, qu’il s’agisse de politique, de religion, du rapport à l’homosexualité ou aux minorités ethniques. Ainsi les conservateurs pourront-ils rire aux dépends des progressistes et inversement. Il en va de même pour les représentations de la féminité : elles peuvent être perçues comme féministes ou rétrogrades. De nombreux échanges ont eu lieu à ce sujet, notamment sur des blogs et dans la presse… »

Nathalie Nadaud-Albertini, « Virginie Marcucci, Desperate Housewives. Un plaisir coupable ? », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Un public face à son image : la représentation médiatique en tant qu’identité?

« Comprendre l’adolescence au féminin sur la base des productions filmiques qui traitent de cette même thématique ? […] L’adolescent n’y trouvera pas nécessairement son compte, mais l’adulte pourra se replonger dans un monde qui n’est plus le sien et qui possède désormais de nouveaux codes, utiles à connaître pour comprendre les futures adultes qui modèleront à leur image, comme d’autres l’ont fait précédemment, la société que nous leur aurons laissée. »

Giuseppe Cavaleri, « Sébastien Dupont, Hugues Paris, L’adolescente et le cinéma. De Lolita à Twilight », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.

Un public face à son image : la représentation médiatique en tant que violence?

« Les représentations de notre groupe d’étude – les peuples autochtones – sont avant tout sociales dans la mesure où elles sont communes à un groupe, puis culturelles, dans la mesure où elles sont distribuées dans le groupe […] L’ensemble du corpus analysé – fiction et publicité – ne reflète ni la vie, ni l’histoire, ni la culture des peuples autochtones, pas davantage qu’elle ne prend en compte les différences géographiques, culturelles et historiques entre les peuples. Ces représentations relèvent d’un regard oblique de la majorité symbolique qui représente le pouvoir et considère les peuples originaires comme subalternes, différents, stéréotypés ou simplement “invisibles” […]. Tous ces aspects attestent du fait que la représentation des peuples originaires est fondée sur un topos d’infantilisation. »

Nicolas Tilli, « La représentation des peuples autochtones à la télévision argentine : entre visibilité et invisibilité  », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.