Archives par mot-clé : sportifs appareillés

Publics médiatiques du sport : quand la recherche interpelle les étudiants

Anaïs Kuntz, étudiante Master 2 « Stratégie et conseil en communication », Université de Lorraine

Dans le cadre du programme scientifique 2012-2017 intitulé «  Faire public  », les chercheurs du CREM s’attachent tout particulièrement à la construction des publics et leurs représentations. Au sein du CREM, l’équipe Praxis aborde ce thème autour du triptyque individu-communauté-masse et cherche à décrypter les mécanismes de construction des représentations communes des publics dans les institutions, les médias et les entreprises.

Le regard de deux jeunes chercheuses sur la pratique sportive et ses représentations médiatiques 

Le 29 novembre 2016, l’équipe Praxis a organisé un séminaire de recherche sur la pratique sportive et ses représentations médiatiques. À travers l’intervention de deux doctorantes en communication, Natacha Lapeyroux (Cim, Paris 3, ATER à l’Université de Lorraine) et Géraldine Letz (CREM, Université de Lorraine), la séance a interrogé la médiatisation de deux pratiques sportives mais aussi le poids des représentations médiatiques et sociales qui les redéfinissent.

Natacha Lapeyroux prépare une thèse intitulée «  Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à 2015  », sous la direction d’Éric Maigret.

Natacha Lapeyroux étudie l’identité féminine à l’épreuve du sport et les représentations des sportives de haut niveau à travers leur médiatisation à la télévision. Les stéréotypes de genre, immuables, résistent même face aux sportives de haut niveau. Les médias de masse ont un rôle dans cette perpétuation puisqu’en sous-médiatisant le sport féminin ou les sports de «  tradition masculine  », ils reproduisent, transmettent et banalisent ces stéréotypes. Ce sont eux qui façonnent l’imaginaire du sport en véhiculant normes et valeurs.

Le réel fondement des discriminations et des stéréotypes restent les inégalités biologiques entre hommes et femmes. La femme, cette mère nourricière avec des qualités d’écoute, de soutien, de bienveillance, ne peut être une femme «  robuste  », tenace et performante, toute expression de «  violence  » ou de virilité est réservée aux hommes.

Néanmoins, la médiatisation du sport féminin a en soi quelque chose d’éminemment paradoxal. En effet, alors que le sport féminin à la télévision est sous-médiatisé (impératifs d’audience, course aux chiffres, domination des mesures quantitatives) et freine le développement de la pratique, les médias ont fait émerger de nouveaux modèles féminins : boxeuse, footballeuse, etc.

De même, si certaines démarches, comme par exemple la création du Lady Boxing Tour par la Fédération française de boxe en 2013, visent à casser l’image de la boxe comme étant exclusivement masculine, la place de la femme à la télévision reste moindre et ponctuelle.  Ainsi, de façon rétrospective, seuls certains médias ont contribué à « écrire l’Histoire » en rendant célèbres une extrême minorité de sportives, tandis que les boxeuses restent stigmatisées. Les tensions entre les valeurs symboliques du féminin et du masculin subsistent : tenues roses et « esthétisées » ou « hyper-sexualisées », discours au masculin, commentateurs sportifs parfois désobligeants ou sexistes, mise en scène sur-jouée laissant parfois croire à la caricature, etc.

L’intervention de Natacha Lapeyroux a été très éclairante. Elle a permis de soulever un certain nombre de questions, de problématiques relatives à l’identité féminine et à ses représentations à travers la société, qui se sont incorporées durablement en grande partie via le discours médiatique.

Géraldine Letz prépare une thèse intitulée « Corps, appareillage et sport olympique : du moi morcelé au super-héros », sous la codirection de V. Lowy et S. Arborio.

Géraldine Letz interroge le rôle et les représentations des sportifs appareillés face aux valeurs symboliques et historiques liées au sport.

La seule pratique sportive est porteuse d’un grand nombre de valeurs : courage, force (physique et mentale), persévérance, performance, dépassement de soi, morale, esprit d’équipe, soutien, bienveillance, etc. L’image même du corps d’un sportif est souvent idéalisée : homme ou femme au corps « athlétique », musclé, fin, presque parfait. Pour autant, la technologisation des corps est venue brouiller ce système de croyances, de valeurs et de représentations, ainsi que les codes du sport «  traditionnel  ». Elle a permis d’améliorer les conditions de vie des handicapés, notamment grâce à l’appareillage. Son incorporation dans le domaine du sport a donné naissance à une nouvelle communauté de sportifs et à des compétitions qui leur sont consacrées, notamment les Jeux paralympiques. L’important n’est plus de «  réussir  » mais de simplement «  faire  », de « pouvoir faire  ».

La présence de cette nouvelle communauté d’athlètes « hybrides » aurait redéfini le champ de la performance mais aussi repoussé les frontières de l’humain. Il n’est plus question de corps « naturels » mais d’une alliance entre humain et machine qui galvaniserait les performances et multiplierait les possibilités. L’appareillage des sportifs, en plus de bousculer les valeurs traditionnelles qui caractérisent la performance physique de haut niveau, comporte des effets sociaux et identitaires pour l’homme.

Selon Géraldine Letz, questionner le processus de reconstruction sociale d’un individu amputé à travers le sport de haut niveau exige d’intégrer l’aspect social et les représentations de la perte d’un membre (être empêché, diminué, morcelé, stigmatisé). Après ces épreuves, la pratique du sport apparaît comme un «  retour à la normalité  » pour les personnes handicapées. Le sport, même exercé de façon individuelle, reste éminemment social, socialisant, et surtout socialement valorisé (sentiment de fierté, admiration de la performance). Le corps devient, pour l’amputé, un instrument de « résurrection » qui servira à se reconstruire socialement et psychologiquement. Il passe de preuve de normalité à un moyen de reconnaissance sociale. Très fortement médiatisé, l’intérêt public et médiatique pour le handisport s’accroît et un imaginaire se développe autour (caractéristiques physiques qui rapprochent le héros antique et le robot). Le champion devient un héros, la performance devient un exploit. Hypermédiatisés et spectacularisés comme des sur-hommes, ces athlètes paralympiques posent la question des frontières de l’humain qui peuvent et doivent être dépassées.

Si les médias ont aidé à l’émergence du vedettariat handisportif, ils l’instrumentalisent souvent. Les athlètes deviennent les symboles érigés de tout un système de valeurs nobles (performance, persévérance, dépassement de soi, force physique et mentale, reconstruction et rage de vivre). Parfois même, leur image est récupérée par les marques qui s’attribuent à travers leur communication ces valeurs nobles et pures. Toutefois, un effet de formatage du handisport et une uniformisation des athlètes paralympiques résistent. Les médias orientent ce vedettariat : les Jeux Paralympiques sont souvent retransmis à des heures creuses où l’audience est moindre. De plus, malgré leur volonté de valoriser et d’intégrer les personnes handicapées, ces mêmes médias sont parfois stigmatisants ou choquants (jeux de mots, moqueries, stigmatisation de la performance).

Des terrains différents, un questionnement partagé : la dimension paradoxale des médias

Alors qu’ils doivent lutter contre les stéréotypes et la stigmatisation de ces athlètes, les médias viennent les renforcer et ancrer toujours plus ces représentations sociales déjà incorporées.

Certains médias sont soumis à des impératifs de chiffre et sont contraints d’imaginer des contenus qui les différencient de leur concurrence et intéressent l’audimat. Dans un contexte de crise économique où l’univers concurrentiel est rude, les médias se doivent d’interpeller la cible, le grand public, et de susciter son intérêt. L’actualité est aujourd’hui si dense et volatile que le sensationnalisme et la starification de l’individu lambda ou « différent » est permanent. La forte médiatisation d’athlètes paralympiques a provoqué un grand engouement chez le grand public, particulièrement friand de storytelling et de belles histoires. Si seulement certains ont été érigés en véritables emblèmes, une majorité reste dans l’ombre et n’est pas médiatisée. Par ailleurs, si les retombées presse sont nombreuses, l’audience des Jeux Paralympiques reste moindre. Pourrait-il alors s’agir d’un intérêt  partiel du grand public, une sorte de bluff  pour sa bonne conscience ? Au lieu de déconstruire les stéréotypes et les représentations sociales, un tel vedettariat ne contribuerait-il pas à creuser le fossé et insister sur la différence au lieu de les atténuer ?

Enfin, si les athlètes handisportifs sont valorisés dans les représentations collectives, associées au dépassement de soi et à la force (physique et mentale), qu’en est-il de l’image des individus amputés, appareillés mais non-sportifs ? Les représentations sociales ont-elles changé et la personne sera-t-elle plus valorisée ? Son processus de reconstruction sociale sera-t-il facilité par une meilleure reconnaissance ? Ou sera-t-il toujours considéré comme marginal, monstrueux, « déviant », anormal puisqu’il n’a pas la «  force physique et mentale  » nécessaire ?

Les paradoxes soulevés par Natacha Lapeyroux sont sensiblement similaires. Les femmes pratiqueraient des sports esthétiques aux vertus esthétisantes qui seraient bien moins virils et violents que ceux pratiqués par les hommes. Elles sont souvent associées à l’équitation, au fitness, au yoga, à la gymnastique ou encore au patinage artistique. Pour autant, les hommes sont le plus souvent au cœur de l’actualité sportive. Lorsqu’elle est présente dans un programme ou une compétition sportive, le rôle de la femme varie : de la simple remise de médaille au « premier rôle », elle peut se voir stigmatisée, moquée, sexualisée, victime de propos sexistes (commentateurs, journalistes) voire rabaissée (rôle restreint, tenues indécentes, caméra qui zoome sur certaines parties du corps…). Leurs performances sportives importent souvent moins que la mise en scène.

Les stéréotypes que tous ces sportifs (femmes, boxeuses, handisportifs, etc.) tentent de combattre et d’endiguer sont en réalité construits par le sport et les médias eux-mêmes, mais aussi par l’image que nous nous en faisons. Les stéréotypes persistent et restent présents quelle que soit l’intention : certains médias les manipulent avec maladresse et produisent l’effet inverse de celui escompté. Alors que les Jeux paralympiques disposent d’une meilleure visibilité (directs, commentaires…), certains journalistes stigmatisent même involontairement les athlètes («  les bras m’en tombent », « je suis scié »…).

Mais à travers les médias qui s’adressent à nous en adaptant leur «  offre  » à la « demande c’est l’ensemble de la société qui a construit ces stéréotypes, de façon historique. Un grand pourcentage de personnes disent que si le sport féminin était davantage médiatisé, elles le regarderaient. Pourtant, les compétitions féminines déjà télévisées n’ont que très peu de part d’audience et n’encouragent guère les chaînes à multiplier les programmes de ce type (exceptée la coupe du monde de football féminin). Finalement, même lorsque l’on souhaite découdre des représentations sociales incorporées, ce travail de déconstruction implique finalement l’entretien de ces représentations, ou seulement un déplacement. On évoque la «  démocratisation du sport  » et son ouverture à différentes identités, mais cela ne règle en aucun cas les questions de stéréotypes, surtout chez des groupes en quête d’identité.

Une rencontre effective entre public chercheur et public étudiant

Personnellement, ce séminaire de recherche m’a apporté bien plus qu’un éclairage nouveau sur les questions traitées dans la mesure où je ne m’étais jamais interrogée sur ces thématiques. En effet, si j’étais consciente de la facilité avec laquelle les médias peuvent influer une tendance, incorporer des valeurs symboliques ou des représentations dans une société donnée, leur rôle déterminant dans l’entretien ou la déconstruction des stéréotypes autour de ces sportifs « non-traditionnels » ne m’avait jamais interpellée.