Au code, citoyens ! Mise en technologies des problèmes publics

Avis de soutenance de thèse

thèse en sociologie
de Ksenia Ermoshina
(Centre de Sociologie de l’Innovation, Mines Paris Tech)

28 novembre 2016 à 14h30
École des Mines de Paris, salle L109
60, boulevard Saint-Michel, 75006 Paris

Comment rend-t-on publiques des choses ? Et comment les publics sont-ils constitués par les instruments ? C’est à ces deux grandes questions que cette thèse essaie de répondre, à travers une analyse ethnographique des hackathons civiques (ces compétitions où on prototype des solutions numériques aux défis sociaux divers); et une étude de cas de plusieurs applications dites citoyennes. Ces applications pour web et mobile, basées sur le principe du crowdsourcing, visent à répondre à des problèmes variés, comme la corruption, la fraude électorale, la violence policière ou encore, les problèmes de voirie. La thèse s’intéresse à la fois à la conception de ces dispositifs, à leurs usages et aux façons dont ces outils transforment la communication des citoyens entre eux, et avec les administrations publiques. Elle explore les nouveaux formats d’innovation collaborative et interroge l’usage du code informatique en tant qu’instrument d’action collective.
 
La thèse mobilise une méthodologie qui puise dans les répertoires des STS, de la sociologie des problèmes publics, de la science politique, des sciences de l’information et communication. Appuyée sur l’étude d’applications citoyennes en France et en Russie, elle pose différentes questions : comment traduit-on les problèmes publics en code informatique ; qu’est-ce que ces applications font et font faire ? comment transforment-elles la participation citoyenne ?

 

La recherche articule les rapports entre le code et la loi et montre que les interfaces des applications façonnent et standardisent la participation en se basant sur les documents de référence : les lois, les réglementations normatives et techniques. Cependant, la standardisation a ses limites : se focalisant sur les moments de faille et des épreuves, telles que les tests, les mises à jour, le débogage des applications, l’enquête rend visibles les détournements et les bricolages mis en place par les usagers qui dépassent le cadrage par les interfaces et participent à la fois à la réécriture des applications et à la redéfinition des problèmes publics. La comparaison entre applications développées par les administrations publiques et projets portés par la société civile permet de distinguer deux modèles d’intermédiation citoyens-administrations : les chaînes courtes et les chaînes longues. Sans les opposer, la thèse se place dans « l’entre-deux » et analyse les articulations, les agencements de ces réseaux socio-techniques.

 

La composition du jury de thèse :

 

Loïc Blondiaux, Professeur à l’Université Paris I Sorbonne – rapporteur 
Françoise Daucé, Directrice d’études à l’EHESS, CERCEC – présidente
Jérôme Denis, Chercheur au CSI, Mines ParisTech
Cécile Méadel, Professeure à l’Université Paris II Panthéon-Assas – directrice de thèse
Arnaud Mercier, Professeur à l’Université Paris II – Panthéon Assas – rapporteur
Stéphanie Wojcik, Maître de conférences à l’Université Paris-Est-Créteil

L’antibiorésistance, un problème en quête de publics

Dossier. L’antibiorésistance,
un problème en quête de publics

Issue. Antibiotic Resistance, A Problem Seeking Audience

Sous la direction de Jocelyne Arquembourg,
Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

qdc29_c1-small360

Dans sa dernière livraison, Q2C propose une réflexion sur la question de l’antibiorésistance à l’épreuve de ses publics.

Si l’antibiorésistance peut être appréhendée comme un problème public, quels sont les publics prenant place et voix dans la construction de ce problème, sa place et son impact dans le débat sur une question majeure de santé publique?

Les 8 contributions qui composent ce dossier coordonné par J. Arquembourg  éclairent ces questions à travers l’apport de terrains et de travaux récents  en communication, sociologie et histoire de la santé publique.

N° 29 de la revue Questions de communication, disponible sur Questions de communication. CREM

AAC Rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours

Université d’Orléans, 7-9 juin 2017

Dans une perspective interdisciplinaire qui a vocation à réunir des spécialistes divers (historiens, historiens du droit, littéraires, civilisationnistes, anthropologues, sociologues, ethnologues, etc.), ce colloque se propose d’explorer les rituels de la vie privée et publique du Moyen-Age à nos jours.

S’il convient d’interroger les rituels comme pratiques réglées et codifiées, c’est surtout l’articulation – phénomènes d’analogie, d’imitation, de contamination, d’inclusion, d’extension, ou inversement de distinction ou d’exclusion – entre des formes de ritualité de la vie personnelle ou familiale, domestique, voire quotidienne, et des pratiques rituelles de la sphère publique, c’est-à-dire sociale, politique, religieuse, juridique et plus largement institutionnelle et culturelle, qu’il s’agira d’examiner et d’analyser.

Saisi concrètement dans son articulation entre public et privé, le rituel pourra être interrogé selon les axes suivants, qui ne sont pas exclusifs :

1. La dimension herméneutique du rituel, dont le sens suppose une interprétation : quelle compréhension l’individu et le groupe ont-ils de leur pratique rituelle ? quelle est la connaissance qu’ils en ont ? qui détient le savoir et le sens d’un rituel, en quoi cette maîtrise contribue-t-elle à instaurer son identité ? comment un rituel peut-il donner lieu à des interprétations différentes, voire divergentes ?

2. La question du pouvoir : en quoi le rituel permet-il l’institution et l’affirmation d’une auctoritas ? en quoi relève-t-il plus globalement d’une forme et d’une expression d’un pouvoir ?

3. Le rituel et la norme : en quoi le rituel est-il un principe de régulation sociale et temporelle ? relève-t-il seulement de l’usage, de la coutume, ou y a-t-il une ritualité de l’extraordinaire ? quelle place laisse-t-il à l’exception ?

4. La mise en question du rituel : quelles en sont les contestations, les transgressions, les dévoiements, et quelle forme prennent-ils ? tout rituel ne suppose-t-il pas une part de liberté et de plasticité qui permet son évolution ?

5. La création de nouveaux rites : par quels processus, en quelles circonstances s’invente et se configure un rituel ? comment la codification du rituel peut-elle être réinventée par un individu ou un groupe qui se le réapproprie ainsi ?

6. La représentation du rituel : par quels processus de médiatisation et par quels supports (oraux, visuels, écrits, sonores) est-il représenté ? les pratiques rituelles peuvent-elles donner lieu à une fictionnalisation, et quels en sont les enjeux ?

La perspective diachronique du colloque permettra ainsi de faire apparaître, au fil de communications de portée synchronique, les évolutions de la ritualité à l’intersection du public et du privé sur une ère globalement homogène dans son histoire culturelle, sociale et politique (de l’Occident chrétien à l’Europe contemporaine). Ce faisant, le colloque « Rituels de la vie publique et privée du Moyen Âge à nos jours », interdisciplinaire dans ses approches, entend plus globalement s’inscrire dans une étude et une histoire des pratiques, des représentations et des mentalités.

Modalités pratiques d’envoi de prépositions :

Les propositions (environ 1500 signes) sont à envoyer à colloque.rituels@univ-orleans.fr avant le 15 novembre 2016.

AAC La réception en questions. Sorties culturelles et pratiques spectatorielles

L’appel à proposition d’articles pour la revue Terrains/Théories intitulé : « La réception en questions. Sorties culturelles et pratiques spectatorielles » que Aurélien Djakouane et Gabriel Segré coordonnent est prolongé jusqu’au 10 octobre 2016 et élargi aux travaux et recherches  sur le spectacle vivant, le cinéma, le musée…

Vous trouverez une présentation de la revue ici : https://teth.revues.org/

Ainsi que le détail de l’appel à articles en pj et ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19757

Les propositions, de 5 000 signes maximum (espaces compris), présentant l’objet de recherche et la problématisation, ainsi que les options méthodologiques et théoriques retenues, devront parvenir sous forme électronique aux adresses suivantes :

L’internationalisation de la presse magazine : une hypersegmentation des publics

Karine Taveaux-Grandpierre, LabSIC, Université Paris 13

ELLE India, Taiwanese Vogue, GEO Greece et plus récemment Vanity Fair France… : le déploiement d’un titre de magazine à l’international est en ce début de 21e siècle un dispositif très usité par les grands groupes pluri-médias. Cette démultiplication des déclinaisons internationales repose sur la renommée d’une marque. Elle permet de limiter les coûts de fabrication par la mutualisation d’éléments éditoriaux et surtout photographiques et se généralise depuis une dizaine d’années avec le développement de la licence. Si l‘internationalisation est d’usage aujourd’hui, elle remonte à la seconde moitié du 18e siècle et se déploie en premier lieu avec les magazines féminins. Il convient donc de s’interroger sur les raisons du développement transnational novateur de la presse magazine féminine, et de se demander comment cette internationalisation a pu si précocement se mettre en place et construire différents modèles transnationaux pérennes et adoptés par d’autres types de presse.

Il s’agit donc à la fois d’établir une généalogie de ce phénomène par l’étude de la presse magazine féminine et de cerner les éléments qui ont permis son évolution jusqu’aux journaux que nous pouvons nous procurer aujourd’hui. Nos recherches ont permis de retracer une chronologie de l’internationalisation des magazines féminins s’articulant sur quatre périodes.

En premier lieu, elle se fonde à partir de 1749 sur la diffusion de quelques titres français, tout d’abord Le Magasin français, littéraire et scientifique. Quelques éditeurs peu scrupuleux plagient textes et illustrations, notamment du Journal des Dames et du Cabinet des modes ou Modes nouvelles. Encouragé par l’absence de droit d’auteur sur les textes comme les images, le pillage de la presse féminine hexagonale est largement organisé sur son propre territoire et dans toute l’Europe. La francophilie des élites  ̶  les magazines ne sont pas traduits  ̶  et la renommée internationale de la mode française offrent un nouveau public à cette presse produite à moindres coûts et destinée à un lectorat élitiste encore très homogène.

Le deuxième temps de cette internationalisation est marqué par la volonté des éditeurs originaux de protéger leur rédactionnel comme leurs illustrations. Ils collaborent alors avec des entrepreneurs étrangers pour reproduire, le plus souvent à l’identique, leur magazine. Ainsi, à partir de 1829, Le Follet, Le Bon Ton et Le Moniteur de la Mode vont donner lieu à huit déclinaisons, de l’Europe aux États-Unis, en passant par la Russie. Certains éditeurs vont préfigurer l’industrialisation de la presse et s’organisent en Société de journaux à partir de 1845. Ces nouveaux industriels peuvent ainsi mieux défendre leurs droits d’auteurs, aussi bien en France qu’à l’étranger. Ils annoncent les entreprises de presse qui viendront les concurrencer avec les suppléments des journaux à grand tirage de la fin du 19e siècle :  La Mode du Petit Journal, La Mode du Journal ou bien encore Le Figaro Modes.

Dans un troisième temps, de grands groupes de presse inaugurent l’adaptation locale du contenu rédactionnel et illustré d’un titre mère. Cette globalisation s’effectue d’abord avec l’implantation en 1920 à Paris du magazine Vogue. The Harper’s Bazaar et plus récemment Cosmopolitan et ELLE le suivront, se déployant sur plus de soixante pays. Ces magazines affirment le caractère industriel de cette presse, insérant l’internationalisation des féminins dans des logiques culturelles et commerciales revendiquées. Ils s’appuient sur les importantes ressources financières des grands groupes pluri-médias, Hearst, Condé Nast et Lagardère, et sur la demande des annonceurs désireux à partir des années 1980 de toucher de nouveaux marchés. La déclinaison des magazines s’insère un peu plus dans la publicitarisation, créant et adaptant des supports pour mieux accueillir la publicité.

choix1b

Enfin, dans un quatrième temps, le caractère uniforme de l’offre n’est plus suffisant face au développement des échanges internationaux. Les titres doivent alors se décliner en prenant en compte la segmentation des lectorats, de plus en plus variés. L’hypersegmentation s’affirme progressivement en fonction des âges (ELLEgirl), des centres d’intérêts (ELLEaccessories ou ELLE à table), des genres (Vogueman) ou des supports, avec les chaînes youtube, les sites et les réseaux sociaux. Ils ciblent donc des lectorats très spécifiques, déclinant les titres à partir de marques fortes et clairement identifiées par les annonceurs du luxe, de la beauté et le public. Cette segmentation s’affine depuis avec la création d’éditions plus ethniques. Ainsi, la création des onze cahiers régionaux ELLE répond à une quête d’informations et d’annonces plus locales. La lectrice apprécie cette nouvelle proximité informationnelle et publicitaire. Et de leur côté, les annonceurs bénéficient de ce phénomène de dépublicitarisation des supports. L ’hypersegmentation renouvelle donc le public, qui s’essouffle en France comme à l’étranger, et tente de concurrencer l’adressage fin d’internet, en renouvelant et fidélisant l’audience comme le marché publicitaire.

La déclinaison internationale de la presse magazine démontre un dynamisme certain d’une industrie culturelle particulièrement touchée par la crise. L’attrait pour la mode et la culture française a créé un marché avec la création de modèles français jusqu’au 19e siècle. Puis, cette presse s’autonomise de son marché premier pour devenir une marque à l’international et se construire une identité plus locale. Elle est soutenue par les annonceurs qui peuvent prévoir des campagnes de plus en plus internationales pour des marques qui le sont tout autant. Ceci est renforcé par l’effondrement du marché publicitaire accompagné par la baisse du pouvoir d’achat des lecteurs et l’accroissement du nombre d’amateurs d’informations gratuites en ligne (webmagazines, portails, blogs, etc.). La presse magazine parvient à limiter la baisse croissante de ses ventes et s’assure de nouveaux marchés en local avec l’hypersegmentation autour de centres d’intérêt, des genres, des âges et de la localisation géographique, comme en témoignent ELLE Canada et ELLE QUEBEC ou bien encore Vogue Travel in France rédigé en mandarin et destiné au public chinois séjournant en France.

Pour aller plus loin

Espagne M., Werner M., dir., 1988, Transferts, les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand, XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Mattelart A., 2005, Diversité culturelle et mondialisation, Paris, Éd. La Découverte, collection Repères.

Mattelart T., 2013, « Théories de la mondialisation culturelle et internationalisation des médias », pp. 29-44, in Rasse P., dir. , La diversité culturelle, Paris, CNRS éditions, collection « Les Essentiels d’Hermès ».

Patrin-Leclère V., Marti de Montety C. et Berthelot-Griet K., 2014, La fin de la publicité ? Tours et contours de dépublicitarisation, Lormont, Éd. Le Bord de l’Eau.

Taveaux-Grandpierre K., 2013a, « ELLE, mobiliser un lectorat jeune par le numérique », Jeunes et médias, Les cahiers francophones de l’éducation aux médias, 6, Publibook, pp. 63-78.

Taveaux-Grandpierre K., 2013b, « Lorsque la presse féminine s’internationalise : le cas ELLE », Média 19, dossier thématique « La recherche sur la presse. Nouveaux bilans nationaux et internationaux », http://www.medias19.org/index.php?id=15560