Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques

Sous la direction de Sébastien François et Thomas Pillard, cette nouvelle livraison de la revue Genre en séries rassemble des travaux qui prennent pour objet les pratiques textuelles des publics médiatiques.

L’intégralité du numéro est librement accessible en ligne à l’adresse :

http://genreenseries.weebly.com/numeacutero-7.html

 

AAC. Publics des plateformes. Usages du streaming audiovisuel & de la vidéo à la demande

3e Journée d’étude du GREPs
Groupe de Recherche sur les Écrans et leurs Publics
Vendredi 14 décembre 2018
Maison de la recherche de Paris 3, salle Claude Simon
Appel à communications :
Date limite : 15 septembre 2018

Les publics cinématographiques dans les aires ibériques et latino-américaines

Atlante – Revue d’études romanes
n° 7, automne 2017
Langues et littératures étrangères – EA 4074 – Université de Lille
Coordination
Marianne Bloch-Robin, Evelyne Coutel
et Alberto Da Silva

 

Photo Job SavelsbergUnsplash

Enquête sur le public d’une chaîne de télévision locale

Céline Ségur, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations
celine.segur@univ-lorraine.fr

En 2016, deux chercheurs du Crem, Sylvie Pierre et Céline Ségur, ont réalisé une étude auprès des publics de la chaîne de télévision locale Vosges Télévision. L’enquête a été menée en réponse à une commande du média, qui souhaitait disposer d’indicateurs qualitatifs sur les attentes de ses téléspectateurs. Alors que l’on s’interroge sur la fin de la télévision au profit de pratiques transmédiatiques, qu’est-ce que le public d’une chaîne de télévision locale a à nous dire sur son rapport au média ?

L’enquête a débuté par la passation d’un questionnaire auprès de 399 volontaires, habitants du département des Vosges, âgés de 12 à 85 ans. Elle s’est poursuivie par l’organisation de trois groupes de discussion (entre 5 et 6 participants par groupe) : un groupe d’étudiants, un groupe de femmes retraitées et un groupe artificiel hétérogène. L’objectif était de recueillir des éléments permettant une analyse des attentes et perceptions de téléspectateurs de Vosges TV, et non de mener une enquête exhaustive et représentative.

Le champ des études sur les médias a mis en évidence le contexte symbolique dans lequel s’inscrit toute parole de téléspectateur : le déficit de légitimité dont souffre la télévision dans notre société accompagne régulièrement les prises de position des publics à l’égard de leurs déclarations de pratiques (voir Boullier, 1987 ; Pasquier, 1990). Bien que les effets supposés puissants et nocifs de la télévision aient été infirmés (Ségur, 2010), toute discussion publique au sujet de la télévision se révèle porteuse de ce poncif coriace. Les témoignages que nous avons recueillis n’ont pas dérogé à cette « règle » : ils contiennent de nombreux préjugés défavorables à l’égard de la télévision, essentiellement dans un premier moment des discussions. Le discours sur la manipulation des médias (« On nous robotise et on nous influence ») porte essentiellement sur le rôle de la publicité et la manière dont sont construites les informations. L’éthique de la télévision est remise en cause, elle est un instrument de pouvoir en qui on ne peut pas avoir confiance : « Je pense qu’on est trop guidé par les journalistes, c’est eux qui dominent le monde et ils nous font un lavage de cerveaux, donc moi c’est pour ça que je ne regarde jamais les infos ». Nous avons relevé un très fort rejet vis -à -vis des logiques économiques dont TF1 constitue le modèle privilégié.

La confiance dans un média d’information local

Néanmoins, au sujet des télévisions locales, les discours ont été plus nuancés et optimistes. La télévision locale semble incarner l’espoir d’un média d’information qui pourrait jouer un rôle de médiation locale. En effet, Vosges TV est clairement identifiée comme un média d’information : 84% des individus interrogés ont déclaré qu’ils regardent la chaîne parce qu’elle les informe sur l’actualité de leur territoire départemental. De fait, le « Journal » quotidien est le programme qui est le plus regardé (il est cité par 94% des individus), et ce, le plus régulièrement : 41% l’ont affirmé, alors que la chaine n’est pas regardée au quotidien pour une majorité de l’échantillon. Plus globalement, 4 des 5 programmes identifiés comme appartenant au genre « information » sont les quatre programmes que les individus déclarent regarder le plus (« L’Hebdo », « Sur le vif », « La vie en Vosges » et la « Météo »). Cette appétence pour l’information, a fortiori locale, se confirme au moment de l’expression des attentes des individus : 83% d’entre eux souhaitent voir un maximum d’informations locales à l’écran, quelle que soit leur catégorie socio-professionnelle (voir la figure 1). La retransmission des événements locaux et la valorisation des initiatives locales sont également plébiscitées par une majorité.

Figure 1. Attentes à l’égard d’une chaîne de télévision locale.

L’attente d’un média de proximité

Ainsi la fonction informative du média se double-t-elle d’une fonction sociale de médiation : il s’agit de mettre en valeur les actualités locales. En effet, au cours des discussions, il a été révélé que le principal vecteur d’identification de la chaîne concerne le souvenir de la présence d’une équipe de tournage lors d’une manifestation locale, plutôt qu’une émission ou un animateur qui incarnerait l’identité du média, comme cela peut être davantage le cas pour les grandes chaînes nationales. Dès lors, la chaîne a véritablement un rôle à jouer en tant que média de proximité, acteur de la vie locale : « Ce qui est intéressant dans ces télés par rapport aux chaînes nationales c’est vraiment la vie locale, on découvre ce qu’il y a à côté de chez nous ; ça permet aussi de découvrir tout ce qui se fait à proximité ; ça permet d’avoir une ouverture sur ce qui se fait localement au niveau associatif, manifestations culturelles, petites entreprises qui s’ouvrent, qui se créent, l’artisanat, enfin des tas de choses qu’on peut découvrir » (étudiante à Épinal).

Le public que nous avons rencontré souhaite que Vosges TV soit davantage présente sur le terrain et qu’elle valorise le territoire local. Les personnes ont à cœur la promotion des actions et activités de proximité, du quotidien ou de l’exceptionnel. Elles attendent une télévision qui soit à la fois le témoin et l’actrice de sa vie locale : « Le plus gros reproche que je ferais à la télé locale c’est d’être juste informative. Pour moi, une télé locale c’est une télé qui s’investit dans le patrimoine, pas que dans le patrimoine, dans le développement de la culture justement, il y a du territoire. Et c’est pas juste une télévision qui informe, c’est une télé qui crée du spectacle et de l’action culturelle ». Il s’agirait de promouvoir le territoire et les initiatives locales, tout en impliquant le téléspectateur, ont-ils tous affirmé : « On doit être au cœur de l’action ; il faut que ce soit quelque chose de vivant, qu’on se sente investit. Je regarde la télévision quand c’est quelque chose qui me touche ».

Depuis quelque temps, la communication télévisuelle est placée sous le régime de la participation : les publics manifestent leur volonté de ne plus simplement être les destinataires de produits médiatiques, mais de pouvoir réagir et interagir. Cette tendance se manifeste dans les propos que nous avons recueillis, non pas au sens d’une « culture de la convergence » (Jenkins, 2013), mais au sens d’une participation encouragée par une proximité territoriale.

Références
Boullier D., 1987, Les conversations télé, Rennes, Lares.
Jenkins H., 2013, La culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’anglais par C. Jaquet. Paris, A. Colin/Ina éd.
Pasquier D., 1999, La culture des sentiments, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.
Ségur C., 2010, Les recherches sur les téléspectateurs. Trajectoire(s) académique(s), Paris, Hermès Lavoisier.

Crédit photo www.vosgestelevision.tv

AAC Les catégorisations des publics minorisés en question

Appel à articles pour un dossier de la revue Participations

L’ambition de ce numéro est, d’une part, d’interroger le processus de catégorisation des groupes sociaux appelés à prendre part à la concertation publique et, d’autre part, d’analyser la réappropriation, la redéfinition voire la contestation de ces catégories par les participant·e·s. Plus précisément, il entend étudier le processus d’émergence des catégories qualifiant les publics des dispositifs participatifs, le sens que ces catégories recouvrent dans un contexte national ou local particulier et les usages que les protagonistes d’un dispositif en font. Il se concentrera plus précisément sur les dispositifs appelant à la participation des groupes sociaux minorisés sur des fondements ethno-raciaux et s’appuiera sur la comparaison de cas situés dans des contextes politiques et culturels distincts. Le dossier portera en outre une attention particulière à l’interpénétration entre les rapports sociaux de sexe, de race et de classe.

Les contributeurs/trices sont invité·e·s à envoyer un résumé (5000 caractères maximum) avant le 15 mars 2018 aux coordonnatrices du numéro : soline.laplanche-servigne@unice.fr et marie-helene.sa-vilas-boas@unice.fr.

Si le résumé est retenu, les articles sont attendus pour le 20 septembre 2018. Ils feront l’objet d’une discussion lors d’un séminaire de travail organisé en décembre à l’Université Nice Sophia-Antipolis. Les articles sélectionnés seront en outre évalués en double aveugle, conformément aux procédures d’évaluation de la revue Participations.

Télécharger l’appel à communications complet : proposition numéro Participations Catégorisations