La diversité des langues dans les pratiques culturelles contemporaines

Michael Spanu, Université de Lorraine

La fragmentation des publics de la culture au prisme des langues

Au temps de la démocratisation culturelle par les pouvoirs publics français, il y a plus de 50 ans, la notion de public renvoyait non seulement à l’idée de peuple unifié, mais aussi à une conception universaliste de l’art qui parvenait difficilement à cacher ses accents paternalistes. Au-delà même des enquêtes sociologiques qui se sont inscrites contre cette représentation idéaliste, penser aux limites qu’impose l’existence de différentes langues dans les arts pouvait alors sembler suffire. Or, loin de n’être que de simples codes linguistiques hermétiques les uns aux autres, les langues sont des pratiques particulières et mouvantes du langage, toujours ancrées dans des espaces interactionnels et donc liées à des formes d’identification, c’est-à-dire à des formes de construction de soi avec les autres.

Cela est devenu d’autant plus manifeste lorsque, dans les années 1980, la notion de « public » a cédé la place à celle de « publics spécifiques », parmi lesquels certains revendiquaient une appartenance régionale et donc une langue particulière. Si ces revendications rendaient le lien entre langue et identité plus visible, ce dernier existe, en fait, pour toutes les pratiques de la langue, même les plus hégémoniques. C’est ce que l’on observe avec la mondialisation des médias, grâce à laquelle l’anglais de la culture populaire étatsunienne s’est propagé à grande vitesse, donnant lieu à de nouvelles formes de consommation culturelle qui suscitent parfois la crainte d’une atteinte à ce que serait « l’identité française ».

Cette propagation va de pair avec la numérisation croissante de la culture, et donc une circulation transnationale et multilingue accrue, alors même que l’on consomme de plus en plus de contenus à domicile. Toutefois, cette dynamique n’efface pas d’autres manières – plus « traditionnelles » – de vivre la culture, notamment de manière collective et plus incarnée, comme en témoigne la prévalence des grands festivals de musique et autres rassemblements culturels au cours desquels nous faisons l’expérience de l’altérité, parfois par le biais d’un rapport renouvelé aux langues. C’est le cas, par exemple, lorsque nous écoutons de la musique produite par des artistes étrangers ou français qui pratiquent des langues de manière originale.

Les pratiques langagières comme indicateurs complexes de l’altérité socio-culturelle

En sociologie, la complexité du rapport entre les publics et l’altérité contenue dans les nombreuses formes culturelles contemporaines (genres et sous-genres musicaux, avant-garde et mainstream, etc.) a été envisagée sous plusieurs angles (éclectisme, cosmopolitisme, etc.) sans toutefois toujours accorder une attention spécifique à la question des langues. Le cosmopolitisme peut être rattaché à diverses traditions de pensées, allant des stoïciens grecs et des républicains romains, à la philosophie des Lumières avec les approches élaborées par Emmanuel Kant et le marquis de Condorcet. Ce dernier voyait dans le progrès technique le meilleur moyen de s’émanciper des identités « assignées ». Autrement dit, le progrès correspondait à une forme de liberté émancipatrice signifiant un degré élevé de civilisation. Les individus, alors libres de leurs choix et jugements, devaient tendre naturellement vers la création d’une communauté universelle et rationnelle, en d’autres termes une communauté cosmopolite. En plus de l’idéal de progrès technique, cette conception s’appuyait sur la croyance en l’émergence possible d’une langue universelle capable de souder cette communauté. Malgré le haut degré de connectivité mondiale et les tendances hégémoniques de l’anglais aujourd’hui, on remarque à quel point cet idéal est sujet à de multiples résistances.

Philosophe de la « nouvelle modernité », Ulrich Beck propose néanmoins une autre définition du cosmopolitisme. Selon lui, c’est le processus par lequel « l’altérité [otherness] de l’autre est intégrée dans notre propre identité et définition de nous-mêmes » (Beck, 2003 : 17). Or, les langues peuvent constituer un indicateur pertinent de l’expérience esthétique cosmopolite ou éclectique, car elles nous permettent d’observer comment l’individu évalue ou non « la différence entre ses codes esthétiques vernaculaires et ceux du produit culturel étranger […], avec ou sans hiérarchisation […], par le développement éventuel d’une compétence à manier [des] codes esthétiques différents […] et […], enfin, par le développement d’une intentionnalité à l’égard de la découverte de la culture dont le produit est issu » (Cicchelli et Octobre, 2015 : 105-106). Selon nous, cela ne doit pas conduire à réifier de manière absolue les langues, en considérant certaines comme « étrangères » et d’autres comme « locales » par essence, mais simplement à distinguer, au sein d’un espace donné, les pratiques langagières et ce qu’elles produisent en termes de réception.

Pour une approche des langues par les publics de la musique

Certaines recherches traitent du lien entre les attitudes patriotiques ou chauvines des individus et leur préférence pour des produits culturels « nationaux », identifiés par la présence de la langue nationale ou non (Bekhuis et al, 2013 ; Meuleman et Lubbers, 2013). Dans le cas de l’écoute musicale, on sait que la propension à préférer des musiques perçues comme « étrangères » ou « nationales » renvoie à des différences sociales claires : les individus aisés et éduqués tendent à consommer davantage de musique étrangère que les autres (Meuleman et Lubbers, 2014). Par ailleurs, selon l’enquête sur les pratiques culturelles des Français (Donnat, 2009), l’attrait pour les musiques en anglais serait plutôt l’apanage des jeunes, tandis que le français serait préféré à mesure que l’on avance en âge. Seulement 3% des « 65 ans et plus » écoutent « principalement » de la musique en « anglais ou américain » (sic) (contre 44% pour les 15-19 ans), tandis qu’ils sont 57% à écouter principalement de la musique en français contre 22% chez les 15-19 ans (ibid. : 5). Pour le pourcentage restant des enquêtés, ils pouvaient déclarer que la question de la langue n’avait pas d’importance pour eux, et le cas échéant mentionner une autre langue.

Toutefois, ces études ne nous renseignent guère sur la manière dont l’écoute de la langue chantée intervient dans la formation du goût musical et quel sens les publics lui donnent dans le cadre d’une expérience culturelle plus large. Si l’on souhaite comprendre le rôle que jouent les langues dans la manière dont circulent et sont réappropriées les formes culturelles, il nous faudra, à l’avenir, nous pencher davantage sur les manières de faire et d’écouter la musique, autrement dit sur les médiations musicales. Sachant que les pouvoirs publics considèrent les langues chantées comme de véritables enjeux politiques, le plus souvent au nom du principe de la diversité culturelle, il est d’autant plus urgent de disposer de travaux empiriques permettant d’aborder le lien entre les langues et les publics de la culture.

Références

Beck U., 2003, « Rooted Cosmopolitanism: Emerging from a Rivalry of Distinctions », pp. 15-19, in : Beck U., Sznaider N. et Winter R., éds., Global America? The cultural consequences of globalization, Liverpool, Liverpool University Press.

Bekhuis H., Meuleman R., et Lubbers M., 2013, « Globalization and Support for National Cultural Protectionism from a Cross-National Perspective », European Sociological Review, 29 (5), pp. 1040‑1052.

Cicchelli V. et Octobre S., 2015, « Sur le cosmopolitisme esthétique chez les jeunes », Le Débat, 183 (1), pp. 101‑109.

Donnat O., 2009, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : éléments de synthèse 1997-2008, Paris, Ed. La découverte, Ministère de la culture et de la communication.

Meuleman R. et Lubbers M., 2013, « Manifestations of Nationalist Attitudes: Domestic Music Listening, Participation in National Celebrations, and Far Right Voting », European Sociological Review, 29 (6), pp. 1214‑1225.

Meuleman R. et Lubbers M., 2014, « The social distinction in having domestic versus foreign favorite music artists », Poetics, 45, pp. 55‑71.

Crédit photo Matt Botsford, Unsplash.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.