Enquête sur le public d’une chaîne de télévision locale

Céline Ségur, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations
celine.segur@univ-lorraine.fr

En 2016, deux chercheurs du Crem, Sylvie Pierre et Céline Ségur, ont réalisé une étude auprès des publics de la chaîne de télévision locale Vosges Télévision. L’enquête a été menée en réponse à une commande du média, qui souhaitait disposer d’indicateurs qualitatifs sur les attentes de ses téléspectateurs. Alors que l’on s’interroge sur la fin de la télévision au profit de pratiques transmédiatiques, qu’est-ce que le public d’une chaîne de télévision locale a à nous dire sur son rapport au média ?

L’enquête a débuté par la passation d’un questionnaire auprès de 399 volontaires, habitants du département des Vosges, âgés de 12 à 85 ans. Elle s’est poursuivie par l’organisation de trois groupes de discussion (entre 5 et 6 participants par groupe) : un groupe d’étudiants, un groupe de femmes retraitées et un groupe artificiel hétérogène. L’objectif était de recueillir des éléments permettant une analyse des attentes et perceptions de téléspectateurs de Vosges TV, et non de mener une enquête exhaustive et représentative.

Le champ des études sur les médias a mis en évidence le contexte symbolique dans lequel s’inscrit toute parole de téléspectateur : le déficit de légitimité dont souffre la télévision dans notre société accompagne régulièrement les prises de position des publics à l’égard de leurs déclarations de pratiques (voir Boullier, 1987 ; Pasquier, 1990). Bien que les effets supposés puissants et nocifs de la télévision aient été infirmés (Ségur, 2010), toute discussion publique au sujet de la télévision se révèle porteuse de ce poncif coriace. Les témoignages que nous avons recueillis n’ont pas dérogé à cette « règle » : ils contiennent de nombreux préjugés défavorables à l’égard de la télévision, essentiellement dans un premier moment des discussions. Le discours sur la manipulation des médias (« On nous robotise et on nous influence ») porte essentiellement sur le rôle de la publicité et la manière dont sont construites les informations. L’éthique de la télévision est remise en cause, elle est un instrument de pouvoir en qui on ne peut pas avoir confiance : « Je pense qu’on est trop guidé par les journalistes, c’est eux qui dominent le monde et ils nous font un lavage de cerveaux, donc moi c’est pour ça que je ne regarde jamais les infos ». Nous avons relevé un très fort rejet vis -à -vis des logiques économiques dont TF1 constitue le modèle privilégié.

La confiance dans un média d’information local

Néanmoins, au sujet des télévisions locales, les discours ont été plus nuancés et optimistes. La télévision locale semble incarner l’espoir d’un média d’information qui pourrait jouer un rôle de médiation locale. En effet, Vosges TV est clairement identifiée comme un média d’information : 84% des individus interrogés ont déclaré qu’ils regardent la chaîne parce qu’elle les informe sur l’actualité de leur territoire départemental. De fait, le « Journal » quotidien est le programme qui est le plus regardé (il est cité par 94% des individus), et ce, le plus régulièrement : 41% l’ont affirmé, alors que la chaine n’est pas regardée au quotidien pour une majorité de l’échantillon. Plus globalement, 4 des 5 programmes identifiés comme appartenant au genre « information » sont les quatre programmes que les individus déclarent regarder le plus (« L’Hebdo », « Sur le vif », « La vie en Vosges » et la « Météo »). Cette appétence pour l’information, a fortiori locale, se confirme au moment de l’expression des attentes des individus : 83% d’entre eux souhaitent voir un maximum d’informations locales à l’écran, quelle que soit leur catégorie socio-professionnelle (voir la figure 1). La retransmission des événements locaux et la valorisation des initiatives locales sont également plébiscitées par une majorité.

Figure 1. Attentes à l’égard d’une chaîne de télévision locale.

L’attente d’un média de proximité

Ainsi la fonction informative du média se double-t-elle d’une fonction sociale de médiation : il s’agit de mettre en valeur les actualités locales. En effet, au cours des discussions, il a été révélé que le principal vecteur d’identification de la chaîne concerne le souvenir de la présence d’une équipe de tournage lors d’une manifestation locale, plutôt qu’une émission ou un animateur qui incarnerait l’identité du média, comme cela peut être davantage le cas pour les grandes chaînes nationales. Dès lors, la chaîne a véritablement un rôle à jouer en tant que média de proximité, acteur de la vie locale : « Ce qui est intéressant dans ces télés par rapport aux chaînes nationales c’est vraiment la vie locale, on découvre ce qu’il y a à côté de chez nous ; ça permet aussi de découvrir tout ce qui se fait à proximité ; ça permet d’avoir une ouverture sur ce qui se fait localement au niveau associatif, manifestations culturelles, petites entreprises qui s’ouvrent, qui se créent, l’artisanat, enfin des tas de choses qu’on peut découvrir » (étudiante à Épinal).

Le public que nous avons rencontré souhaite que Vosges TV soit davantage présente sur le terrain et qu’elle valorise le territoire local. Les personnes ont à cœur la promotion des actions et activités de proximité, du quotidien ou de l’exceptionnel. Elles attendent une télévision qui soit à la fois le témoin et l’actrice de sa vie locale : « Le plus gros reproche que je ferais à la télé locale c’est d’être juste informative. Pour moi, une télé locale c’est une télé qui s’investit dans le patrimoine, pas que dans le patrimoine, dans le développement de la culture justement, il y a du territoire. Et c’est pas juste une télévision qui informe, c’est une télé qui crée du spectacle et de l’action culturelle ». Il s’agirait de promouvoir le territoire et les initiatives locales, tout en impliquant le téléspectateur, ont-ils tous affirmé : « On doit être au cœur de l’action ; il faut que ce soit quelque chose de vivant, qu’on se sente investit. Je regarde la télévision quand c’est quelque chose qui me touche ».

Depuis quelque temps, la communication télévisuelle est placée sous le régime de la participation : les publics manifestent leur volonté de ne plus simplement être les destinataires de produits médiatiques, mais de pouvoir réagir et interagir. Cette tendance se manifeste dans les propos que nous avons recueillis, non pas au sens d’une « culture de la convergence » (Jenkins, 2013), mais au sens d’une participation encouragée par une proximité territoriale.

Références
Boullier D., 1987, Les conversations télé, Rennes, Lares.
Jenkins H., 2013, La culture de la convergence. Des médias au transmédia, trad. de l’anglais par C. Jaquet. Paris, A. Colin/Ina éd.
Pasquier D., 1999, La culture des sentiments, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.
Ségur C., 2010, Les recherches sur les téléspectateurs. Trajectoire(s) académique(s), Paris, Hermès Lavoisier.

Crédit photo www.vosgestelevision.tv


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.