Devenir public, actualité d’une question de recherche interdisciplinaire

La publication de l’ouvrage collectif Devenir public. Modalités et enjeux (2018, Éd. Mare & Martin) est l’occasion pour Loïc Ballarini* et Céline Ségur**, directeurs de l’ouvrage, de nous présenter les principaux apports de ce travail en le resituant dans le cadre épistémologique des recherches sur les publics.

Les usages ordinaires du mot « public » conduisent à considérer la notion comme une entité stabilisée : les publics sont des collectifs plutôt constitués, quantifiables, caractérisables, dont les membres partagent le fait d’assister ou de participer à un événement, à une œuvre, de manière simultanée. Comment les sciences humaines et sociales se sont-elles emparées de la question ?

Le public, une longue tradition d’enquête

C’est en 1901, dans L’opinion et la foule, que Gabriel Tarde nous invite à penser les publics non pas comme un collectif physiquement rassemblé, mais comme une communion intellectuelle, un agrégat social lié imaginairement par la lecture de la presse. En ce sens, les médias sont un support à partir duquel se constitue un public. En 1927, John Dewey, dans The public and its problems, confère au public une forme d’instabilité dès sa constitution : il dit que le public apparaît involontairement, par accident. Lorsque, une trentaine d’années plus tard, Paul Lazarsfeld et Elihu Katz mettent à jour la théorie des deux étages de la communication (Two-step flow of communication), ils sont les héritiers de cette tradition de recherche : ils considèrent que les médias sont des supports de conversations, médiées par les leaders d’opinion, à travers lesquelles le public se forme.

Le développement d’une approche sociologique et empirique des publics, notamment médiatiques, date en France de la fin du 20e e siècle. Elle consiste à interroger les processus de publicisation, c’est-à-dire autant les modalités de constitution de soi comme membre d’un collectif, que les stratégies de professionnels des médias pour construire des artefacts de publics. Ceci conduit à analyser des enjeux en termes d’expérience sociale, d’identité et d’engagement. Il s’agit aussi d’observer les performances des publics : comment se donnent-ils à voir et à entendre ? L’entreprise consiste à dépasser les représentations caricaturales d’un idéal de public, normatif et abstrait, pour mieux prendre en compte la diversité des incarnations du public, la diversité de ses modes d’existence, et ainsi complexifier l’approche scientifique des publics (pour une présentation plus détaillée voir Cefaï, Pasquier, 2003 ; Le Grignou, 2003 ; Ségur, 2010).

Questionner le passage du Je au Nous

La première partie du livre interroge les mécanismes de passage du « je » au « nous », à partir de la relecture d’auteurs classiques et d’enquêtes de terrain. La notion abordée est celle d’espace public telle qu’elle a été initialement développée par Jürgen Habermas (1962). On en retient le plus souvent qu’il est le lieu physique ou symbolique où s’échangent les idées et où la discussion rationnelle aboutit à la formation d’une opinion publique. Mais cette vision, ainsi que l’a déjà expliqué Loïc Ballarini, est une simplification de la pensée d’Habermas, qui est à la fois plus complexe et plus ambiguë. Avant de procéder lui-même à une forme de réification de son concept, Habermas montre en effet comment l’espace public peut être un terrain d’affrontement permettant à certains publics et acteurs d’en exclure d’autres au nom de l’intérêt général.

Si la portée heuristique de l’espace public habermassien est à reconsidérer, Christine Servais, propose à partir d’un questionnement philosophique et phénoménologique qui puise chez Jacques Derrida, Jacques Rancière et Bernard Stiegler, de traiter la question de la formation des collectifs organisés par intégration des individus et celle du sentiment d’appartenance d’un individu à un public, à partir de deux processus : l’individuation singulière et collective, et la subjectivation, entendue comme « synchronisation des je ». S’agissant principalement d’étudier les publics de dispositifs médiatiques, le devenir public est ainsi à analyser au niveau des récepteurs qui en viennent à se vivre comme membres d’un collectif, et non au niveau des textes, ni de leur adéquation à leurs destinataires. En d’autres termes, c’est l’expérience de la réception « sous la forme d’un public » et « sous le regard d’un public » qui participe du devenir public.

C’est cette expérience du devenir public, ce moment où émerge un public, qu’observent Smaïn Laacher et Cédric Terzi. Leur terrain est celui de la révolution tunisienne de 2010-2011 S’appuyant sur Louis Quéré et John Dewey, ils appréhendent le public comme une modalité particulière d’organisation de l’expérience, au cours de laquelle des individus développent des moyens pour tenter de contrôler à distance des transactions effectuées par d’autres et dans lesquelles ils ne sont pas directement impliqués. Dans cette perspective, renforcée par l’incertitude du contexte, le public stable et institué n’est qu’une forme du public, la forme qui serait à atteindre mais qui demeure toujours « un potentiel dont la réalisation ne sera jamais pleinement aboutie ». En effet, l’identité collective ainsi constituée est menacée par ses propres conditions d’émergence ; c’est-à-dire par le développement d’une vie publique qui devient le théâtre de l’affrontement des opinions divergentes, qui, après avoir soutenu une forme d’unité, peuvent également nuire à la « rhétorique du peuple uni ».

L’expérience observée par Smaïn Laacher et Cédric Terzi a essentiellement lieu dans la rue. Celle qu’Emmanuelle Simon analyse se déroule sur un forum de discussion en ligne, entre femmes africaines réunies par les questions de l’infertilité et de l’assistance médicale à la procréation. Sur ce forum, l’auteure assiste à la formation d’un collectif fondé sur une identité partagée : celle de patiente, matérialisée par le rituel de socialisation qu’est la présentation de soi, codifiée et préliminaire à toute prise de parole, et par un objectif commun (être enceinte), dans un contexte culturel où cet objectif est vécu comme une nécessité sociale. Cependant, l’espace de discussions observé n’a pas pour finalité la production d’un échange rationnel d’arguments au sens habermassien de l’espace public : les participantes, en quête d’invisibilité (cf. l’anonymat qui caractérise les échanges en ligne), cherchent avant tout à se rassurer au sujet de la fiabilité d’un protocole biomédical.

Figures de publics : interroger la valeur performative des dispositifs médiatiques

La deuxième partie du livre, « Figures de publics », est consacrée à trois études de cas de médias d’information. Sur chacun de ces terrains, allant du 18e siècle à aujourd’hui, les auteurs ne cèdent pas à la tentation de considérer les médias comme les créateurs unilatéraux de publics identifiés et stables. Au contraire, ils s’interrogent sur la valeur performative de discours et de dispositifs médiatiques destinés à des récepteurs, pouvant prendre la forme de publics contingents. Dans les trois textes, nous retrouvons aussi la question de la mise en scène de la parole du public.

Vincent Goulet s’interroge tout d’abord sur le public des médias de gauche révolutionnaires, en développant l’hypothèse de ce qu’il nomme le « média meneur ». Ce concept, emprunté à Christian Geffray, aide à rendre compte de la manière dont des médias parviennent à constituer un public particulier à travers une double opération : c’est autant le média qui parvient à mobiliser un collectif que les membres de ce collectif qui s’en remettent au média pour se penser comme public. Dans les quatre cas étudiés (Le Père Duchesne, Le Cri du peuple, la radio Lorraine Cœur d’acier et l’émission de télévision espagnole La Tuerka), le média met en place un dispositif qui favorise la mobilisation collective, non dans le but de créer un public de clients, mais dans celui de faire la révolution: l’identification du peuple à un énonciateur incarné, la création d’un langage commun (en rupture avec celui des catégories dominantes), une ligne éditoriale engagée, la mise en scène du public et de ses rétroactions dans le contenu médiatique.

Dans le cadre des médias meneurs, l’accès à la parole publique du citoyen ordinaire est un des éléments d’identification nécessaires à l’établissement de la confiance que les menés accordent au meneur. Dans le dispositif du talk-show radiophonique conservateur aux États-Unis, analysé par Sébastien Mort, cet accès est à la fois fondamental et dévoyé. Bien sûr, les appels, voire les injonctions, à participer à l’émission sont explicites et nombreux. Mais dans les faits, les auditeurs n’ont qu’un accès restreint à une parole très encadrée et contrôlée. Sélectionnés, contraints de s’exprimer sur des sujets choisis par l’animateur, sévèrement limités en temps de parole, ils subissent ce que Sébastien Mort désigne comme une violation des règles de la conversation. Celle-ci a un objectif : constituer une figure idéologique et politique du public de ce type de programmes, afin de construire une image du conservateur-type auquel l’auditeur est appelé à se référer et à s’identifier.

Ce qui est analysé ici, c’est la production d’un public par le dispositif médiatique et son exploitation à des fins politiques. Céline Ségur conclut cette partie en interrogeant la manière dont une certaine conception du public de télévision forgée sur les notions d’expérience et de performance héritées des travaux de Daniel Dayan, trouve une résonance et un prolongement dans les expériences transmédiatiques que les chaînes de télévision proposent aujourd’hui ; par exemple en rendant leurs contenus disponibles sur d’autres écrans et/ou en différé, en suscitant et exploitant les prises de paroles via les réseaux socionumériques. Ces nouvelles modalités de mise en visibilité du public sont un terrain propice à l’étude des expériences publiques vécues par les téléspectateurs. Cependant, si ces dispositifs semblent placer les téléspectateurs internautes en situation de communication interpersonnelle avec l’énonciateur du programme, ils ne favorisent pas toujours une sociabilité entre les « participants ». Participer ne signifie alors pas toujours devenir public.

La définition du public comme entité stable et mesurable n’est définitivement plus d’actualité tant les modalités d’émergence des publics sont multiples. Elles relèvent d’un enchevêtrement de pratiques sociales, de logiques professionnelles, d’idéaux parfois, que les contributions de l’ouvrage illustrent. Les auteurs nous invitent à discuter la valeur performative du public en redéfinissant la relation de communication entre les médias, les institutions et les individus qui les fréquentent. Ces processus de publicisation mettent en jeu des identités et des engagements, à travers des formes de participation variées et complexes.

Ballarini L. et Ségur C. (dirs), Devenir public. Modalités et enjeux, 2018, Éd. Mare & Martin, collection Media Critic.

Références
Cefaï D., Pasquier D., dirs, 2003, Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France.
Dewey J., 1927, The public and its Problems, New York, Henry Holt & Co.
Habermas J., 1992 (1962), L’Espace public, Paris, Payot.
Katz E., Lazarsfeld P., 1955, Personal Influence The Part Played by People in the Flow of Mass Communications, New York, Free Press.
Le Grignou B., 2003, Du côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris, Éd. Economica.
Ségur C., 2010, Les recherches sur les téléspectateurs. Trajectoires académiques, Paris, Hermès science publications.
Tarde G., 1901, L’opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France, 1989.

*Loïc Ballarini, est maître de conférences au Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine, loic.ballarini@univ-lorraine.fr

**Céline Ségur, est maître de conférences au Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine, celine.segur@univ-lorraine.fr

Crédit photo GoaShapeUnsplash


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.