Les fanfictions sur Lady Oscar : quand les publics débattent des identités genrées

Nathalie Nadaud-Albertini, Université de Lorraine, Centre de recherche sur les médiations

nnadaudalbertini(at)gmail.com

Les fanfictions sont des textes écrits par des fans pour des fans à partir de l’intrigue d’une autre œuvre. Elles sont l’occasion pour leurs auteurs (les ficwriteurs) de débattre du contenu original avec d’autres aficionados, de sorte qu’elles constituent à la fois une des formes que prend l’activité des publics dans la construction et l’appropriation du sens et un lieu de débat des normes et des valeurs d’une société au sein de l’espace public.

À ce titre, il est intéressant de voir comment ces fanfictions discutent des identités genrées. Celles présentes sur Lady Oscar (Desaki, 1979) sont particulièrement pertinentes, car cet animé au succès international adapté d’un manga traduit dans le monde entier, La Rose de Versailles (Ikéda, 1972), met en scène une héroïne queer à travers Oscar de Jarjayes.

Oscar et André, deux équilibres masculin/féminin complémentaires

Ce personnage fusionne en effet le masculin et le féminin et interroge le genre à travers sa relation amoureuse avec André Grandier. Cette dernière repose sur la rencontre de deux équilibres entre masculin et féminin complémentaires. En effet, biologiquement femme et socialement homme, Oscar dépasse le genre en perturbant les catégories bipolaires de masculin et de féminin (Nadaud-Albertini, 2013). Bien qu’André soit biologiquement un homme et socialement considéré comme tel, il a des caractéristiques féminines qui troublent également une vision traditionnelle des identités genrées.

Tout d’abord, l’intrigue le construit essentiellement à travers son amour pour Oscar, car, il rejette la possibilité d’exister pour lui-même lorsque cette occasion se présente.  Le récit opère ainsi un renversement de ce qui a habituellement cours dans les mangas pour jeunes filles (Sabatier, 2010) : ici, c’est l’identité du héros qui existe uniquement comme partie du couple et non celle de l’héroïne. De plus, il l’aime d’un amour oblatif dans le silence et les larmes, comportement traditionnellement associé au féminin. Et enfin, il se situe en position d’infériorité pour trois raisons : il est roturier, Oscar est noble ; il est son domestique puis un de ses soldats ; et il perd progressivement la vue, ce qui le place dans une position où Oscar doit le secourir (épisode 37).

Il apparaît ainsi comme un personnage non menaçant pour l’identité queer d’Oscar, car sa masculinité dévirilisée n’entre pas en concurrence avec celle d’Oscar et ne cherche pas à dominer sa féminité. En effet, il respecte Oscar à la fois en tant qu’homme et en tant que femme, et ne lui demande jamais de choisir entre les deux versants de son identité.

Par conséquent, leur relation amoureuse est hétérosexuelle sur le plan biologique, mais dépasse les clivages du genre sur le plan symbolique, et ce d’autant plus que le graphisme du manga les fait se ressembler de plus en plus (par la coiffure, la forme des yeux, les vêtements et la silhouette longiligne) jusqu’à apparaître comme deux jumeaux (Shamon, 2007).

Les fanfictions questionnent la relation entre féminité et liberté

Majoritairement, les fanfictions évacuent la dimension queer de l’œuvre originale pour considérer Oscar comme une femme travestie coupée de ses sentiments et de son corps. L’enjeu est alors de libérer le versant féminin de son identité en faisant s’opposer sa masculinité avec celle d’André, avec pour objectif de mettre à mal la première et de renforcer la seconde afin de former un couple hétérosexuel sur le plan physique et symbolique tout en les plaçant dans une vision traditionnelle des rapports hommes/femmes. Souvent, les récits se terminent sur un mariage et le renoncement d’Oscar à sa carrière militaire.

De prime abord, on est interpellé par l’antiféminisme de ces textes. On l’est moins quand on comprend que les ficwriteuses entendent permettre à Oscar d’explorer sa féminité, ce que lui interdit l’intrigue d’origine où c’est son père qui choisit de la socialiser comme un homme. Avec ces récits, on est donc face à un discours qui s’affirme en faveur du choix et considère qu’une femme libre n’est pas une femme qui adopte nécessairement les codes du masculin, mais une femme qui peut choisir sa vie, y compris celle d’épouse et de mère (Nadaud-Albertini, 2013).

Ces fanfictions majoritaires créent un code narratif avec lequel d’autres fanfics plus minoritaires débattent pour donner à Oscar une indépendance que l’intrigue originale ne lui offrait pas : la liberté dans la sexualité.

Ces textes partent des mêmes postulats que les autres :

  • l’identité clivée d’Oscar qui hait son corps parce qu’il l’ancre dans une dimension naturalisante,
  • la mise en concurrence des masculinités d’Oscar et d’André.

L’histoire commence ainsi sur des positions stéréotypées, notamment dans la description très sexuée des corps. Puis, le schéma narratif prend un tour différent. Il devient l’histoire des deux protagonistes se réappropriant leur sexualité, et se transforme en une réflexion narrative sur le rôle des identités genrées dans la relation amoureuse et sexuelle. Le récit joue en effet des clichés, questionne les rapports de domination, pour finalement consacrer comme victorieuse une relation amoureuse associant une féminité libre d’assumer sa sexualité pour Oscar sans renoncement à sa carrière militaire ou allégeance à une féminité traditionnelle, et, une masculinité déliée des contraintes de la virilité pour André.

L’interprétation des rapports hommes/femmes proposée par ces fanfictions plus minoritaires répond à la difficulté pointée par les réalisatrices et productrices Julia et Clara Kuperberg dans leur documentaire Hollywood : pas de sexe s’il vous plaît. À savoir :

« À Hollywood, la sexualité des femmes a toujours été punitive. […] Aujourd’hui, elles sont vidées de toute sexualité, comme si, pour être de nobles héroïnes, il fallait qu’elles soient privées de cette dimension. Hollywood ne sait pas encore comment représenter une femme à la fois forte, intéressante et sexuelle qui ne soit pas une méchante, une prostituée, une maîtresse ou un faire-valoir » (Cesbron, 2018, p. 88).

Ces récits d’amateurs racontent en effet l’histoire d’une véritable héroïne sans l’amputer de la disposition de son corps à travers la sexualité, et d’un héros qui aime, désire et respecte une telle femme. En cela, ils se situent au cœur du débat sur les représentations du masculin et du féminin dans l’espace public, et y apportent une réponse qui va plus loin dans l’articulation entre féminité et liberté que ce que s’autorisent les médias officiels.

Références

Cesbron, M., 2018, « Quand Hollywood rhabille ses héroïnes », Le Point, 2376, pp. 86-88.

Ikéda, R., 1972, La Rose de Versailles, trad. du japonais par R. Misato, Paris/Bruxelles, Kana, 2002.

Nadaud-Albertini, N., 2013, « Les fanfictions sur Lady Oscar : un débat numérique sur la féminité », Questions de Communication, 23, pp. 367-384. Accès : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/8495#ftn4.

Sabatier, V., 2010, « Sexualité des adolescentes : un certain développement du shôjo manga », Manga 10 000 Images, pp. 153-156.

Shamon, D., 2007, « Revolutionnary Romance: The Rose of Versailles and the Transformation of Shojo Manga », Mechademia, 2, pp. 3-17.

Photo : extrait de la couverture du tome 1 du manga La Rose de Versailles,  représentant le personnage d’Oscar, éditions Kana, Paris.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.