La médiation culturelle. Des dispositifs et des modèles toujours en tension

 

L’Observatoire 2018/1 (N° 51), pp. 5-8.

Cette étude indique que la médiation s’est aujourd’hui largement diffusée et peut même être considérée comme banalisée dans le secteur culturel, mais sur la base de métiers mal définis et dans des configurations professionnelles éclatées. Il en est de même du côté de la recherche, notamment française : aucune définition véritablement partagée n’a émergé du travail théorique mené depuis les années 1990 notamment en information-communication, sociologie de l’art et de la culture, esthétique et sciences politiques. En revanche, autour de la médiation culturelle, s’est construit un champ de recherche remarquablement fécond où se croisent ces disciplines qui ont toutes pour objet la circulation, la transmission et l’appropriation des contenus comme des représentations.

Certains acteurs de la culture se sortent de cette difficulté en mettant à distance la notion tout en mettant en pratique ce qu’elle recouvre, dans toute sa diversité : accueil des publics, éducation, participation, diversité, travail avec le champ social, actions hors les murs, démarches participatives, etc. « L’exigence artistique se conjugue avec l’exigence relationnelle », comme le résume assez bien le manifeste publié en 2014 par Onestuncertainnombre, collectif d’acteurs engagés dans une réflexion sur le devenir des politiques culturelles. Ce collectif définit en ces termes le cadre dans lequel celles-ci doivent être non seulement mises en pratique, mais repensées : « De nouveaux enjeux se dessinent pour notre société : nécessité d’un développement soutenable, aspiration à une participation plus active des citoyens à la vie et aux décisions publiques, urgence d’agir contre la persistance et le renforcement des inégalités, maintien du lien entre les générations, devenir des territoires délaissés…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.