Vous avez dit “fan”?

Dans l’ombre des pratiques contributives de quelques uns d’entre eux, les lecteurs de la série de bande dessinée numérique Les Autres Gens se sont constitués en d’authentiques publics. Si le public de la télévision ne sera jamais qu’un presque public (Dayan, 2000), les publics des récits sur support numérique peuvent disposer des moyens nécessaires à leur réflexivité.

Toutefois, l’étude des traces laissées grâce aux dispositifs de communication numérique ne peut rendre compte des circulations à l’œuvre entre une minorité contributive et une majorité silencieuse mais néanmoins engagée à divers degrés. Le public particulier des fans d’un récit lui même ne se résume pas à des lecteurs démontrant des pratiques contributives : dans sa grande majorité ce public est composé d’individus isolés qui se reconnaissent collectivement dans le reflet des contributions d’une minorité. Comme le proposent les auteurs réunis autour de Henry Jenkins (Jenkins et al., 2013), il apparaît primordial de prendre en compte les dynamique de circulation (spreadability) auxquelles contribue la “figure du fan”. Une figure dont l’étude isolée semble dès lors insuffisante, notamment pour comprendre comment la réussite d’un récit à la forme novatrice s’appuie sur une appropriation par ses lecteurs des cadres de référence hétéroclites auxquels ont recouru ses auteurs.

Julien Falgas, “L’adhésion à une forme narrative innovante : la figure du fan”. In : CHAPELAIN, Brigitte, Expressions et pratiques créatives numériques en réseaux. Paris (à paraître – 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.