Exposer la musique populaire, entre logiques de production et nouveaux rapports au public

À travers l’analyse comparée de deux expositions présentées au Powerhouse Museum de Sydney en 2011, « The Eighties are Back ! » et « Abbaworld », sont étudiée les façons dont le musée conçoit l’exposition de la musique populaire, objet longtemps tenu pour illégitime.

Nous observons d’abord comment les expositions de musique populaire peuvent se déployer dans la configuration organisationnelle du musée, et introduire de nouvelles logiques de production, de nouveaux rapports aux objets et aux publics. Ensuite, l’analyse des scénographies met au jour les manières contrastées d’« authentifier » la musique populaire au musée et de qualifier la culture populaire, entre objet de célébration et vecteur d’émancipation individuelle ou collective, redéfinissant en définitive le rôle du musée lui-même. Au-delà des différences entre les deux expositions, l’analyse des dispositifs expositionnels permet de déceler l’inscription commune d’un nouveau corps des visiteurs performant, collectif et intime. Ainsi, loin d’être in-exposable, la musique populaire se présente-t-elle comme un objet multiforme et plastique contribuant, dans la mise en tension de ses possibles déploiements muséographiques, aux dynamiques des transformations muséales.

Gaëlle Crenn, « L’exposition de la musique populaire au Powerhouse Museum de Sydney », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 06 mars 2015. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/6891


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.