La Mémoire, une revue chinoise construite sur un terrain étrange et contradictoire

Di Wu, Centre national de recherche sur le cinéma, Archives cinématographiques chinoises (CFA, Pékin), fondateur et rédacteur en chef de la revue La Mémoire

 (Communication lors de la Journée d’études « Mémoires en devenir. La Révolution culturelle et ses publics », 8 – 9 décembre 2015, Université́ de Lorraine Metz, Ile du Saulcy, salle Ferrari)

[…] Le premier numéro de La Mémoire est sorti en septembre 2008. Pourquoi je l’ai créée ? Pendant trente ans de ma vie de chercheur, j’ai mis tous mes efforts dans la rédaction de cinq œuvres mais aucune n’a pu être publiée en Chine continentale. J’ai essayé de les publier sur mon blog, mais très rapidement ces articles sont devenus inaccessibles, notamment à cause de la sensibilité des sujets abordés (ils ont été bloqués par la sécurité étatique numérique).

Cela m’a fait penser à Zheng Sixiao, poète et peintre chinois de XIVe siècle, qui a écrit un livre intitulé L’histoire de la mentalité, c’est le récit des Mongols qui ont conquis la Chine et y ont établi l’empire de Yuan (1271-1368). Dans ce livre, l’auteur a noté la résistance du peuple, les violences militaires des Mongols et l’Amour de la patrie. À l’époque, il n’a pas pu être édité. Avant sa mort, l’auteur l’a alors placé dans une boîte en fer, fermée avec un cachet de cire et l’a plongée dans un puits situé dans le temple de Chengtian à Suzhou. 350 ans plus tard, le livre a été retrouvé et désigné comme « la grande lettre de fer » très connu dans l’histoire de la Chine. Est-ce que je dois procéder de la même façon et trouver un puits ?

Je n’ai pas trouvé de puits mais j’ai trouvé Internet. J’ai alors décidé d’y créer une sorte de publication périodique, qui n’a besoin ni d’être imprimée, ni d’être distribuée, et qui permet de diffuser sur une longue période. Pourquoi est-elle intitulée La Mémoire ? D’une part, j’y laisse les souvenirs et les réflexions de ma génération et, d’autre part, je les transmets aux générations suivantes pour qu’elles sachent ce qui s’est passé à l’époque de Mao. Bref, laisser une vraie histoire, sans censure, sans contrôle de la pensée, sans pollution idéologique officielle.

No 128 15 avril 2015 Num¿ªro sp¿ªcial de l'Education

À sa sortie, le premier numéro a été très bien accueilli par ses destinataires. Beaucoup de lecteurs, que je connais ou pas, m’ont alors envoyé leurs articles pour qu’ils soient publiés. Il y en a eu tellement que les miens se sont retrouvés en dernier. Cette expérience m’a appris que je ne suis pas la seule personne en Chine à rencontrer ce genre de difficultés. Beaucoup des personnes ont suivi le même parcours que moi et ont connu les mêmes tourments et désirs. Comme le poète Zheng Sixiao, ils veulent aussi trouver un puits. Et finalement, tout le monde se retrouve sur Internet.

En effet, lors de la période de création de La Mémoire, en Chine, il y a eu une vague de création des publications numériques comme Le Passé, La vie de Yaobang, La vie et la pensée de Zhao Ziyang (ce sont deux grands hommes politiques chinois, à l’esprit ouvert), Les traces du passé, La pluie de nuit dans la montage de Bashan, Le chemin de Shu, Les souvenirs de cinq catégories de disgraciés, Hier, Le dialogue entre citoyens.

Ce qui est dommage, c’est que, de toutes ces publications, il n’en reste que deux qui sortent périodiquement. Parmi toutes ces revues, La Mémoire est celle qui a la plus grande longévité, qui a le contenu le plus abondant, qui a la meilleure qualité scientifique, qui a sorti le plus grand nombre de numéros et qui a la couverture la plus pertinente et la mise en page la plus délicate

Pour lire le texte intégral de la communication de Di Wu : DISCOURS WU Di 8 décembre 2015

Traduction : CHI Miao
Correction :  VINCENT-BAEHR Catherine
Image : XIA Qing

 


Une réflexion sur « La Mémoire, une revue chinoise construite sur un terrain étrange et contradictoire »

  1. Ping : CECMC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.