Un dispositif qui parle à tous les publics?

« Peut-on faire un produit télévisuel à la fois conservateur et progressiste ? […] En effet, Desperate Housewives est un programme construit de telle façon que, quelle que soit la position du téléspectateur concernant un sujet, il la trouvera validée, qu’il s’agisse de politique, de religion, du rapport à l’homosexualité ou aux minorités ethniques. Ainsi les conservateurs pourront-ils rire aux dépends des progressistes et inversement. Il en va de même pour les représentations de la féminité : elles peuvent être perçues comme féministes ou rétrogrades. De nombreux échanges ont eu lieu à ce sujet, notamment sur des blogs et dans la presse… »

Nathalie Nadaud-Albertini, « Virginie Marcucci, Desperate Housewives. Un plaisir coupable ? », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 31 août 2015, consulté le 04 février 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.